Pas de plan B pour les KVB

The KVB
Louis - 23/07/2018

Signé chez Invada Records, le label de Geoff Barrow (Portishead), KVB pourrait bien casser la baraque à la rentrée avec un nouvel album. Évoluant dans le sillon des JAMC, les KVB ont enfin trouvé la recette parfaite pour porter leur projet. Partis de Southampton, ils ont atterri à Berlin pour enregistrer Only Now Forever et vont squatter les routes françaises le temps d’une tournée qui les fera passer notamment par la Route du Rock (Saint Malo), Paris et Amiens.


Pourquoi avoir appelé ce disque Only Now Forever ?

Kat : Le titre de notre album nous a été inspiré par un poème de Keston Sutherland. Notre premier album s’appelle Always Then. Only Now Forever est une suite naturelle. C’est un titre éthéré mais étrange et intemporel qui accompagne bien la pochette de l’album qui est un cliché de Maria Louceiro.

Comment est né ce disque ? Son enregistrement a été facile ?

Pour nous, c’est comme un album de contrastes, léger et romantique et sombre et sexy. Son enregistrement et son écriture ont pris à peu près un an lors de notre tournée en Chine, en Afrique du Sud et au Mexique. En y réfléchissant bien, on peut percevoir cet élément qu’est le voyage dans les chansons. Nous avons tout enregistré dans notre home studio à Berlin. Cela nous permettait de travailler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Nous avons pu travailler dès que l’inspiration était là. Nous avons beaucoup appris en enregistrant notre dernier album dans le studio de Geoff Barrow et nous avons utilisé les connaissances que nous en avons tirées dans l’enregistrement ce disque. Ce fut une excellente manière de travailler car nous avons pu expérimenter beaucoup plus et essayer de nouvelles idées sans les contraintes de temps liées au fait d’enregistrer dans un studio. Nous avons utilisé un nouveau clavier, l’OB6. Il est présent dans toutes les chansons. Je l’adore !

Quelle est l’histoire d’Above Us ?

C’est une chanson écrite en réaction aux angoisses de la vie moderne vues de manière positive. C’est un signal d’alarme pour toujours se remettre en question et défier la dépersonnalisation. C’est nerveux et euphorique à la fois.

The KVB – Above US

Comment avez-vous rencontré Alden Voldney, le réalisateur ?

Nous l’avons rencontré grâce à notre label. En tant que peintre et photographe, je suis assez exigeante avec les gens qui réalisent nos clips. J’ai été heureuse qu’Alden accepte de faire ce clip. J’aime son travail et l’atmosphère qui en découle. Le clip épouse notre esthétique.

Quels sont vos projets pour cet été ?

Nous avons quelques festivals en France ainsi que le festival Green Man au Pays de Galles. Nous retournons aussi de Berlin au Royaume-Uni, vu que la quantité d’équipement de musique que nous avons sera un très gros projet!

Only Now Forever des The KVB sera disponible le 12 octobre 2018 chez Invada Records.
The KVB seront en concert dans toute la France et passeront notamment le 7 décembre 2018 à La Lune des Pirates (Amiens).

The KVB - Only Now Forever

Tracklist : The KVB - Only Now Forever
  1. Above Us
  2. On My Skin
  3. Only Now Forever
  4. Afterglow
  5. Violet Noon
  6. Into Life
  7. Live In Fiction
  8. Tides
  9. No Shelter
  10. Cerulean

English text

What’s the reason behind the name of your new album ?

Kat : It was inspired by a poem by Keston Sutherland. Our debut album is called ‘Always Then’ and so ‘Only Now Forever’ feels like a natural fit in terms of a feeling of displacement in time. Ethereal yet strange and timeless, which we think is mirrored in the album cover photograph taken by Maria Louceiro.

How was born this new album ? How easy was the recording process of this album ?

To us it feels like an album of contrasts, its light and romantic yet dark and sexy. It was written and recorded over a course of a year or so, when we were touring a lot to new places such as China, South Africa and Mexico and on reflection now can feel that element of travel has seeped into the songs. We recorded everything at our home studio in Berlin, which meant we could dip in and out at whatever time of day or night, whenever inspiration struck. We learnt a lot recording our last album at Geoff Barrow’s studio and used that knowledge to inform these recordings. It was a really great way to work, as we were able to experiment a lot more and try out new ideas without the rigid time constraints of a studio.
Last year we also got a new synth, the OB6, which features frequently in every song – I love it so much!

What’s the story of Above Us ?

It’s a reaction to the anxieties of modern life, but in a positive way. A determined reminder to not stop questioning everything and defiance against depersonalisation… it’s nervous yet euphoric.

How did you meet Alden Voldney, the director of the clip ?

We haven’t met him personally yet, but it was through our label. Being a visual artist myself I am quite picky about who we work with for our videos, but was so glad when Alden agreed to do it as I like the atmosphere in his past work and feel the aesthetic of the video fits with our own.

What are your projects for this summer ?

We have a couple of festivals in France as well as Green Man festival in Wales. We are also moving from Berlin back to the UK which considering how much music equipment we have will be a very big project!

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

Soyez branché, écoutez les Ringards

Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

L’invitation de Pastel Coast

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

Furies

Des Furies en Trans !

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

A ne pas rater dans Découvertes !