RDV avec Mademoiselle K

Mademoiselle K (photo © Louis Teyssedou)
Louis - 28/07/2017

En 2015, Mademoiselle K avait fait très fort avec Hungry Dirty Baby (Kravache). Produite par Jolyon Vaughan Thomas (Dave Gahan) et Richard Woodcraft (Étienne Daho), la parisienne avait écrit des chansons parfaites (Someday, R U Swimming ?) qui sonnaient (et qui sonnent toujours) méchamment. Elle revient cette année avec Sous les Brûlures l’Incandescence Intacte, un disque né d’une rupture et qui la ramène vers un chant en français.


SK* n’a de cesse de croiser Mademoiselle K et ne s’en lasse pas. Entière et généreuse, K ne triche pas et écrit des chansons comme personne. Héritière de Strummer sur son dernier album, Mademoiselle K emprunte des chemins de traverse sur son nouvel album et cicatrise en chantant.

Mademoiselle K : On ne s’est jamais vu ?

Non mais tu as rencontré Alain qui t’avait filmé dans une baignoire translucide pour une session SK*… Te rappelles-tu de ce moment?

Mademoiselle K : Oui, je m’en rappelle très bien !

Mademoiselle K – R U Swimming ? | SK Session

Je crois par contre que c’était dans une baignoire normale. C’est toujours cool de jouer dans des endroits différents.

Pourquoi es-tu passée par une campagne de financement participatif pour ce disque ?

Contrairement à l’album précédent, je n’avais plus d’argent de côté. Quand tu passes en ‘indé’, il faut du temps pour te constituer une trésorerie. C’est assez simple. Et on est passé à côté d’une subvention. On s’est donc dit qu’une campagne de crowdfunding était nécessaire.

Tu as été surprise de l’accueil et de sa réussite ? Tu as obtenu 100 % très rapidement.

Oui et non. Je connais ma fan base et je sais qu’elle est solide. Elle est super. Mais à partir du moment où tu demandes de l’argent… Les temps sont durs pour tout le monde. Ce n’était donc pas gagné d’avance. On ne savait pas. On savait qu’on aurait un minimum. Mais atteindre 20 000 euros en 24 heures était inespéré. Et 67 000 euros en tout ! Mais je précise que je ne touche pas 67 000 euros.

Oui, j’ai vu que tu avais fourni le détail de la répartition…

Je touche à peu près la moitié. Un peu plus. C’est plus honnête de dire que nous avons eu 35 000 euros.

Mademoiselle K (photo © Louis Teyssedou)
Mademoiselle K (photo © Louis Teyssedou)

Et où as tu enregistré ce disque ?

Dans plein d’endroits différents. Aujourd’hui, je ne sais pas si tu peux arriver à enregistrer ton disque dans un seul et même studio. Les groupes n’ont plus le budget pour investir un grand studio. J’avais enregistré mon premier album aux studios Ferber sur une durée de 10 jours. Aujourd’hui, ce ne serait plus possible. Et encore 10 jours… Les groupes dans les années 70 pouvaient rester dans les studios bien plus longtemps.

Je l’ai donc enregistré dans différents endroits. J’ai travaillé avec un nouveau musicien : Jérémie Poirier-Quinot (SatinCoco). Il a fait les morceaux plus électro comme Suckin’ My Brain ou Bonjour Bonjour. On a vraiment bâti les morceaux à deux.

Une autre partie de l’album a été enregistrée à la campagne chez des amis. Ils m’ont prêté gracieusement leur studio qui est un endroit magnifique. On y a fait toutes les prises live avec le groupe (Sous les brûlures, J’ai pleuré). On a fait les batteries de S I C K aussi. Les morceaux ont été fait en plusieurs étapes. C’est la première fois que cela m’arrive, de trimballer des morceaux.

S I C K… On l’a maquetté avec Peter. Et puis je voulais une couleur particulière. On a maquetté toute l’année. La première prise voix a été la bonne. Je n’avais jamais fait ça : en gros la maquette, c’est l’album. On a amélioré certaines choses mais on a gardé l’essentiel. L’interprétation était la plus juste au départ au niveau de l’émotion. Au niveau technique, il y aurait peut-être des choses à redire mais au niveau de l’émotion c’est parfait.

