Ils ont sorti leur album V et reviennent en force cette année, si The Horrors se sont quelque peu "popisés", ils ont su garder l'essence garage qui leur va si bien, surtout en live, pour un Trabendo enflammé.

Roulades et paillettes

Une belle entrée sur Hologram et les voilà lancés, ils enchainent sur Machine et Who can say. Ensuite, lorsque Faris Badwan tombe le cuir pour un top moulant et transparent à paillettes, les jeux de lumières accélèrent en un mouvement saccadé aux accents futuristes dans un tourbillon qui rend presque épileptique.

Si nous ne verrons jamais les yeux du guitariste durant le concert, il est pourtant difficile de s’en détacher : ce dernier s’agite et actionne son impressionnante collection de pédales avec une véhémence impétueuse.

Discographie

The Horrors – Still Life

Ils enchainent Who can say, In and out of sight, Mirrors image et Sea within a sea pour notre plus grand plaisir, sans embûches, si ce n’est une jolie chute de notre Faris préféré, qui se transforme en galipette et l’envoie dans le décor, non loin de la batterie. Il revient sautillant, s’excusant avec un mignon « Oups, j’ai tombé » qui finit donc littéralement d’achever sa dark-crédibilité. Cela n’a pourtant pas empêché un énergumène dans le public d’hurler tout le long du concert qu’il voulait coucher avec lui ! Lourdeur extrême ? Peut-être, mais pas autant que celle des basses, tellement puissantes que leur souffle soulevait nos vêtements et décoiffait tout le monde jusqu’au fond de l’assemblée. Après une fin grandiose sur Still Life, les voilà qui reviennent pour un joli rappel sur Ghost et Something to remember aux grands cris d’un public comblé !

The Horrors - V

Date : 8 novembre 2017

Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.

Cela pourrait vous intéresser

Slow Riot

Slow Riot : Trophy Wife

Originaires de Limerick (Irlande), les Slow Riot ont impressionné leurs compatriotes avec leur EP Cathedral. Travailleurs, ces Irlandais reviennent avec un nouveau single, Trophy Wife.
Photos concert : The Horros @ la Gaîté Lyrique, Paris | 15.05.2014

Photos : The Horrors @ la Gaîté Lyrique, Paris | 15.05.2014

Ils ont sorti leur album V et reviennent en force cette année, si The Horrors se sont quelque peu « popisés », ils ont su garder l’essence garage qui leur va si bien, surtout en live, pour un Trabendo enflammé. Roulades et paillettes Une belle entrée sur Hologram et les voilà lancés, ils enchainent sur Machine et Who can say. Ensuite, lorsque…
The Horrors - Luminous

Les lumineux Horrors

Et un nouvel extrait du prochain disque des Horrors ! So Now You Know, titre dévoilé il y a quelques heures, montre un groupe moins sombre que sur ces deux précédents albums. Mais toujours de qualité.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.