Pas de plan B pour les KVB

The KVB
Louis 23/07/2018

Signé chez Invada Records, le label de Geoff Barrow (Portishead), KVB pourrait bien casser la baraque à la rentrée avec un nouvel album. Évoluant dans le sillon des JAMC, les KVB ont enfin trouvé la recette parfaite pour porter leur projet. Partis de Southampton, ils ont atterri à Berlin pour enregistrer Only Now Forever et vont squatter les routes françaises le temps d’une tournée qui les fera passer notamment par la Route du Rock (Saint Malo), Paris et Amiens.


Pourquoi avoir appelé ce disque Only Now Forever ?

Kat : Le titre de notre album nous a été inspiré par un poème de Keston Sutherland. Notre premier album s’appelle Always Then. Only Now Forever est une suite naturelle. C’est un titre éthéré mais étrange et intemporel qui accompagne bien la pochette de l’album qui est un cliché de Maria Louceiro.

Comment est né ce disque ? Son enregistrement a été facile ?

Pour nous, c’est comme un album de contrastes, léger et romantique et sombre et sexy. Son enregistrement et son écriture ont pris à peu près un an lors de notre tournée en Chine, en Afrique du Sud et au Mexique. En y réfléchissant bien, on peut percevoir cet élément qu’est le voyage dans les chansons. Nous avons tout enregistré dans notre home studio à Berlin. Cela nous permettait de travailler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Nous avons pu travailler dès que l’inspiration était là. Nous avons beaucoup appris en enregistrant notre dernier album dans le studio de Geoff Barrow et nous avons utilisé les connaissances que nous en avons tirées dans l’enregistrement ce disque. Ce fut une excellente manière de travailler car nous avons pu expérimenter beaucoup plus et essayer de nouvelles idées sans les contraintes de temps liées au fait d’enregistrer dans un studio. Nous avons utilisé un nouveau clavier, l’OB6. Il est présent dans toutes les chansons. Je l’adore !

Quelle est l’histoire d’Above Us ?

C’est une chanson écrite en réaction aux angoisses de la vie moderne vues de manière positive. C’est un signal d’alarme pour toujours se remettre en question et défier la dépersonnalisation. C’est nerveux et euphorique à la fois.

The KVB – Above US

Comment avez-vous rencontré Alden Voldney, le réalisateur ?

Nous l’avons rencontré grâce à notre label. En tant que peintre et photographe, je suis assez exigeante avec les gens qui réalisent nos clips. J’ai été heureuse qu’Alden accepte de faire ce clip. J’aime son travail et l’atmosphère qui en découle. Le clip épouse notre esthétique.

Quels sont vos projets pour cet été ?

Nous avons quelques festivals en France ainsi que le festival Green Man au Pays de Galles. Nous retournons aussi de Berlin au Royaume-Uni, vu que la quantité d’équipement de musique que nous avons sera un très gros projet!

Only Now Forever des The KVB sera disponible le 12 octobre 2018 chez Invada Records.
The KVB seront en concert dans toute la France et passeront notamment le 7 décembre 2018 à La Lune des Pirates (Amiens).

The KVB - Only Now Forever

Tracklist : The KVB - Only Now Forever
  1. Above Us
  2. On My Skin
  3. Only Now Forever
  4. Afterglow
  5. Violet Noon
  6. Into Life
  7. Live In Fiction
  8. Tides
  9. No Shelter
  10. Cerulean

English text

What’s the reason behind the name of your new album ?

Kat : It was inspired by a poem by Keston Sutherland. Our debut album is called ‘Always Then’ and so ‘Only Now Forever’ feels like a natural fit in terms of a feeling of displacement in time. Ethereal yet strange and timeless, which we think is mirrored in the album cover photograph taken by Maria Louceiro.

How was born this new album ? How easy was the recording process of this album ?

To us it feels like an album of contrasts, its light and romantic yet dark and sexy. It was written and recorded over a course of a year or so, when we were touring a lot to new places such as China, South Africa and Mexico and on reflection now can feel that element of travel has seeped into the songs. We recorded everything at our home studio in Berlin, which meant we could dip in and out at whatever time of day or night, whenever inspiration struck. We learnt a lot recording our last album at Geoff Barrow’s studio and used that knowledge to inform these recordings. It was a really great way to work, as we were able to experiment a lot more and try out new ideas without the rigid time constraints of a studio.
Last year we also got a new synth, the OB6, which features frequently in every song – I love it so much!

What’s the story of Above Us ?

It’s a reaction to the anxieties of modern life, but in a positive way. A determined reminder to not stop questioning everything and defiance against depersonalisation… it’s nervous yet euphoric.

How did you meet Alden Voldney, the director of the clip ?

We haven’t met him personally yet, but it was through our label. Being a visual artist myself I am quite picky about who we work with for our videos, but was so glad when Alden agreed to do it as I like the atmosphere in his past work and feel the aesthetic of the video fits with our own.

What are your projects for this summer ?

We have a couple of festivals in France as well as Green Man festival in Wales. We are also moving from Berlin back to the UK which considering how much music equipment we have will be a very big project!

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous…

Studio Electrophonique

Électrisant Studio Electrophonique

Violette Records, le label qui a réussi l’exploit de faire entrer Michael Head (Shack/The Pale Fountains) dans les charts anglais, s’apprête à publier Elp, une nouvelle collection de disques. Et c’est un certain James Leesley qui ouvre le bal.

Parfaite Julia Shapiro

En retrait des Chastity Belt, Julia Shapiro se lance dans une carrière solo et arrive dans les bacs cette semaine avec Perfect Version.

Carton plein pour les Catenary Wires

Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut pas être mauvais. Après avoir écouté Til The Morning des Catenary Wires, on vous le confirme : Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut qu’être bon.

A ne pas rater dans Découvertes !