Tu reviens au français : 7 chansons sur les 10 que contient l’album sont en français. Il s’est imposé de lui même ce retour en français?

Oui, de la même manière que les chansons en anglais sont venues d’elle même. J’avais l’idée de faire tout l’album en français. Mais les chansons en anglais se sont imposées. Pourquoi les refuser ? Elles se sont présentées à moi et font partie de l’histoire. La spécificité de cet album est qu’il s’agit d’un album qui évoque une rupture, du début à la fin. L’album se finit par la première chanson que j’ai composée au début de cette relation (à savoir We’re Kissing Baïe baïe). Je boucle la boucle. Ce n’est pas un concept album mais tu suis une histoire. J’ai embrassé ce qui s’est présenté à moi. La règle que je me dois de garder est de conserver les meilleures chansons.

Il y en a 10. Cela veut dire qu’il y avait d’autres chansons ?

Oui. Il y a d’autres que j’aime beaucoup.Je mes les trimballe depuis quelques temps. L’une d’entre elle s’appelle No Sex Tonight. Je l’ai écrite pour Hungry Dirty Baby. Elle n’a pas sa place sur l’album. Mais je l’aime beaucoup. Son temps viendra mais elle n’a rien à voir avec le reste des chansons. Après, il y en a… pas. Je n’ai pas une vitesse d’écriture du Concorde, enfin de feu le Concorde.

Et cette pochette ?

Je savais que je voulais faire une photo nue avec un groupe d’amis et des gens importants pour moi. Une rupture au final amène de beaux moments. C’est tout le paradoxe de la rupture : tu fais de belles rencontres. Des moments super durs côtoient des des moments merveilleux. Cela nous bascule dans une humanité plus forte. C’est comme pour les attentats de Paris. La chanson J’ai pleuré les évoque. Nous avons eu besoin de nous retrouver. C’est une réflexion générale sur l’humanité, la mort.

Tu vas jouer ces nouvelles chansons sur scène. Elles sont très intimes. Cela ne te dérange pas ?

Le côté intimiste a toujours fait partie de mon champ sémantique. C’est ma manière de m’exprimer. J’estime que si tu n’es pas impliqué dedans, ne fais pas de chanson. Tout le monde se rejoint via les chansons.

Cet album m’a fait un bien fou. Il s’agit d’une rupture. Tu passes par des moments très difficiles et des chansons sont venues d’elles-mêmes. J’ai foncé. Sur scène, est-ce que j’ai envie de revenir dans cette histoire ? SICK, On s’est laissé et Ca ne sera pas moi ont déjà été testées en concert. C’était encore plus frais par rapport à ma rupture et cela m’avait fait du bien de les chanter. Après, les chanter pour moi sera un peu une catharsis. Cela va bien se passer. Cette rupture s’est transformée en chansons. C’est la magie de la musique.

Tes chansons ont leur existence propre.

Exactement. Elles sont là pour faire rêver et t’emmener ailleurs.

Qui est Marine Guizy, la réalisatrice de ton nouveau clip ?

C’est quelqu’un qui vient du documentaire. Je l’ai rencontrée sur un festival. Il se trouve qu’elle travaillait avec quelqu’un que je connaissais. Nous nous sommes croisées par hasard. Elle faisait un documentaire sur le consentement.

Mademoiselle K – On s’est laissé

Sur le consentement ?

Sur le consentement sexuel. Où en sommes-nous ? Elle a étudié cela dans tous les couples. J’aimais bien cette approche différente à l’image. On a beaucoup mûri ce clip ensemble. C’est parti d’une idée très simple ce clip avec ce vélo. Un jour elle est venue me voir avec ce film de La Nouvelle Vague qui s’appelle C’était un Rendez-Vous réalisé par Claude Lelouch. Un mec roule en voiture dans Paris pendant 8 minutes, enfin 7 minutes 50, sort de sa voiture et rejoint sa fiancée. J’ai adoré ! On a reprit les mêmes codes sauf que moi c’est une rupture. On voulait une chute à la fin. On a mis du temps à trouver. Dans cette chanson, il y a cette volonté de ne pas détester la personne. En fait, je voulais tabasser quelqu’un à la fin du clip. Et on s’est dit que ce serait un mannequin. Et puis il y a les bonbons fraises en forme de cœur. J’aime les choses absurdes. Tout ça pour récupérer un cœur…

Quelle est ta chanson préférée sur cet album ?

