Catégories
Chroniques d'albums

Guided By Voices – Space Gun

Space Gun est peut-être le meilleur disque sorti par Guided By Voices depuis une dizaine d’années. Mais comment s’y retrouver dans la discographie pléthorique du groupe de Dayton ?

Ce groupe a sorti 26 albums depuis ses débuts en 1987… Leur leader, Rober Pollard, a quant à lui publié pas moins de 100 albums (on y met dedans les albums de Guided By Voices évidemment). Chez SK*, on est courageux mais pas téméraire.Comme nous n’avons pas pu échanger quelques mots avec Robert Pollard car ce garçon donne des interviews de manière très sporadique, on s’est dit qu’on allait écouter tous les disques de ce groupe. 26 albums au total soit à peu-près 20 heures de musique/

Et comme ce groupe n’a sorti que de bons disques, faire un classement est impossible. Et comme les classements ne servent à rien, voici une présentation chronologique qui sera caduque dans quelques semaines car les GBV ne vont pas tarder à publier un nouvel album.

Devil Between My Toes (1987)

C’est le premier LP de Guided By Voices, il fait suite à un EP (Forever Since Breakfast). Cette même année, R.E.M. sort Document et les Miracle Legion plient l’année avec Surprise Surprise Surprise. Avec deux dollars et cinquante bières, Guided By Voices fait mieux que 90% des groupes actuels mais pas autant que les deux groupes précédemment cités. Auto-produit, ce disque regorge pourtant de bonnes surprises comme The Tumblers.

Sandbox (1987)

Enregistré à la maison, produit avec des moyens faméliques, Sandbox sonne bien. Trop bien pour du Guided By Voices. A coté du premier album, c’est du Bon Jovi. On oublie.

Self-Inflicted Aerial Nostalgia (1989)

Premier classique du groupe. Evidemment le son est aussi fin qu’une feuille de papier à cigarette. Mais les guitares de Jim Pollard font déjà rêver ceux que les années 80 lassaient au plus haut point. Pendant ce temps là, Kevin Shields entre en studio pour enregistrer Loveless.

Same Place the Fly Got Smashed (1990)

Les GBV nous auront tout fait. Même le coup du concept album. Same Place the Fly Got Smashed évoque un crime commis par un type alcoolique. Visiblement ce dernier n’a pas été le seul à boire. On vide une bière et on passe directement à la case Propeller sans passer par la case prison (comme le héros de ce disque). Quant à Kevin Shields, il est toujours bloqué dans son studio.

Propeller (1992)

Si vous êtes fan de Steely Dan, FUYEZ. Même la notice américaine de Wikipédia parle de « bric-à-brac » sonore. Et pourtant… Vouant un culte aux Who, la bande de Pollard Premier enregistre un titre à faire tomber Townshend à la renverse (Over the Neptune/Mesh Gear Fox). seul titre de plus de 3 minutes 30 au passage. Le reste est un hommage aux Beatles et à une certaine idée du rock anglais. Quant à Kevin Shields, il est enfin sorti de son studio, a sorti Loveless pour mieux repartir en studio. Le voilà dans le sud de Londres avec une perceuse et une guitare en train de construire un nouveau studio. Ayant utilisé sa guitare pour faire tenir les cloisons de sa garçonnière musicale, il se met à jouer de la perceuse.

Vampire On Titus (1993)

Enregistré après la première dissolution du groupe, ce disque est le second classique du groupe. C’est bien simple, Vampire On Titus est le disque le plus lo-fi du groupe. Les neuf chansons de ce disque sorti chez Scrat Records sont les tables de la Loi de Stephane Malkmus et de ses Pavement.

Be Thousand (1994)

Enregistré dans les garages et les vérandas des membres du groupe, Be Thousand est influencé par les 4P. Les partisans du format audio DTS:X et les fanatiques de King Crimson vont encore s’étrangler en sirotant leur grenadine. Avec des morceaux du calibre d’Echos Myron et de Hardcore UFO’s, GBV place ce disque dans les classements de fin d’année et attire enfin les labels. C’est le disque qui va leur ouvrir de facto les portes de Matador. Quant aux portes du studio de Kevin Shields, elles sont toujours fermées.

