Space Gun est peut-être le meilleur disque sorti par Guided By Voices depuis une dizaine d’années. Mais comment s’y retrouver dans la discographie pléthorique du groupe de Dayton ?

Ce groupe a sorti 26 albums depuis ses débuts en 1987… Leur leader, Rober Pollard, a quant à lui publié pas moins de 100 albums (on y met dedans les albums de Guided By Voices évidemment). Chez SK*, on est courageux mais pas téméraire.Comme nous n’avons pas pu échanger quelques mots avec Robert Pollard car ce garçon donne des interviews de manière très sporadique, on s’est dit qu’on allait écouter tous les disques de ce groupe. 26 albums au total soit à peu-près 20 heures de musique/

Et comme ce groupe n’a sorti que de bons disques, faire un classement est impossible. Et comme les classements ne servent à rien, voici une présentation chronologique qui sera caduque dans quelques semaines car les GBV ne vont pas tarder à publier un nouvel album.

Devil Between My Toes (1987)

C’est le premier LP de Guided By Voices, il fait suite à un EP (Forever Since Breakfast). Cette même année, R.E.M. sort Document et les Miracle Legion plient l’année avec Surprise Surprise Surprise. Avec deux dollars et cinquante bières, Guided By Voices fait mieux que 90% des groupes actuels mais pas autant que les deux groupes précédemment cités. Auto-produit, ce disque regorge pourtant de bonnes surprises comme The Tumblers.

Sandbox (1987)

Enregistré à la maison, produit avec des moyens faméliques, Sandbox sonne bien. Trop bien pour du Guided By Voices. A coté du premier album, c’est du Bon Jovi. On oublie.

Self-Inflicted Aerial Nostalgia (1989)

Premier classique du groupe. Evidemment le son est aussi fin qu’une feuille de papier à cigarette. Mais les guitares de Jim Pollard font déjà rêver ceux que les années 80 lassaient au plus haut point. Pendant ce temps là, Kevin Shields entre en studio pour enregistrer Loveless.

Same Place the Fly Got Smashed (1990)

Les GBV nous auront tout fait. Même le coup du concept album. Same Place the Fly Got Smashed évoque un crime commis par un type alcoolique. Visiblement ce dernier n’a pas été le seul à boire. On vide une bière et on passe directement à la case Propeller sans passer par la case prison (comme le héros de ce disque). Quant à Kevin Shields, il est toujours bloqué dans son studio.

Propeller (1992)

Si vous êtes fan de Steely Dan, FUYEZ. Même la notice américaine de Wikipédia parle de « bric-à-brac » sonore. Et pourtant… Vouant un culte aux Who, la bande de Pollard Premier enregistre un titre à faire tomber Townshend à la renverse (Over the Neptune/Mesh Gear Fox). seul titre de plus de 3 minutes 30 au passage. Le reste est un hommage aux Beatles et à une certaine idée du rock anglais. Quant à Kevin Shields, il est enfin sorti de son studio, a sorti Loveless pour mieux repartir en studio. Le voilà dans le sud de Londres avec une perceuse et une guitare en train de construire un nouveau studio. Ayant utilisé sa guitare pour faire tenir les cloisons de sa garçonnière musicale, il se met à jouer de la perceuse.

Vampire On Titus (1993)

Enregistré après la première dissolution du groupe, ce disque est le second classique du groupe. C’est bien simple, Vampire On Titus est le disque le plus lo-fi du groupe. Les neuf chansons de ce disque sorti chez Scrat Records sont les tables de la Loi de Stephane Malkmus et de ses Pavement.

Be Thousand (1994)

Enregistré dans les garages et les vérandas des membres du groupe, Be Thousand est influencé par les 4P. Les partisans du format audio DTS:X et les fanatiques de King Crimson vont encore s’étrangler en sirotant leur grenadine. Avec des morceaux du calibre d’Echos Myron et de Hardcore UFO’s, GBV place ce disque dans les classements de fin d’année et attire enfin les labels. C’est le disque qui va leur ouvrir de facto les portes de Matador. Quant aux portes du studio de Kevin Shields, elles sont toujours fermées.

Guided By Voices – Echos Myron

Alien Lanes(1995)

Premier album pour un label digne de ce nom (Matador, label historique des GBV), Alien Lanes sort le grand jeu. Attention il y a à boire et à manger dans les 28 morceaux de ce disque célébré par la critique à sa sortie. Enfin il y a surtout à boire… Robert Pollard, instituteur de profession, se met minable tous les week-ends avec ses petits copains. Quand il est sobre, il rhabille toute la concurrence et pourrait apprendre son métier à Dave Grohl (le temps du premier album des Foo Fighters évidemment). Game of Pricks n’a pas pris de ride et fait toujours lever le coude. Une Alerte Enlèvement est lancée pour retrouver Kevin Shields

Under the Bushes Under the Stars (1996)

Matador fait définitivement quitter les bancs de l’école à Pollard. Cette fois-ci c’est Steve Albini et Kim Deal (un temps Madame Pollard) qui se penchent sur le cas de nos R.E.M. du low-fi. Avec un line-up idéal, Pollard consent à enregistrer ses brûlots punk sur un 24 pistes. Evidemment cela s’entend.