C’est dur, très dur. Je te donne deux réponses. La chanson que j’ai le plus écoutée est S I C K. Elle a un truc planant. Elle fait rêver. Je rêve beaucoup sur cette chanson. Et je rêve de beaucoup de choses. J’aime aussi Suckin’ My Brain.

Deux chansons en anglais..

.
Oui c’est drôle. J’ai beaucoup écouté On s’est laissé. Et Suckin’ My Brain. J’adore ce morceau. Je l’ai testé en concert et j’ai senti que les gens n’accrochaient pas trop dessus. Pareil dans mon entourage où des gens l’aimaient et d’autres non. Et j’adore ce morceau et son arrangement. Jérémy y est pour beaucoup. Et Antoine qui a masterisé cet album a lui aussi adoré ce morceau. J’ai failli ne pas l’intégrer car j’avais ce doute. J’adore le parcours de morceau. Il possède un univers riche et dit plein de choses.

Sous les Brûlures l’Incandescence Intacte de Mademoiselle K sera disponible le 1er septembre 2017 via le label Kravache.
Mademoiselle K sera en tournée dans toute la France et passera au Bataclan le 22 novembre 2017.

Mademoiselle K - Sous les Brûlures l'Incandescence Intacte

Tracklist : Mademoiselle K - Sous les Brûlures l'Incandescence Intacte
  1. Bonjour bonjour
  2. S I C K
  3. On s'est laissé
  4. J'ai pleuré
  5. Sous les brûlures
  6. Pour aller mieux
  7. Ça ne sera pas moi
  8. Hypnotisés vers la lumière
  9. Suckin' My Brain
  10. We're Kissing Baïe Baïe

Les prochains concerts de Mademoiselle K en France

DateSalleVilleTickets
28 Feb 2020EMB SannoisSannoisAcheter un Ticket
29 Feb 2020La LaiterieStrasbourgAcheter un Ticket
04 Mar 2020UBURennesAcheter un Ticket
05 Mar 2020Cabaret VaubanBrestAcheter un Ticket
06 Mar 2020Bonjour MinuitSaint-brieucAcheter un Ticket
10 Mar 2020LE NINKASI KAOLyonAcheter un Ticket
11 Mar 2020RockstoreMontpellierAcheter un Ticket
12 Mar 2020Rock School BarbeyBordeauxAcheter un Ticket
Dates de concerts fournies par Bandsintown
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Interviews

arah Mikovski_Arsene Marquis_HD-3

5 questions à … Sarah Mikovski

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Sarah Mikovski de retour de Bora Bora en partance pour le Pôle Nord, son premier album à paraître le 14 février…

À mon W. Hamon

Dans le Hamon tout est bon écrivait il y a quelques mois le collègue Guimauve. Son disque, Soleil, Soleil Bleu, se bonifie comme un Chablis Grand Cru et prend une jolie patine au fil des écoutes.

Octave_Noire_presse2019_credit_Fabien_Tijou_2

5 questions à … Octave Noire

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Octave Noire qui de retour de Los Angeles s’apprête à sortir une nouvelle galette, non un monolithe pop le 14 février 2020…

Mélodie Lauret © Sarah Balhadere

5 questions à … Mélodie Lauret

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Mélodie Lauret, jeune artiste de 19 ans sur qui on mise une pièce sans trop de risques tant son naturel et…

Yannick-Owen

5 questions à … Yannick Owen

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Yannick Owen, jeune artiste lyonnais fervent adepte de la six cordes et des mélodies ouvragées. Mais quand en plus on aime…

Le Punk voit la vie en rose !

Punk is not dead, Lexique franco-punk est un ouvrage collectif dirigé par Luc Robène et Solveig Serre qui regroupe 178 entrées/définitions élaborées par 50 contributeurs du monde universitaire et de la scène punk.