Guided By Voices – Echos Myron

Alien Lanes(1995)

Premier album pour un label digne de ce nom (Matador, label historique des GBV), Alien Lanes sort le grand jeu. Attention il y a à boire et à manger dans les 28 morceaux de ce disque célébré par la critique à sa sortie. Enfin il y a surtout à boire… Robert Pollard, instituteur de profession, se met minable tous les week-ends avec ses petits copains. Quand il est sobre, il rhabille toute la concurrence et pourrait apprendre son métier à Dave Grohl (le temps du premier album des Foo Fighters évidemment). Game of Pricks n’a pas pris de ride et fait toujours lever le coude. Une Alerte Enlèvement est lancée pour retrouver Kevin Shields

Under the Bushes Under the Stars (1996)

Matador fait définitivement quitter les bancs de l’école à Pollard. Cette fois-ci c’est Steve Albini et Kim Deal (un temps Madame Pollard) qui se penchent sur le cas de nos R.E.M. du low-fi. Avec un line-up idéal, Pollard consent à enregistrer ses brûlots punk sur un 24 pistes. Evidemment cela s’entend.

Guided by Voices – Cut out witch

Tonics & Twisted Chasers (1996)

Alors que Kevin Shields n’a toujours pas trouvé la bonne clef pour rentrer en studio, Robert Pollard emmène sa troupe et fait dans le psyché en publiant son deuxième album de l’année. Tonics and Twisted Chasers vaut franchement le détour. Il vaut tellement le détour que tout le monde se détourne de la voie tracée par Pollard qui se retrouve seul à la fin de l’année.

Mag Earwhig! (1997)

Révolution de palais dans le royaume de Robert Pollard. Tobin Sprout a quitté le navire, le reste du groupe aussi. Il en faudrait plus pour arrêter Popol 1er. Il recrute le groupe Cobra Verde et file en studio. Le résultat ? Le dernier album de Guided By Voices pour Matador. Mag Earwhig! est un album au goût étrange. Le départ de Sprout sonne aussi la fin de l’enregistrement sur un 4 pistes. Les Cobra Verde, groupe de blues garage de Cleveland, offre un son de pro à Pollard. On y retrouve l’un des tubes du groupe, I am a tree et des titres de fort bonne facture. Quant à la facture des frais de studio de My Bloody Valentine, elle est trop élevée. Le groupe splitte et Shields part s’amuser avec Primal Scream.

Do the Collapse (1999)

Une première dans l’histoire de l’Amérique depuis une dizaine d’années : 1998 fut une année sans nouveau disque des GBV (mais avec un excellent album solo de Pollard, Waved Out). Mag Earwhig! avait vu Robert Pollard entrer en studio avec Cobra Verde. En 1999, il retourne en studio mais avec un producteur. Et pas n’importe lequel, désormais signé chez TVT Records (pour le marché américain… Pour le marché européen, c’est Creation Records qui s’y colle, coucou Kevin Shields, Pollard est produit par Ric Ocasek (Weezer). Et évidemment, ça ne le fait pas. Do The Collapse est un album totalement loupé.

Isolation Drills (2001)

Le boss de TVT Records avait jeté son dévolu sur Guided By Voices. Après avoir recruté Ric Ocasek, voilà venu le temps de Rob Schnapf. Elliott Smith n’est pas loin dans le studio… Avec Chasing Heather Crazy et Glad Girls, Pollard a deux singles en béton armé pour faire une intrusion dans les charts américains. L’alliance de Doug Gillard (toujours présent) et de Tim Tobias fait des merveilles.

Universal Truths And Cycles (2002)

Retour à la case départ (donc chez Matador). Avec ce disque, les GBV font une première percée dans les charts. Au bout d’une dizaine de disques, il était temps.

