Mozes and the Firstborn, pop post-Dadcore

Mozes and the Firstborn(c) Nick Helderman Photography
Louis 21/01/2019

Mozes and the Firstborn était le meilleur secret des Pays Bas. De la ville d’Eindhoven pour être précis. Désormais signés chez Burger Records, Mozes and the Firsborn a enfin les moyens de son ambition. Le nouvel album paraît le 25 janvier 2019 et Melle Dielesen a écrit une pelletée de chansons qui vont rendre heureux les fans de Weezer et de Guided By Voices.


Et en attendant la venue de Guided By Voices cet été en Europe, on peut aller au Supersonic (Paris) pour remuer de la tête sur les chansons de Dadcore.

Pourquoi avoir travaillé avec quatre producteurs différents pour enregistrer ce disque ?

Melle Dielesen : Nous écrivons et nous enregistrons des chansons qui sont très différentes les unes des autres. Notre plan initial était d’intégrer cette variété de sons sur Dadcore. Nous avons enregistré les morceau les uns après les autres. Pour chaque chanson, nous avons cherché le producteur. Nous avons fini par travailler avec cinq ingénieurs pour les mixs et sept ingénieurs pour les mixs. Travailler avec Chris Coady (Yeah Yeah Yeahs, Beach House), qui a co-produit et mixé six titres a été une révélation. Dadcore est fini, au suivant !

Mozes and the Firstborn – If I

Comment êtes-vous rentrés en contact Burger Records ?

Nous avons joué, en 2013, pour la première fois à Eurosonic à Groningue. Un autre groupe hollandais avait invité Lee de Burger Records à venir et il nous a vu jouer « par accident ». Lee est rentré aux États-Unis et a raconté à son associé Sean tout ce qui nous concernait. Nous sommes le premier groupe européen à publier un disque majeur sur ce label.

Quel est l’histoire de Sad Supermarket Song ?

Eh bien, tout a commencé comme une blague. Pendant quelque temps, j’ai entendu beaucoup de chansons larmoyantes quand je faisais mes courses. C’était la radio du supermarché. Cela m’a donné l’idée d’écrire une chanson sur une personne triste dans un supermarché, si triste quelle serait totalement absorbée par cette chanson. Je voulais écrire une chanson triste pour que la radio de mon supermarché la diffuse.

Mozes and the Firstborn – Sad Supermarket Song

Et pourquoi ce disque s’appelle Dadcore ?

C’est une description de mon style vestimentaire. Raven, Corto et un autre ami portent aussi ce genre de fringues. Mais nous avons commencé à creuser ce terme et cela nous a fait réfléchir. Si vous demandez aujourd’hui à un enfant dans la rue ce que la musique rock signifie pour lui, il répondra probablement: « Je ne sais pas. C’est quelque chose que mon père écoute. » Ce disque est une lettre d’amour pour le rock et le monde magique dans lequel nous évoluons en tant que groupe. Espérons que Dadcore puisse transmettre ce sentiment à un public plus jeune.

Et quels sont vos projets pour 2019 ?

Des tournées, des tournées et encore des tournées ! Dans une semaine, nous entamons notre première tournée américaine avec nos amis espagnols, The Parrots. 30 concerts en 33 jours. Après cette tournée, pas de de pause. On rentre directement en Europe pour affronter notre pays natal, l’Allemagne, la Belgique, l’Angleterre et la France. Nous jouons le Supersonic à Paris le 11 mars.

Top 5 Mozes and the Firstborn

  1. Quel est ton album préféré de 2018 ?
  2. Beyondless des Iceage. Ce groupe ne m’a jamais déçu.

  3. Ton artiste français préféré ?
  4. Jacques Dutronc. Jacques Dutronc est la personne la plus cool du monde.

  5. Quel est ton disque préféré des Guided By Voices ?
  6. Mec, c’est super dur d’en choisir un. Pour le coup, je vais répondre Bee Thousand.

  7. Le meilleur endroit sur terre pour faire un concert ?
  8. Peu importe l’endroit. Tant que le groupe et le public sont en symbiose…

  9. Le refrain ultime ?
  10. Just What I Needed des Cars. Je l’écoute tous les jours.

Dadcore de Mozes And The Firstborn sera disponible le 25 janvier 2019 chez Burger Records.
Mozes And The Firstborn seront en concert le 11 mars 2019 au Supersonic (Paris).