Guided by Voices – Cut out witch

Tonics & Twisted Chasers (1996)

Alors que Kevin Shields n’a toujours pas trouvé la bonne clef pour rentrer en studio, Robert Pollard emmène sa troupe et fait dans le psyché en publiant son deuxième album de l’année. Tonics and Twisted Chasers vaut franchement le détour. Il vaut tellement le détour que tout le monde se détourne de la voie tracée par Pollard qui se retrouve seul à la fin de l’année.

Mag Earwhig! (1997)

Révolution de palais dans le royaume de Robert Pollard. Tobin Sprout a quitté le navire, le reste du groupe aussi. Il en faudrait plus pour arrêter Popol 1er. Il recrute le groupe Cobra Verde et file en studio. Le résultat ? Le dernier album de Guided By Voices pour Matador. Mag Earwhig! est un album au goût étrange. Le départ de Sprout sonne aussi la fin de l’enregistrement sur un 4 pistes. Les Cobra Verde, groupe de blues garage de Cleveland, offre un son de pro à Pollard. On y retrouve l’un des tubes du groupe, I am a tree et des titres de fort bonne facture. Quant à la facture des frais de studio de My Bloody Valentine, elle est trop élevée. Le groupe splitte et Shields part s’amuser avec Primal Scream.

Do the Collapse (1999)

Une première dans l’histoire de l’Amérique depuis une dizaine d’années : 1998 fut une année sans nouveau disque des GBV (mais avec un excellent album solo de Pollard, Waved Out). Mag Earwhig! avait vu Robert Pollard entrer en studio avec Cobra Verde. En 1999, il retourne en studio mais avec un producteur. Et pas n’importe lequel, désormais signé chez TVT Records (pour le marché américain… Pour le marché européen, c’est Creation Records qui s’y colle, coucou Kevin Shields, Pollard est produit par Ric Ocasek (Weezer). Et évidemment, ça ne le fait pas. Do The Collapse est un album totalement loupé.

Isolation Drills (2001)

Le boss de TVT Records avait jeté son dévolu sur Guided By Voices. Après avoir recruté Ric Ocasek, voilà venu le temps de Rob Schnapf. Elliott Smith n’est pas loin dans le studio… Avec Chasing Heather Crazy et Glad Girls, Pollard a deux singles en béton armé pour faire une intrusion dans les charts américains. L’alliance de Doug Gillard (toujours présent) et de Tim Tobias fait des merveilles.

Universal Truths And Cycles (2002)

Retour à la case départ (donc chez Matador). Avec ce disque, les GBV font une première percée dans les charts. Au bout d’une dizaine de disques, il était temps.

Earthquake Glue (2003)

Imaginez le génie lo-fi de Bee Thousand ou d’Alien Lanes passé à la sauce MTV. Sur ce disque, les GBV font des concessions au niveau du son et récupèrent évidemment des fans. Earthqake Glue est comme un vieil ami d’enfance. C’est toujours un plaisir de le retrouver.

Half Smiles Of The Decomposed (2004)

Annoncé comme le dernier album de GBV, Pollard se lâche : aucune des chansons ne fait moins de deux minutes. Un miracle chez cet éjaculateur précoce de la chanson. Foutrement classique Half Smiles Of The Decomposed est l’ami qu’on a oublie souvent et qu’on est content de retrouver un peu par hasard.

Let’s Go Eat The Factory (2012)

Retour via Fire Records (pour le Royaume-Uni) et via Guided by Voices, Inc. pour le marché américain, ce disque célèbre le retour des GBV et du 4 pistes de Tobin Sprout. Pollard, qui a entre temps enregistré des disques solos, a des choses à dire.

Class Clown Spots a UFO (2012)

Huit ans que Pollard attendait gentiment le client… Evidemment 2012 est comme 1996 : deux albums la même année. Et Kevin Shields revient quelques mois après avec le troisième disque de son groupe.