Earthquake Glue (2003)

Imaginez le génie lo-fi de Bee Thousand ou d’Alien Lanes passé à la sauce MTV. Sur ce disque, les GBV font des concessions au niveau du son et récupèrent évidemment des fans. Earthqake Glue est comme un vieil ami d’enfance. C’est toujours un plaisir de le retrouver.

Half Smiles Of The Decomposed (2004)

Annoncé comme le dernier album de GBV, Pollard se lâche : aucune des chansons ne fait moins de deux minutes. Un miracle chez cet éjaculateur précoce de la chanson. Foutrement classique Half Smiles Of The Decomposed est l’ami qu’on a oublie souvent et qu’on est content de retrouver un peu par hasard.

Let’s Go Eat The Factory (2012)

Retour via Fire Records (pour le Royaume-Uni) et via Guided by Voices, Inc. pour le marché américain, ce disque célèbre le retour des GBV et du 4 pistes de Tobin Sprout. Pollard, qui a entre temps enregistré des disques solos, a des choses à dire.

Class Clown Spots a UFO (2012)

Huit ans que Pollard attendait gentiment le client… Evidemment 2012 est comme 1996 : deux albums la même année. Et Kevin Shields revient quelques mois après avec le troisième disque de son groupe.

English Little League (2013)

Et ils remettent ça quelques mois plus tard. On croise des avions, des chevaliers et un Tobin Sprout en grande forme. Un disque relativement long (43 minutes) qui a la même consistance que les meilleurs disques des 90 du groupe. Pollard enregistre ses meilleurs morceaux inspirés par les Beatles et Sprout flingue tout le monde avec Island (She Talks In Rainbows). Furieux de voir revenir les GBV, Kevin Shields sort en quatrième vitesse MBV, le troisième disque des My Bloody Valentine.

Guided By Voices – Islands (She Talks In Rainbows)

Motivational Jumpsuit (2014)

On se motive pour la suite. Ce disque cogne aussi dur que Bee Thousand et Alien Lanes réunis. Le jeu de Tobin Sprout fait des merveilles.

Cool Planet (2014)

Jusque-là, seul Dinosaur Jr avait eu le chic de se reformer et de sortir des disques de qualité. Les Guided By Voices allaient-ils leur embrayer le pas ? Non… Le rythme imposait par Pollard fait que les troupes s’essoufflent. A oublier.

Please Be Honest (2016)

Voici le disque des GBV qui porte le mieux son nom. On va être honnête donc… Ce disque est totalement foiré.

August by Cake (2017)

Plus le temps passe, plus ils sont en forme ? Après le gros trou d’air des années 2014 et 2016, le groupe repart de plus belle. Et sort un double album ! Sprout a quitté le navire et c’est le commandant Bobby Bare Jr. qui a pris la direction du bateau. Un peu de sang neuf ne fait jamais de mal. C’est centième disque de Pollard. C’est donc jour de fête à Dayton. August by Cake fait en 32 titres le tour du propriétaire.

How Do You Spell Heaven (2017)

Pollard est le type le plus épuisant du monde. Quelques mois après avoir publié un double album, il est déjà de retour. Avec un disque de fort bon aloi. Pas essentiel mais correct.

Guided By Voices - Space Gun

Space Gun de Guided By Voices sera publié le 23 mars 2018.
Guided Be Voices - Space Gun

Tracklist : Guided By Voices - Space Gun
  1. Space Gun
  2. Colonel Paper
  3. King Flute
  4. Ark Technican
  5. See My Field
  6. Liar’s Box
  7. Blink Bank
  8. Daily Get Ups
  9. Hudson Rake
  10. Sport Component National
  11. I Love Kangaroos
  12. Grey Spat Matters
  13. That’s Good
  14. Flight Advantage
  15. Evolution Circus

Guided By Voices – Space Gun
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « Guided By Voices – Space Gun »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Guided By Voices

A fond les gamelles avec les Guided By Voices !

En attendant la sortie de Mirrored Aztec, son nouvel et deuxième disque de 2020, on peut casser sa tirelire pour acheter la réédition vinyle d’Alien Lanes, le classique ultime des Guided By Voices.

