Venezia More Festival 2017

Venezia More Festival 2017
Noémie - 12/06/2017

Alors que la saison des festivals commence tout juste, la fête battait son plein aux quatre coins de l’Europe ce week-end, entre le festival We Love Green à Paris, TINALS à Nîmes ou encore NOS Primavera Sound à Porto, il y avait de quoi prendre le soleil avec du bon son dans les oreilles.

Coté SK*, nous nous sommes partagés entre This Is Not A Love Song, le must de la prog’ indie dans la chaleur du sud de la France, et le More Festival à Venise, une pépite à l’état brut qui dépayse complètement, et dont je vais vous parler ici.

Isola de San Servolo : Funky touch’

S’il commence seulement à grossir réellement, le More Festival fêtait déjà cette année sa cinquième édition ! Lancé en 2013 et réputé pour son cadre incroyable, son ambiance familiale et sa programmation pointue, le More n’a pas déçu cette année encore. De Jacques à Polo & Pan en passant par Parcels ou encore Todd Terje, il y en avait pour tous les goûts !

Les festivités ont commencé le jeudi soir, au Palacio Ca’Zenobio avec un live du toujours aussi dingue Jacques, et un DJ Set d’Etienne 3000 pour une entrée en matière de qualité.

Parcels – Myenemy

More Festival – Isola de San Servolo

Le lendemain soir, c’est sur la jolie île de San Servolo que l’équipe du More nous a emmenés, pour un live enflammé des australiens de Parcels. Je vous laisse imaginer : une arrivée en bateau en pleines vagues vénitiennes pour écouter les basses funk et les synthés enjoués sur les rythmes dansants de Myenemy, Hideout, ou encore Older dans une ambiance de foli : le paradis.

Le concert suivant était particulièrement étonnant : l’Italo-electro complètement dingo d’Hard Ton valait vraiment le détour, et pour cause, vociférant sur des beats électroniques disco dans les tenues les plus improbables, entre paillettes, faux-cils, oreilles de cochon et combinaison moulante et flashy, cela ne pouvait laisser indifférent quiconque se trouvait devant.

Hard Ton - Party Hard Ton

Baia Del Forte Marghera : Vagues électroniques et cadre idyllique

Ce qui est bien avec le More Fest’, c’est qu’on découvre chaque jour un nouveau lieu, en plus de se dérouler au moment de la biennale d’Art dans une Venise encore plus arty et effervescente que d’habitude, la team du festival aime s’amuser à nous emmener dans des endroits différents tout au long du week-end : dépaysant, et tout à fait plaisant.

La soirée du samedi s’est déroulée à Forte Marghera, un lieu aux allures médiévales, entre transats et marécages, où les moustiques cohabitaient avec les crabes, tout comme le More avec le plus local Finger Food Festival.

Polo & Pan – Jacquadi

Les poétiques Polo & Pan ont sonné le coup d’envoi, avec pas mal de retard, c’est vrai, mais on ne leur reprochera pas d’avoir attendu que l’ambiance batte son plein pour nous en mettre plein la vue ! Accompagnés de leurs deux jolies danseuses en kimonos tropicaux, ils nous ont offert une heure d’envolée dans une autre galaxie entre licornes, sable blanc et vortex : transcendant !

Les très bons dOP ont pris la suite, avec un chanteur particulièrement énergique, qui sautait sur les enceintes et dans la foule, partageant ses boissons et sa passion au grand bonheur du public. Ils ont fait monter d’un cran la tension avant l’arrivée de Todd Terje et son set disco-tropical qui s’adaptait parfaitement à l’ambiance de la soirée.

dOP – Close Up

En espérant qu’il restera ce qu’il est, le More est vraiment à faire si vous en avez marre des festivals bien trop grands et qui se ressemblent tous : du lieu aux têtes d’affiches, en passant par les bars aux prix exubérants. Non, celui-ci est vraiment différent et pour un week-end de dépaysement, on ne regrette pas l’investissement.

Todd Terje - It's album time

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Night Flight to Rouen

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Stupéfiant Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods in a good mood !

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».