Mozes and the Firstborn - Dadcore

Tracklist : Mozes And The Firstborn - Dadcore
  1. Dadcore
  2. If I
  3. Baldy
  4. Sad Supermarket Song
  5. Fly Out I06 Blow Up
  6. Hello
  7. Scotch Tape Stick With Me
  8. Were All Saints
  9. Amen
  10. Fly Out
  11. II

English text

Why did you work with 4 engineers during the Dadcore recording process ?

Melle Dielesen : were writing and recording songs in a wide variety of styles. Our plan from the beginning was to incorporate all these different sounds on Dadcore. We started working on a track-to-track basis. Whenever a song felt ready to go we looked for the places and people that we thought would fit the track. We ended up working with 5 different mixing engineers and 7 different recording engineers on this record. Working with Chris Coady (Yeah Yeah Yeahs, Beache House), co-producer and mixer on 6 tracks, was a real eye-opener. Next level Mozes!

How did you meet the team of Burger Records ?

In 2013 we played Eurosonic in Groningen for the first time. Another Dutch band had invited Lee of Burger Records to come over and he saw us play incidentally. Lee flew back to the States and told his partner-in-crime Sean all about us. That resulted into us being the first international band to do a big release on Burger.

What’s the story of Sad Supermarket Song ?

It sorta started as a joke. For some time I heard a lot of big-sounding rock tearjerkers on the radio of my supermarket. It sparked the idea of this lonely person walking through the aisles being completely absorbed by a sad supermarket song. My initial intention was to write something that’s poppy enough to make it to the playlist of my supermarket. I believe it will one day.

What’s the reason behind the name of your new album ?

It’s a description of my particular style of clothing. That’s what Raven, Corto and another friend came up with. We started digging the term and it got us thinking. If you ask a random kid on the street today what rock music means to him, he’s likely to answer: « I dunno. It’s something my dad listens to. » This record is a love letter to rock music and the magical world that we operate in a as a band. Hopefully Dadcore can convey that feeling to a younger crowd.

What are your projects for 2019 ?

Tour, tour, tour! In a week we start our first US headline tour with our Spanish friends The Parrots. 30 shows in 33 days. After that we go straight back to Europa to play our home country, Germany, Belgium, England and France. We play the Supersonic in Paris on March 11th.

Top 5 Mozes and the Firstborn

  1. What’s your favorite album of 2018 ?
  2. Beyondless by Iceage. This band never fails to excite me.

  3. Your favorite french artist ?
  4. Jacques Dutronc. No one is cooler than Jacques.

  5. Your favorite album of Guided By Voices ?
  6. Oh man, that’s a tough one. I’ll have to go with Bee Thousand then.

  7. The best place to play a gig in the world ?
  8. Any place. As long as the band and the audience agree on entering a certain special world together.

  9. The ultimate chorus ?
  10. The Cars – Just What I Needed. I listen to it every day

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Faire ami-ami avec Special Friend

Découvrir les Special Friend à la fin d’une journée, c’est finir en beauté cette journée si celle-ci était cool. Et c’est se consoler avec leurs morceaux si la journée a été pourrie. Ecouter Before, c’est l’assurance de croiser les ombres de Stephen McRobbie et des Yo La Tengo… Ecouter Low Tide, c’est retrouver une présence…

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous…

Studio Electrophonique

Électrisant Studio Electrophonique

Violette Records, le label qui a réussi l’exploit de faire entrer Michael Head (Shack/The Pale Fountains) dans les charts anglais, s’apprête à publier Elp, une nouvelle collection de disques. Et c’est un certain James Leesley qui ouvre le bal.

Parfaite Julia Shapiro

En retrait des Chastity Belt, Julia Shapiro se lance dans une carrière solo et arrive dans les bacs cette semaine avec Perfect Version.

Carton plein pour les Catenary Wires

Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut pas être mauvais. Après avoir écouté Til The Morning des Catenary Wires, on vous le confirme : Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut qu’être bon.

A ne pas rater dans Découvertes !