Elias Dris, l’élégie folk

Elias DrisElias Dris (photo © Tazzio Paris)
Louis 22/06/2017

Produit, enregistré et mixé par Tom Menig (Alela Diane) à Grass Valley (Californie, USA), le premier album d’Elias Dris impressionne. Ce type a 35 ans et en est à son sixième album ? Non, non il a 21 ans et publie son premier disque. Vicious Circle, le label derrière cet artiste, a fait une jolie prise.

Gold In The Ashes sortira à la fin des vacances scolaires de l’été impressionne par sa maîtrise et son écriture. On se devait de percer le mystère avant la sortie de l’album.

Comment as-tu contacté Tom Menig ? Par mail ? Il t’a répondu rapidement ?

Elias Dris : J’étais à Los Angeles et je lui ai envoyé un mail, pour lui parler de mon projet, de ce que je voulais faire et pourquoi avec lui. Il m’a répondu le jour même pour me dire qu’il aimait beaucoup les démos et me donner ses disponibilités. Le lendemain on s’est téléphonés pour parler un peu plus du projet, il m’a envoyé les photos de son studio… J’ai pris un billet retour pour Paris pour être avec toutes mes guitares et commencer à chercher les arrangements. Deux mois plus tard on enregistrait ensemble.

Elias Dris – Eros & Thanatos

Te rappelles-tu de ta première rencontre avec Tom ? Tu peux me la raconter ?

Je me souviens bien, une amie m’a conduit de San Francisco à chez Tom, il m’attendait près de la barrière avec son chien. On s’est dit bonjour c’était très drôle, on s’est un peu rendu compte à ce moment là qu’on ne s’était jamais rencontrés et qu’on ne se connaissait pas du tout. Du coup, on est entrés dans le studio, j’ai posé ma valise dans un coin, il a branché les micros et on a enregistré Turn Off The Night. Le courant est passé tout de suite, c’est une belle rencontre.

Combien de temps a pris l’enregistrement de Gold In The Ashes ?

En plusieurs temps. Il y a eu la première session de 10 jours, on y a enregistré 15 chansons. C’était une première version de l’album. Il y avait pas mal d’anciennes chansons dans le lot. Après quoi j’ai décidé de rentrer en France et j’avais quelques chansons en chantier que j’ai continuées à travailler, j’avais une autre vision du disque que je voulais faire, je voulais aller plus loin. J’ai donc commencé à produire les nouveaux titres chez moi (Ophelie, Wild Horse, Eros & Thanatos, etc.) ça ne marchait pas, j’ai donc proposé à Tom d’enregistrer de nouveaux titres et il m’a simplement dit “mon studio t’est ouvert quand tu veux”. La deuxième fois on a passé sept jours dans le studio.
Ophélie est la seule dont j’ai gardé la version home studio.

D’ailleurs pourquoi ce titre ?

Avant d’écrire cet album, j’ai connu une période compliquée dont je venais à peine de me remettre. J’ai écrit ça peu de temps avant de commencer l’enregistrement. L’or représente la créativité, la rareté, la chaleur, c’est quelque chose de précieux et la cendre ce sont les restes, la mort, la fin. C’est l’idée qu’on puisse puiser dans son spleen les matières premières pour créer des choses qui nous sont rares, chaleureuses et en faire quelque chose. C’est ce que j’essaie de faire dans ma vie, mais pour ça il faut se salir les mains, il faut affronter les choses et mettre les mains dans la cendre pour récolter ses quelques grammes d’or.

Quel est ton meilleur souvenir de l’enregistrement de ce premier album ?

J’ai été très touché par mon passage à San Francisco c’était très fort pour moi d’être la bas avant d’enregistrer mon album. C’était une sorte de pèlerinage, comme un lieu sacré ou je ne pouvais pas rester longtemps. Ça m’a beaucoup rechargé pour l’enregistrement dont tous les souvenirs sont les meilleurs. L’ambiance était hyper positive. Un parmi d’autres : l’enregistrement de Moonshine, il y avait Rob à la batterie, Tom à la Mandoline et moi guitare/voix, on l’a enregistrée live. C’est une chanson que j’ai écrit au lycée, j’avais 16 ans, et à l’époque je disais “il y a des gens chouettes dans ce coin de la Californie, j’adorerais faire un disque avec eux”. Et c’est exactement ce que je faisais.

Qui t’a appris à jouer de la guitare ?

J’ai appris seul, dans ma chambre. J’ai toujours voulu faire de la musique alors je m’y suis mis. J’apprenais à jouer toutes les chansons que j’écoutais.
Et puis j’ai commencé à me sentir suffisamment à l’aise pour écrire des chansons et les jouer dans des petits bars puis des petites salles.

Quelle est l’histoire de Golden Crown ?

Je l’ai écrite un été, j’étais à l’extérieur, avec un verre de vin et d’un coup cette chanson m’est venue, j’ai commencé à écrire des mots, à noter les accords. Puis sont venus les arrangements, je savais exactement ce que je voulais faire. Je joue presque tous les instruments sur celle-ci. C’est une chanson très personnelle sur une histoire du passé qui traînait quelque part dans ma tête et qui s’est transformée en chanson sans que je ne demande rien.

Comment te sens-tu deux mois avant la sortie de ton disque ?

Je suis très impatient. Ça me donne envie d’écrire de nouvelles chansons, j’ai pu le partager avec des artistes avec qui je voudrais collaborer et il y a déjà des choses très excitantes qui se profilent. J’ai hâte de le jouer sur scène et je suis très content de le sortir avec Vicious Circle.

Gold In The Ashes d’Elias Dris sera disponible le 25 août 2017 via Vicious Circle.

Les prochains concerts de Elias Dris en France

DateSalleVilleTickets
04 Oct 2019La Cave aux PoetesRoubaixAcheter un Ticket
12 Oct 2019THEATRE CLAUDE DEBUSSYMaisons AlfortAcheter un Ticket
18 Oct 2019Les CuizinesChellesAcheter un Ticket
14 Nov 2019La SourceFontaineAcheter un Ticket
Dates de concerts fournies par Bandsintown
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Faire ami-ami avec Special Friend

Découvrir les Special Friend à la fin d’une journée, c’est finir en beauté cette journée si celle-ci était cool. Et c’est se consoler avec leurs morceaux si la journée a été pourrie. Ecouter Before, c’est l’assurance de croiser les ombres de Stephen McRobbie et des Yo La Tengo… Ecouter Low Tide, c’est retrouver une présence…

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous…

Studio Electrophonique

Électrisant Studio Electrophonique

Violette Records, le label qui a réussi l’exploit de faire entrer Michael Head (Shack/The Pale Fountains) dans les charts anglais, s’apprête à publier Elp, une nouvelle collection de disques. Et c’est un certain James Leesley qui ouvre le bal.

Parfaite Julia Shapiro

En retrait des Chastity Belt, Julia Shapiro se lance dans une carrière solo et arrive dans les bacs cette semaine avec Perfect Version.

Carton plein pour les Catenary Wires

Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut pas être mauvais. Après avoir écouté Til The Morning des Catenary Wires, on vous le confirme : Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut qu’être bon.

A ne pas rater dans Découvertes !