Mozes and the Firstborn, pop post-Dadcore

Mozes and the Firstborn(c) Nick Helderman Photography
Louis - 21/01/2019

Mozes and the Firstborn était le meilleur secret des Pays Bas. De la ville d’Eindhoven pour être précis. Désormais signés chez Burger Records, Mozes and the Firsborn a enfin les moyens de son ambition. Le nouvel album paraît le 25 janvier 2019 et Melle Dielesen a écrit une pelletée de chansons qui vont rendre heureux les fans de Weezer et de Guided By Voices.


Et en attendant la venue de Guided By Voices cet été en Europe, on peut aller au Supersonic (Paris) pour remuer de la tête sur les chansons de Dadcore.

Pourquoi avoir travaillé avec quatre producteurs différents pour enregistrer ce disque ?

Melle Dielesen : Nous écrivons et nous enregistrons des chansons qui sont très différentes les unes des autres. Notre plan initial était d’intégrer cette variété de sons sur Dadcore. Nous avons enregistré les morceau les uns après les autres. Pour chaque chanson, nous avons cherché le producteur. Nous avons fini par travailler avec cinq ingénieurs pour les mixs et sept ingénieurs pour les mixs. Travailler avec Chris Coady (Yeah Yeah Yeahs, Beach House), qui a co-produit et mixé six titres a été une révélation. Dadcore est fini, au suivant !

Mozes and the Firstborn – If I

Comment êtes-vous rentrés en contact Burger Records ?

Nous avons joué, en 2013, pour la première fois à Eurosonic à Groningue. Un autre groupe hollandais avait invité Lee de Burger Records à venir et il nous a vu jouer « par accident ». Lee est rentré aux États-Unis et a raconté à son associé Sean tout ce qui nous concernait. Nous sommes le premier groupe européen à publier un disque majeur sur ce label.

Quel est l’histoire de Sad Supermarket Song ?

Eh bien, tout a commencé comme une blague. Pendant quelque temps, j’ai entendu beaucoup de chansons larmoyantes quand je faisais mes courses. C’était la radio du supermarché. Cela m’a donné l’idée d’écrire une chanson sur une personne triste dans un supermarché, si triste quelle serait totalement absorbée par cette chanson. Je voulais écrire une chanson triste pour que la radio de mon supermarché la diffuse.

Mozes and the Firstborn – Sad Supermarket Song

Et pourquoi ce disque s’appelle Dadcore ?

C’est une description de mon style vestimentaire. Raven, Corto et un autre ami portent aussi ce genre de fringues. Mais nous avons commencé à creuser ce terme et cela nous a fait réfléchir. Si vous demandez aujourd’hui à un enfant dans la rue ce que la musique rock signifie pour lui, il répondra probablement: « Je ne sais pas. C’est quelque chose que mon père écoute. » Ce disque est une lettre d’amour pour le rock et le monde magique dans lequel nous évoluons en tant que groupe. Espérons que Dadcore puisse transmettre ce sentiment à un public plus jeune.

Et quels sont vos projets pour 2019 ?

Des tournées, des tournées et encore des tournées ! Dans une semaine, nous entamons notre première tournée américaine avec nos amis espagnols, The Parrots. 30 concerts en 33 jours. Après cette tournée, pas de de pause. On rentre directement en Europe pour affronter notre pays natal, l’Allemagne, la Belgique, l’Angleterre et la France. Nous jouons le Supersonic à Paris le 11 mars.

Top 5 Mozes and the Firstborn

  1. Quel est ton album préféré de 2018 ?
  2. Beyondless des Iceage. Ce groupe ne m’a jamais déçu.

  3. Ton artiste français préféré ?
  4. Jacques Dutronc. Jacques Dutronc est la personne la plus cool du monde.

  5. Quel est ton disque préféré des Guided By Voices ?
  6. Mec, c’est super dur d’en choisir un. Pour le coup, je vais répondre Bee Thousand.

  7. Le meilleur endroit sur terre pour faire un concert ?
  8. Peu importe l’endroit. Tant que le groupe et le public sont en symbiose…

  9. Le refrain ultime ?
  10. Just What I Needed des Cars. Je l’écoute tous les jours.

Dadcore de Mozes And The Firstborn sera disponible le 25 janvier 2019 chez Burger Records.
Mozes And The Firstborn seront en concert le 11 mars 2019 au Supersonic (Paris).

Mozes and the Firstborn - Dadcore

Tracklist : Mozes And The Firstborn - Dadcore
  1. Dadcore
  2. If I
  3. Baldy
  4. Sad Supermarket Song
  5. Fly Out I06 Blow Up
  6. Hello
  7. Scotch Tape Stick With Me
  8. Were All Saints
  9. Amen
  10. Fly Out
  11. II

English text

Why did you work with 4 engineers during the Dadcore recording process ?

Melle Dielesen : were writing and recording songs in a wide variety of styles. Our plan from the beginning was to incorporate all these different sounds on Dadcore. We started working on a track-to-track basis. Whenever a song felt ready to go we looked for the places and people that we thought would fit the track. We ended up working with 5 different mixing engineers and 7 different recording engineers on this record. Working with Chris Coady (Yeah Yeah Yeahs, Beache House), co-producer and mixer on 6 tracks, was a real eye-opener. Next level Mozes!

How did you meet the team of Burger Records ?

In 2013 we played Eurosonic in Groningen for the first time. Another Dutch band had invited Lee of Burger Records to come over and he saw us play incidentally. Lee flew back to the States and told his partner-in-crime Sean all about us. That resulted into us being the first international band to do a big release on Burger.

What’s the story of Sad Supermarket Song ?

It sorta started as a joke. For some time I heard a lot of big-sounding rock tearjerkers on the radio of my supermarket. It sparked the idea of this lonely person walking through the aisles being completely absorbed by a sad supermarket song. My initial intention was to write something that’s poppy enough to make it to the playlist of my supermarket. I believe it will one day.

What’s the reason behind the name of your new album ?

It’s a description of my particular style of clothing. That’s what Raven, Corto and another friend came up with. We started digging the term and it got us thinking. If you ask a random kid on the street today what rock music means to him, he’s likely to answer: « I dunno. It’s something my dad listens to. » This record is a love letter to rock music and the magical world that we operate in a as a band. Hopefully Dadcore can convey that feeling to a younger crowd.

What are your projects for 2019 ?

Tour, tour, tour! In a week we start our first US headline tour with our Spanish friends The Parrots. 30 shows in 33 days. After that we go straight back to Europa to play our home country, Germany, Belgium, England and France. We play the Supersonic in Paris on March 11th.

Top 5 Mozes and the Firstborn

  1. What’s your favorite album of 2018 ?
  2. Beyondless by Iceage. This band never fails to excite me.

  3. Your favorite french artist ?
  4. Jacques Dutronc. No one is cooler than Jacques.

  5. Your favorite album of Guided By Voices ?
  6. Oh man, that’s a tough one. I’ll have to go with Bee Thousand then.

  7. The best place to play a gig in the world ?
  8. Any place. As long as the band and the audience agree on entering a certain special world together.

  9. The ultimate chorus ?
  10. The Cars – Just What I Needed. I listen to it every day

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

Soyez branché, écoutez les Ringards

Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

L’invitation de Pastel Coast

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

Furies

Des Furies en Trans !

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

A ne pas rater dans Découvertes !