Paolo Nutini et Will And The People au Casino de Paris

Paolo Nutini et Will And The People au Casino de Paris
ZiKomAgnes - 20/11/2009

Paolo Nutini

Paolo Nutini a explosé en Angleterre avec le fameux single “Jenny Don’t be Hasty”. Il revient avec un deuxième album aux antipodes de These Streets et va jusqu’à le renier, expliquant qu’il avait été co-écrit par Jimmy Hogarth, auteur et producteur de KT Tunstall, Amy Winehouse et James Blunt. Sunny Side Up est donc l’album de l’émancipation. Au moins, These Streets lui aura permis de remplir la classieuse salle du Casino de Paris. En première partie : Will And the People.

Will And The People

Will And The People c’est deux gars qui ont l’air complètement à la rue : le guitariste attifé n’importe comment et le clavier avec un bonnet de péruvien. Leur musique a aussi une certaine dégaine : un mélange de ska et d’électroacoustique. Des lignes de clavier dignes des Venga Boys mais qui partent en rocksteady à la Madness. Ils arrivent à mettre l’ambiance en deux coups de cuillères à pot grâce au titre “Lion” : la salle est conquise. Attention, contient de la vrai pop, mélodique à souhait, mais stylisée – une combinaison parfaite pour la déprime saisonnière qui s’annonce.

Paolo Nutini


Fini la guitare acoustique et le piano, Paolo Nutini joue maintenant avec un groupe nommé The Vipers, qui compte 6 musiciens avec guitare/basse/batterie, percus et cuivres ! En guise d’intro, ils ont choisi “Can’t Take My Eyes Off You”, puis ils démarrent sur la très raggae “10/10” du nouvel album qu’ils enchaînent avec “Alloway Grove” en plus country. “High Hopes” commence en Gospel pour finir comme une reprise de Josephine Baker.

Paolo se tient comme un vieillard, penché, presque recroquevillé – sûrement tout le contraire des recommandations. Il semble s’accrocher au micro pour ne pas tomber. Il garde les yeux fermés en permanence et évite de se tourner vers le public – en même temps on le comprend, dès qu’il dit un mot toutes les filles hurlent !

Après un “Loving You” qui a fait rugir toutes les minettes de la salle, il part en cabaret jazz sur “Such a Night” avec John Tilley, le clavier de Will And the People en impro au piano. Après “Rewind” pour laquelle il finit un genoux à terre, il chope une guitare et joue “Candy”, avec un passage a cappella surprenant. La foule en redemande, Paolo offre alors “Chamber Music” à la guitare acoustique, qui sonne comme une chanson du folklore écossais.

Comme toutes les chansons du premier album, “These Streets” bouleverse le public. Sur “Funky Cigarette”, les musiciens se tapent un délire à la ZZ-Top avec en prime le thème de Benny Hill au saxo. De même, sur “Pencil Full of Lead”, le guitariste joue du ukulélé et on a droit à un solo de trombone. Le public semble parfois désarçonné, mais reste chaleureux. “No Other Way” est la chanson sur laquelle j’ai trouvé que sa voix prenait toute son ampleur. Et pour le final, après une intro presque dramatique, “Jenny Don’t Be Hasty” est enfin livré à la foule – comme une image parce qu’ils ont été sage.

Les ayant abandonné(e)s à brule-pourpoint juste après son single, la foule se devait de trépigner, même si je m’attendais à une explosion tant il a attendu pour la jouer. Pour le rappel, il arrive avec une feuille pour suivre les paroles et se lance dans une reprise des plus renversantes de “Time to Pretend” de MGMT. Puis, comme s’il gardait le meilleur pour la fin, il joue “Last Request”. Mais encore une fois, je m’attendais à une plus grande effusion de la part du public.