[1989 – 2019] Rire (et chanter) avec les Mighty Lemon Drops

En 1989, les Mighty Lemon Drops sont à la croisée des chemins. En 1988, World Without End a fait une percée conséquente dans les charts anglais et américains. Originaires de Wolverhampton, les hommes en noir avaient ce qu’il fallait pour faire la nique à Manchester et Liverpool.

Miossec

Miossec – Discuter

10 avril 1995. Il y a bientôt 25 ans, celui qui est tombé nez à nez avec Non non non non (je ne suis plus saoul) a toujours Le Cul par Terre. Miossec s’en est relevé. En 2019, le Brestois a sorti onze albums et est toujours aussi passionnant sur disque comme sur scène.

Photo Presse - Leon Newars

[EXCLU] 5 questions à … Leon Newars

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Leon Newars , anagramme de New-Orleans, ce qui veut tout dire de la nature du projet du Bordelais Vincent Pollet-Villard et…

L’art d’être Camilla Sparksss

Échappée de Peter Kernel, Barbara Lehnhoff aka Camilla Sparksss a publié cette année Brutal, suite sans concession de For You The Wild (2014).

Bandit Bandit

5 questions à … Bandit Bandit

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Bandit Bandit qui a déjà fait du chemin avec un premier EP et quelques concerts crasseux et torrides. Leur playlist est…

Juan Wauters

5 questions à … Juan Wauters

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Juan Wauters en provenance de Montevideo, Uruguay mais citoyen de la République libre de Jackson Heights, NY, quartier cosmopolite par excellence…

Les photographies sonores de Delphine Ghosarossian

Delphine Ghosarossian réunit ses beaux clichés dans un livre élégant et conséquent. Faces of Sound réunit les bouilles de Thurston Moore (Sonic Youth) ou d’Irak Kaplan (Yo La Tengo) de Brett Anderson (Suede). Et en plus de photographier Sir Brett, Ghosarossian fait parler Bernard Butler (et d’autres) sur leur relation à leur image et au…

© Clara Ozem

[EXCLU] 5 questions à … Johnnie Carwash

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Johnnie Carwash dont le nom réveille nos sens et nos tuyaux d’arrosage. Normal, leur mère est punk et vivante ! Le…

Jim Jones

Jim Jones toujours au top !

Jim Jones avait fait exploser la maison avec son premier groupe, The Jim Jones Revue. Et alors qu’on ne s’était pas tout à fait remis de Burning Your House Down, Jim Jones a mis au placard sa Revue et est revenu encore plus fort avec Jim Jones And The Righteous Mind. Jim Jones, Gavin Jay,…

The Fat Badgers © Bartosch Salmanski

5 questions à … The Fat Badgers

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de The Fat Badgers, le groupe qui fait danser l’Alsace et bientôt le monde avec leur premier album Soul Train le 29…

Paul Et Mickey - Mortel

5 questions à … Paul Et Mickey

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. On connaissait Paul & Nany, Paul une Tourtel, faire pleurer paupaul, ou Gainsbourg qui avait un « mickey maousse, un gourdin dans sa housse et quand…

Crime & The City Solution

[1989 – 2019] Crime And The City Solution à bride abattue

Formés en 1977 par l’Australien Simon Bonney, Crime & The City Solution fut un groupe qui inventa des nouveaux mondes sonores grâce au soutien indéfectible par Mute Records. En 1989, le groupe poursuivit sa période berlinoise entamée un an plus tôt avec Shine et publia The Bride Ship. Adulés par Wim Wenders (qui les avait…

Stan Mathis

5 questions à … Stan Mathis

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Stan Mathis à découvrir de l’intérieur avec une playlist punchy et un nouvel album, Plexus solaire. Il sera en concert avec…

Robi

C’est dire le bonheur de revoir Robi

On ne meurt plus d’amour dit la chanson de Robi… Nous, on pourrait bien mourir d’amour pour ses chansons. On est même volontaire. Après cinq ans d’absence (qui ne sont pas synonymes d’inactivité), Robi fait son retour avec un disque pénétrant qui vous transperce et vous sublime. Comme les dernières chansons de Vincent Delerm, les…

A ne pas rater dans Interviews !