Mannequins aux lèvres noires

Les Black Lips sont le rois du DIY, ils ont tracé leur route et leur carrière en écumant les caves les plus sombres et les festivals les plus singuliers. Leur nouvel album, Satan’s graffiti or God’s art? est captivant et déroutant, à peu près autant que leur live comme ce lundi soir au Trabendo avec en ouverture les très bons MNNQNS !

MNNQNS

Vous pensiez que la Normandie n’était qu’une mine à beurre ? Que mis à part la foire au harengs de Dieppe il n’y avait rien à y faire ? Enterrez donc ces idées toutes faites. A 1h15 de Paris, la ville de Rouen héberge une bande de quatre énervés qui grattent fort, dans un style qui nous inciterait presque à les localiser bien plus au nord, au delà la manche, s’ils n’avaient pas revendiqué leurs racines rouennaises à plusieurs reprises durant leur concert au Trabendo en première partie des Black Lips.

MNNQNS – Next Time I Try

Discographie

Baignée dans un océan de reverb’, la voix d’Adrian (chanteur et guitariste) précipite l’entrée en scène des Mannequins. Pressé, sans pour autant solder son efficacité, le groupe enchaîne les chansons qui font tantôt dodeliner de la tête, tantôt frapper du pied un public envoûté. Pour ceux qui les avaient simplement vu défiler dans leurs clips, les membres sont méconnaissables. Les mèches « Philipakis » ont fait place à 40 cm de cheveux (que l’on nommera ici « coupe Kevin Parker »), les parkas « The Ennemy » remplacées par des chemises fleuries. Pourtant le style musical demeure résolument rock, loin du psychédélisme que suggère ce revirement stylistique. Les MNNQNS ne se sont pas calmés. Ils jouent vite, ils crient fort. Le set presque fini, le chanteur se laisse tomber de dos dans un public trop absorbé pour le rattraper.

Black Lips

Bien mis en bouche par la première partie, le public est en feu et tout à fait prêt à accueillir des Black Lips déchaînés qui arrivent avec leur grosses moustaches et leurs guitares acérées ! Dès la première chanson, Sea of Blasphemy, les rouleaux de papier toilette valsent dans l’assemblée au grand bonheur d’un public de joyeux lurons qui s’enroule dedans et se les balance à tour de bras. Ils enchaînent avec Family Tree, New Direction et Dirty Hands, sans jamais que les pogos ne s’arrêtent.
Tour à tour, chacun monte sur la scène et se jette dans le public pour des slams infinis et fédérateurs. Public et groupe semblent ne former qu’une grande famille, unis par la folie et les cris. Ils finissent sur O Katrina ! avant de revenir au rappel en entonnant la mélodie de Hippie, Hippie, Hoorah de Jacques Dutronc sur laquelle le public vocifère cette chanson bien connue « Ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne, ils ont des chapeaux ronds, vivent les Bretons ». Joli moment de cohésion !

Black Lips – Crystal Night

Date : 13 novembre 2017

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Cela pourrait vous intéresser

Black Lips

Vidéo : Black Lips – Gentleman

Robin Williams affirmait, « adolescent, j’étais pyromane. On m’a placé dans un foyer. » Les Black Lips brûlent toujours même en vieillissant.
Yeah festival

Fuck Yeah !

Mieux qu’un 49.3, l’annonce complète demain à 10h30 de la programmation et l’ouverture de la billetterie du Yeah festival qui aura lieu les 5, 6 et 7 juin, sans doute l’événement le plus convivial de France sur le parvis du château Renaissance de Lourmarin dans ce lumineux Luberon.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.