This Mortal Coil : Song To The Siren

This Mortal Coil Parfois, il arrive que la reprise se hisse un cran au dessus de l’original. C’est assez rare, c’est arrivé en 1984 lorsque This Mortal Coil reprend sur l’album « It’ll End In Tears » la chanson de Tim Buckley paru en 1970 « Song To The siren ».

This Mortal Coil

Tim Buckley, père de Jeff Buckley était un chanteur à la voix couvrant cinq octaves et dont la courte carrière musicale est encore de nos jours adulée et redécouverte par les plus jeunes.

This Mortal Coil est un supergroupe inventé par le fondateur du label new-wave 4AD Ivo Watts-Russell. Supergroupe car la plupart des groupes issus de 4AD y font une incursion sur l’un des trois albums parus (Cocteau Twins, Dead Can Dance, The Wolfgang Press, The Throwing Muses, Colourbox, Shelleyan Orphan, The Pixies entre autres…).
La chanson déjà poignante dans l’interprétation de Tim Buckley prend une dimension supplémentaire avec la voix particulière d’Elisabeth Fraser, qui hasard ou pas fut un temps la petite amie de Tim Buckley… Cette chanson a été reprise un grand nombre de fois (Paula Arundell, Robert Plant, Susheela Raman, John Frusciante, George Michael) mais la version de This Mortal Coil est pour l’instant restée inégalée. Pour la petite histoire, David Lynch souhaitait l’inclure dans la B.O. de Blue Velvet mais pour une histoire de droits et d’argent, ce ne fut pas possible, il se rattrapera quelques année plus tard puisque le morceau figure dans la B. O de Lost Highway.

Vous avez aimé ? Partagez !
3 réponses sur « This Mortal Coil : Song To The Siren »

effectivement, la reprise est au-dessus de plusieurs crans. C’est rare mais possible, la preuve.

Ce qui est marquant est que le fils de Tim Buckley, Jeff, a également pu avoir une meilleure interprétation d’une chanson originale de Léonard Cohen

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Faubourg

5 questions à … Faubourg

Se perdre pour mieux se retrouver. Faubourg avec Lost réalise un rêve en invitant Roya Arab qui prêtait sa voix au Londinium d’Archive. Ce morceau aux volutes enivrantes, aux sentiments stroboscopé est extrait d’un mini-ep avec un remix de Kooltrasher. On découvre un artiste qui risque d’être au centre du jeu rapidement.
Spitzer

Spitzer traque Chevalrex

Après avoir dynamité Thousand, remué Aquaserge et secoué Sure, Spitzer enténèbre le déjà angoissant Tant de fois sans doute le morceau le plus sombre de Chevalrex extrait de son quatrième album, Providence.

Plus dans Son du jour