[1997 – 2017] Tobin Sprout, back to Dayton

En 1997, les Guided By Voices sont à un tournant de leur tumultueuse histoire. En effet, aveec le départ de Tobin Sprout, c’est la fin du premier âge d’or du groupe de Dayton. Sprout parti, c’est la fin de l’épopée de Robert Pollard avec Matador et d’une production hallucinante. En deux ans, les GBV ont…
Guided By Voices

Les Guided By Voices s’envoient en l’air

C’est que l’on commençait à s’ennuyer du côté de Dayton… Heureusement Robert Pollard veille au grain et annonce la publication du vingt-sixième des Guided By Voices pour le 2 mars 2018 !
Guided By Voices - How Do You Spell Heaven

Guided By Voices – How Do You Spell Heaven

C’est bien connu, c’est toujours la guerre des chiffres avec les Guided By Voices. How Do You Spell Heaven est donc le second album du groupe de Dayton cette année (le premier était August By Cake), le vingt-cinquième du groupe et le cent-unième de Robert Pollard, leader maximo du groupe. How Do You Spell Heaven…
Robert ~Pollard - credit Terri Nelles

Robert Pollard s’illustre de bien belle manière !

Avant de revenir sur le devant de la scène avec ses Guided By Voices, Robert Pollard publie un album solo, Of course you are de fort bonne facture au mois de mars. Voici en exclusivité le single I Can Illustrate !
Robert Pollard - Of Course You Are

Robert Pollard – Of Course You Are

Robert Pollard, tête pensante des mythiques Guided By Voices, sort son vingt-quatrième disque solo. Si on ajoute à cela les vingt-deux disques des GBV (Guided By Voices pour les intimes) et ceux des projets annexes, on file droit vers la centaine d’albums. Un record…
Robert Pollard

La course folle de Robert Pollard

Avant de repartir au mois de juin 2016 en tournée avec ses Guided By Voices, Robert Pollard aura quelques mois pour assurer la promotion de son vingt-quatrième album solo, le très bon Of Course You Are.

Plus dans Chroniques d'albums

Maxwell Farrington & Le SuperHomard - Once

Maxwell Farrington & Le SuperHomard – Once

Ceci sera une chronique basique d’un disque né grâce à une rencontre autour d’une reprise a cappella de Burt Bacharach et qui doit autant à Scott Walker qu’à Lee Hazelwood.
Belfour - Si la rivière coule

Belfour – Si la rivière coule

Belfour, duo composé des magnétiques Lucie Mena et Michael Sacchetti, prend des chemins de traverse pour atteindre des cimes des arbres centenaires du Colorado.
Dinosaur Jr - Sweep

Dinosaur Jr. – Sweep It Into Space

Né avant la chute du Mur de Berlin, Dinosaur Jr. n’est pas touché par les années qui passent. Et ce n’est pas une pandémie qui va calmer les velléités sonores de ce trio américain… Enregistré en partie en 2020, ce douzième album fait des merveilles et nous propulse dans le monde d’avant tout en espérant…
The Coral - Coral Island

The Coral – Coral Island

Nés dans le sillage des effluves de la Brit pop, les Coral ont cassé la baraque en 2002 avec le premier disque et Dreaming Of You, leur unique tube. Depuis ? Une dizaine d’albums, confinés à un succès anglo-saxon, tous excellents. Maintes fois dépassés dans les classements par la jeune garde, les Coral n’ont jamais…
Olivier Rocabois - Goes Too Far

Olivier Rocabois – Goes Too Far

Olivier Rocabois fait feu de tout bois pour dépasser par la droite Neil Hannon sans le prévenir et laisser tout penauds les frères Brewis de Field Music.
Renée Reed - Renée Reed

Renée Reed – Renée Reed

Alternant la langue américaine et la langue française, Renée Reed arrive de sa Louisiane natale avec un premier disque qui plonge ses racines dans les limbes de la culture cajun tout en regardant le fantôme d’Elliott Smith.