Pierre Théobald, le garçon qui ne pleurait pas

Pierre Théobald est dans les starting-blocks. Dans quelques jours, les éditions JC Lattès vont publier Boys, son premier livre de fiction. De fiction, il en est forcément question... Mais la réalité se faufile dans des clairs-obscurs des péripéties de ses héros.


Théobald Boys
Journaliste sportif messin (ça fait beaucoup pour un seul homme), Pierre Théobald frappe un grand coup avec Boys.
On découvre, au fil des pages des hommes pris dans le tourment de leur propre vie. Il y a Alex, Léon, Karim et surtout Samuel. Il y a ces hommes qui vivent une rupture, une rencontre amoureuse, une naissance ou la mort d’un parent. Théobald, qui a tout quitté pour se lancer dans l’écriture, parvient à nous faire voir des hommes là où on ne les attend pas.

On se plait à suivre les aventures de losers magnifiques qui font face à des événements uniques et communs à la fois. Et puis il y a cette couverture (sublime) qui nous incite à faire le grand plongeon.

Et puis on ne saurait clore cet instant sans évoquer Lisa Balavoine. C’est elle qui a soufflé le nom de Théobald aux éditions JC Lattès. Avec Éparse et Boys, les fans de Joy Division et de The Cure peuvent enfin s’entendre.

Boys de Pierre Théobald sera disponible le 3 avril 2019 chez JC Lattès.

The Cure – Boys Don’t Cry

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Plus dans Inclassables

flora-sk

Fishbach – Comme une turbulence

C’est drôle les cœurs d’enfant. Ça parle à tout, même quand ça n’en dit rien. Ça a des airs de tir sans sommation, de gros temps, comme de parfum d’innocence. Ça a des airs de goûter, de crêpes au sucre, ou de biscuits à la fraise. Il y a de ça chez Fishbach. Dans ses […]
Marie Frange

Marie Frange, l’affolement rose

A une heure du matin, Florence Trédez ne s’angoisse pas encore. Juste, elle constate. « Je crois bien que j’ai des rideaux de droite. » A bien y regarder finalement, c’est probable. Velours bleu gris épais et embrasses avec pompons, style classique, rassurant… Presque VGE. « Des rideaux de droite dans un salon de gauche. » Un chat passe. […]

L’escapade Comelade !

Vous en avez marre des groupes interchangeables ? des plans médias pour la sortie de disques oubliés dans six mois ? Suivez les conseils de PJ Harvey, plongez-vous dans la discographie du catalan extravagant Pascal Comelade, par exemple ce somptueux Love Too Soon trop méconnu issu de L’argot du bruit paru en 1998.

Nous nous embrassons.

J’ai cherché, pourtant. Et longtemps. Beaucoup. J’ai essayé, mais je n’ai pas trouvé. Pour éviter l’excès. Le mien et celui de l’époque. J’ai même hésité à écrire. Mais il faut bien lui répondre à cette époque. Une époque sans questions. Qui ne s’en pose plus. Une époque qui accepte, et qui accepterait tout, une époque […]