English Little League (2013)

Et ils remettent ça quelques mois plus tard. On croise des avions, des chevaliers et un Tobin Sprout en grande forme. Un disque relativement long (43 minutes) qui a la même consistance que les meilleurs disques des 90 du groupe. Pollard enregistre ses meilleurs morceaux inspirés par les Beatles et Sprout flingue tout le monde avec Island (She Talks In Rainbows). Furieux de voir revenir les GBV, Kevin Shields sort en quatrième vitesse MBV, le troisième disque des My Bloody Valentine.

Guided By Voices – Islands (She Talks In Rainbows)

Motivational Jumpsuit (2014)

On se motive pour la suite. Ce disque cogne aussi dur que Bee Thousand et Alien Lanes réunis. Le jeu de Tobin Sprout fait des merveilles.

Cool Planet (2014)

Jusque-là, seul Dinosaur Jr avait eu le chic de se reformer et de sortir des disques de qualité. Les Guided By Voices allaient-ils leur embrayer le pas ? Non… Le rythme imposait par Pollard fait que les troupes s’essoufflent. A oublier.

Please Be Honest (2016)

Voici le disque des GBV qui porte le mieux son nom. On va être honnête donc… Ce disque est totalement foiré.

August by Cake (2017)

Plus le temps passe, plus ils sont en forme ? Après le gros trou d’air des années 2014 et 2016, le groupe repart de plus belle. Et sort un double album ! Sprout a quitté le navire et c’est le commandant Bobby Bare Jr. qui a pris la direction du bateau. Un peu de sang neuf ne fait jamais de mal. C’est centième disque de Pollard. C’est donc jour de fête à Dayton. August by Cake fait en 32 titres le tour du propriétaire.

How Do You Spell Heaven (2017)

Pollard est le type le plus épuisant du monde. Quelques mois après avoir publié un double album, il est déjà de retour. Avec un disque de fort bon aloi. Pas essentiel mais correct.

Guided By Voices - Space Gun

Space Gun de Guided By Voices sera publié le 23 mars 2018.
Guided Be Voices - Space Gun

Tracklist : Guided By Voices - Space Gun
  1. Space Gun
  2. Colonel Paper
  3. King Flute
  4. Ark Technican
  5. See My Field
  6. Liar’s Box
  7. Blink Bank
  8. Daily Get Ups
  9. Hudson Rake
  10. Sport Component National
  11. I Love Kangaroos
  12. Grey Spat Matters
  13. That’s Good
  14. Flight Advantage
  15. Evolution Circus

Guided By Voices – Space Gun
4.5
Partagez!
d'articles et photos
A lire dans “Chroniques d'albums
Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…

Death & Vanilla - Are You A Dreamer

Death & Vanilla – Are You A Dreamer ?

Les Death and Vanilla détestent l’inactivité. Après avoir étonné tout le monde avec To Where The Wild Things Are… en 2015, ils ont publié la très étonnante bande originale du film A Score For Roman Polanski’s The Tenant l’année dernière. Et ils reviennent aujourd’hui avec Are You A Dreamer ?, un nouvel album.

Big Thief - UFOF

|TINALS 2019| Big Thief – U.F.O.F.

Et de trois ! En moins de trois ans, les New-Yorkais de Big Thief ont réussi à publier trois albums foutrement passionnants qui redonnent confiance en l’Amérique et qui nous rappellent les heures glorieuses de Mazzy Star et de Grant Lee Buffalo.

JL Murat - Innamorato

Jean-Louis Murat – Innamorato

Le dernier disque de Murat porte bien son nom. Les 8 prises live et les 4 inédits nous font retomber, comme pratiquement à chaque fois, amoureux des guitares et de la voix de Jean-Louis Murat.

Edwyn Collins - Badbea

Edwyn Collins – Badbea

Edwyn Collins revient avec son dixième album solo, Badbea. Et ce n’est pas bad du tout.

Andrew Bird - My Finest Work Yet

Andrew Bird – My Finest Work Yet

On attendait le nouveau disque d’Andrew Bird comme on attend le printemps. On sait qu’il va arriver et on s’en réjouit d’avance. On avait oubliait le dérèglement climatique actuel… Andrew Bird sort, et c’est annoncé sur la pochette de l’album, son meilleur album. Et le meilleur disque de l’année.

Stella Donnelly - Beware

Stella Donnelly – Beware of the Dogs

Est-ce que Stella Donnelly allait nous décevoir ? L’australienne, révélée par l’EP Trush Metal en 2017 passe par la case album et se doit de confirmer tout le bien que l’on pense d’elle.

Robert Forster - Inferno

Robert Forster – Inferno

Pour bien débuter la semaine, il suffit d’écouter le nouveau disque de l’ex Go-Betweens, Robert Forster. En 35 minutes, montre en main, ce bon vieux Robert vous emmène loin des vicissitudes du quotidien tout en chantant les vicissitudes de son quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *