Pierre Théobald, le garçon qui ne pleurait pas

Théobald © Delphine Ribèrephoto © Delphine Ribère
Louis - 02/04/2019

Pierre Théobald est dans les starting-blocks. Dans quelques jours, les éditions JC Lattès vont publier Boys, son premier livre de fiction. De fiction, il en est forcément question… Mais la réalité se faufile dans des clairs-obscurs des péripéties de ses héros.

Théobald Boys
Journaliste sportif messin (ça fait beaucoup pour un seul homme), Pierre Théobald frappe un grand coup avec Boys.
On découvre, au fil des pages des hommes pris dans le tourment de leur propre vie. Il y a Alex, Léon, Karim et surtout Samuel. Il y a ces hommes qui vivent une rupture, une rencontre amoureuse, une naissance ou la mort d’un parent. Théobald, qui a tout quitté pour se lancer dans l’écriture, parvient à nous faire voir des hommes là où on ne les attend pas.

On se plait à suivre les aventures de losers magnifiques qui font face à des événements uniques et communs à la fois. Et puis il y a cette couverture (sublime) qui nous incite à faire le grand plongeon.

Et puis on ne saurait clore cet instant sans évoquer Lisa Balavoine. C’est elle qui a soufflé le nom de Théobald aux éditions JC Lattès. Avec Éparse et Boys, les fans de Joy Division et de The Cure peuvent enfin s’entendre.

Boys de Pierre Théobald sera disponible le 3 avril 2019 chez JC Lattès.

The Cure – Boys Don’t Cry

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Inclassables

Blondino

Mais à quoi rêver alors ?

Mais à quoi rêver alors ? A quoi rêver alors, lorsque ne restent que la nuit, et Beaubourg derrière nous ? A quoi rêver alors lorsque l’Hôtel de Ville n’est plus qu’une masse silencieuse, et La Seine, une amante paresseuse pour quelques quais immobiles ? Oui, à quoi rêver ?

Blondino

Blondino – Et puis battra son cœur.

Et pourtant, il aurait peut-être fallu du silence. Un peu plus, au moins. Ou parler de tout, ou parler de rien… Pourtant, pour cette chronique, j’en avais imaginé des questions. J’en ai imaginé des débuts et des fins. J’en ai même écrit. Beaucoup. C’était même assez bien cadré. Peut-être même joli. Alors j’ai tout jeté.…

Clara Luciani © Fabrice Buffart

Clara Luciani – Une certaine idée de la page blanche

Pourtant, il n’y aurait rien à écrire, Clara Luciani est quasiment une page blanche. Il y a quelques jours, par message, un copain m’a envoyé ces mots. Une page blanche. La formule est directe. Il a probablement raison.

Fishbach

Fishbach – La vie dans le mille

Il est des évidences comme il est des histoires d’équilibristes, de solistes pyromanes, de grands brûlés. Les écorchés, et leurs sublimes flammes. Fishbach est sûrement tout ça. La beauté d’un sourire triste. Une élégance tragique. Une pasionaria dénudée, et la grâce d’un cœur encombrant.

Martin Luminet © Fabrice Buffart

Une rencontre avec Martin Luminet – Bruit rose sur canapé bleu

Un message et quelques mots. 19h22, je préviens Martin. «Suis dans la salle. Pantalon beige, pull vert. Blouson en faux cuir blanc. Voilà, tu sais tout.» Ce que l’on savait alors surtout, c’est que de faux, dans cette soirée, il n’y aurait sûrement que ça, le synthétique de mon blouson clair. Une soirée entre garçons…

Juliette Armanet

Juliette Armanet – Pour de vrai…

Juliette, Cette chronique, j’ai longtemps hésité à l’écrire. Mes textes à moi, Juliette, parlent de Castafiore en noir et blanc, de Buster Keaton en couleur, des amours comme des montées d’échafaud. Ils parlent de travellings arrière, que l’on aurait envie de faire en marche avant. Ils parlent de sonneries de récré, de chemins de vacances…