[EXCLU] Vidéo : Stan Mathis – Déformés

Nouveau départ pour Stan Mathis avec un titre, Déformés qui annonce un EP au printemps.

Dans Hiroshima mon amour, Duras assène « Tu me tues. Tu me fais du bien. J’ai le temps. Je t’en prie. Dévore-moi. Déforme-moi jusqu’à la laideur » ce qui deviendra une des plus belles scènes du cinéma français. Il s’agit aussi de déformation pour Stan Mathis dans ce premier titre au clip kaleidoscopé qui évoque une résilience qui nous touche tous. Ces jeux de mains ici ne sont pas des jeux de vilains, plutôt une introspection douloureuse.

Discographie

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

stanmathis-excusemyfrench2

[EXCLU] Vidéo : Stan Mathis – Excuse my French

Les Français m’agacent prodigieusement, mais comme je ne connais aucune langue étrangère, je suis bien obligé de parler avec eux affirmait Michel Audiard. Avec Excuse my French, Stan Mathis parle avec nous avec nos maux.
Stan Mathis

5 questions à … Stan Mathis

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Stan Mathis à découvrir de l’intérieur avec une playlist punchy et un nouvel album, Plexus solaire. Il sera en concert avec […]

Plus dans Son du jour

Belvoir2

Vidéo : Belvoir – La rue des vaincu.e.s

Belvoir formé par Romain Vasset (Frànçois & The Atlas Mountains) et François Le Roux (Selen Peacock, programmateur avec le Collectif Pieg) sort un diamant noir et brut avec un premier album, Nouvel Anormal le 21 octobre.
Martin Luminet – Revenir

Vidéo : Martin Luminet – Revenir

Martin Luminet n’est pas un saint, il refuse de donner son manteau ou peut être sa camisole. Car on est tous un peu prisonnier des souvenirs et l’on voudrait Y revenir comme l’écrivait Dominique Ané, souvent.