Date: 19 novembre 2009
Crédit Photo: Frankie Green

Réponses
  1. Merci pour cette critique, je cherche vraiment à avoir les réactions car personnellement j’ai été un peu déçue du concert. On connait Paolo dans son monde et pas très ouvert, plutôt timide, mais sur scène normalement il s’ouvre. Là j’ai trouvé que c’était plus un trip entre lui et ses musiciens, qu’il avait qu’une envie c’est de rentrer dormir car je l’ai senti fatigué et peut-être un peu stone, je ne sais pas. Alors certes on est sur la fin de sa tournée mais je n’ai pas ressenti l’émotion qu’on peut voir à ses concerts en UK ou en Ecosse.

    Il faut dire que le public hier n’était pas ce que j’attendais, comme tu l’as dit. Des minettes qui passent leur temps à parler et à se prendre en photos au lieu d’écouter, les premiers rangs statiques…

    Et je dois dire que j’ai trouvé la musique un peu trop forte pour pvoir en profiter sur les 2/3 dernières chansons. Mais sa performance vocale et la perf des musiciens est à saluer: un sans fautes.

    La seule question qui me vient en tête c’est: que s’est-il passé? Je suis restée sur ma fin…

  2. Oui j’avoue qu’ils ont monté le son sur MGMT, pourquoi? j’en sais trop rien.
    Et il s’est frotté les yeux sur la première chanson du rappel, genre c’est l’heure d’aller au lit…
    Moi je pense que ce qui s’est passé c’est que le premier album est très simple alors que le deuxième contient tellement de références musicales que mélanger les deux est une opération périlleuse. J’ai l’impression qu’il a envie de prouver qu’il est plus qu’un chanteur de pop, mais il essaye tellement que ça gâche un peu l’ambiance.

  3. bah il est certain que cet album est d’une richesse incroyable et que s’il veut faire encore mieux sur scène il vise haut; mais à regarder ce qu’il a pu faire dans d’autres villes, il en est largement capable sans tomber dans l’excès.

    Là c’était souvent too much, too loud. Et puis je sais pas, je l’ai senti énervé et saoulé par son public. Peut-être est-ce les cris des filles, un évènement extérieur qui s’est passé juste avant le concert, la fatigue… Un mélange de tout ça. Mais aller jusqu’à tourner le dos au public pour rentrer dans sa bulle… Je sais pas ça m’a bloqué, la sortie avant les rappels et celle d’après, pas un sourire, il a fait ses rappels machinalement et puis pouf, vais picoler encore un peu.

    J’exagère peut-être mais c’est mon ressenti, je viens de regarder qq videos du concert sur youtube, voir si c’est pas moi qui avais une fausse image mais ce que je vois me confirme mes ressentis à chaud…

  4. J’y était, et franchement j’ai adoré!!!!! Un paolo pas au mieux de sa forme physique certes. Fatigué, pas vraiment sobre… Mais quelle voix!!!! Il s’est vraiment laisser aller sur ses chansons, a fait de vraies performances vocales! Des versions inédites…. Et ses musiciens… Tous plus bons les uns que les autres. En bref Paolo et the Vipers ; des génies!!!! Vraiment j’ai trouver ce concert incroyable!!!!! Et grosse GROSSE surprise pour moi, la découverte de Will and the people que j’ai ADOOORE!!!! Je suis une nouvelle fan!!!! Seul bémol à la soirée, comme vous l’avez dit plus haut. Un départ un peu rapide de Paolo et du groupe (même si après un concert pareil, je comprends qu’ils aient été fatigués!!) et SURTOUT un public éteint. Ils n’ont pas eu le 1/3 des applaudissements mérités!!!!!!!

  5. Une performance musicale et vocale au top! mais, en effet, il avait pas l’air joviale ce cher Paolo! Allez savoir!…Je l’ai vu au bataclan, quelques mois auparavant…y’a pas photo! Il souriait tout le temps!!!…très proche du public…mince! je pensais pas le voir si fermé au Casino…si j’avais su…(mais heureuse d’avoir découvert : « Will and the People »! Génial!)

  6. c’est marrant, on a tous accroché à Will And The People^^ Perso j’ai acheté l’EP et je me le suis passé en boucle jusqu’à très récemment. Grande fan aussi!

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».