Il est des évidences comme il est des histoires d’équilibristes, de solistes pyromanes, de grands brûlés. Les écorchés, et leurs sublimes flammes. Fishbach est sûrement tout ça. La beauté d’un sourire triste. Une élégance tragique. Une pasionaria dénudée, et la grâce d’un cœur encombrant.

Il faut juste savoir regarder, d’un peu plus haut, d’un peu plus loin, pour voir qu’il n’y a pas d’exagération. On en a bien vu d’aussi sublimes, d’aussi désarmées, et d’irrémédiablement touchantes. Wim Wenders, en 1984 dans son Paris Texas, filmait bien Nastassja Kinsky, palme d’or en pull rose, derrière la vitre d’un peep-show, l’amour serré au bout du fil. Il y en avait alors aussi, du sublime, dans cette même impérieuse nécessité d’aimer. Et si la musique de Fishbach pouvait être un film, cela ne serait jamais du cinéma, car elle est de celles qui, à grands coups d’instinct, remettent la vie en pleine lucarne.

Aujourd’hui malheureusement, on récite les leçons pop. Partout on sort les claviers, et pour le style les Stan Smith. Et puis les chemises larges, de préférence motifs des îles, ouvertes sur les t-shirts et les textes creux. L’inutile ressemble à peu près à ça. Mais qu’importe c’est pop. Alors on récite.

Mais s’il y en a qui récitent, il y en a d’autres, beaucoup plus rares. Ceux-là ne récitent pas, ils vivent. Et s’il y en a qui n’ont pas compris que quelques notes de synthé n’ont jamais réussi seules à cacher le vide, il y en a d’autres qui mènent aux larmes, d’autres qui rendent un peu plus heureux ou un peu plus triste, car ils ne connaissent que trop bien le chemin du cœur. Ce chemin, ils ont dû le faire, pour eux-mêmes un million de fois, pour la beauté de simples choses qui avaient tout de l’essentiel, qui avaient tout de tirs au hasard, et qu’ils ont su voir.

Juliette Armanet est de ceux-là. Blondino, Martin Luminet aussi, et quelques autres. Et puis Fishbach. Comme autant d’évidences. Il suffit de les regarder chanter. Quand ils ferment leurs yeux et qu’ils serrent leurs poings, il n’y a sûrement pas que les poings qui se serrent. Il doit y en avoir des souvenirs qui passent à ce moment-là. Oui, car il est des évidences : au fond on vit peu. Et quand tout aura foutu le camp, il faudra bien regarder, et compter ce qu’il reste. Il ne restera peut-être pas grand-chose entre le bonjour et l’aurevoir.

Il faudrait comprendre que ces artistes sont une chance, car que resterait-il alors ? Que resterait-il à part la vulgarité du vide ? Il faudrait bien comprendre que pendant que certains récitent, il y en a qui donnent. Juliette Armanet n’écrit pas des chansons, mais des battements de cœur. Martin Luminet et Blondino sont une fragilité. Une incandescence. Fishbach, elle, voyage entre des douceurs et des douleurs, qui sont faites pour se sentir ailleurs. Classe folle ou sauvage, Fishbach est une sublime hésitation, une inutile définition. « Jamais rien vu d’aussi mortel que ces tirs au hasard, parachutiste, de toi serai-je la cible, vise moi encore, de cribler mon cœur, tu risques »… A ce moment-là, Mortel a cessé d’être une chanson. C’est devenu un réflexe de vie.

Fishbach – Mortel

Et si au fond on vit peu, les sensibles, eux, vivent toujours un peu plus, car ils vivent tout le temps. Ils vivent pour la pluie, pour le beau temps. Ils sont des rires d’enfants. Ils sont des sorties de taxi, in extremis. Ils sont des regards hésitants qui tentent le tout, un café et puis la vie. Si ça te dit, on pourrait peut-être se revoir et prendre un verre ? Combien de phrases comme celle-là, combien de phrases tremblantes, combien d’heures solaires, plus tard, sur deux corps presque inconnus qui se regardent en silence ? Combien de ces tirs au hasard ? Oui, combien ? Combien de filles ou de garçons, combien de moments qui n’étaient pas qu’un contour, mais qui étaient des histoires ?

Entre le bonjour et l’aurevoir, il ne restera probablement que tout ça. On se rend compte toujours trop tard que vivre est une urgence. Alors il faut aimer Fishbach. Elle fait partie de ces artistes infiniment rares qui allument l’interrupteur, et qui portent une brûlure. Celle douloureuse et la plus belle, celle de la vie qu’on ne peut serrer autrement que si fort. Fishbach est un appel à l’aide. Une espérance. Une porte de sortie. Allez viens… Viens, on y va… Et on vit.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Cavale

Cavale – Le crocodile, les chouchous et le clitoris

Tout colle. Derrière la confortable banquette émeraude où elle est enfoncée, un crocodile coiffé d’un couvercle de vieille cafetière sur le crâne se donne des airs farceurs ou de joyeux touriste. A sa gauche, deux canards, empaillés comme lui, se disputent la porcelaine d’une tasse toute britannique. Le thé, qui aurait pu s’y trouver, doit…
Blondino

Mais à quoi rêver alors ?

Mais à quoi rêver alors ? A quoi rêver alors, lorsque ne restent que la nuit, et Beaubourg derrière nous ? A quoi rêver alors lorsque l’Hôtel de Ville n’est plus qu’une masse silencieuse, et La Seine, une amante paresseuse pour quelques quais immobiles ? Oui, à quoi rêver ?
nouvelles-voix-beaujolais-2019

Voix Nouvelles, Nouvelles voix !

Déjà la 15ème édition pour le festival Nouvelles Voix en Beaujolais à Villefranche sur Saône et dans son agglomération, le meilleur endroit pour découvrir les talents de demain dans tous les genres de pop à la samba, du hip hop à la chanson frissonnante, de l’indé au psyché du 19 au 23 novembre.
Blondino

Blondino – Et puis battra son cœur.

Et pourtant, il aurait peut-être fallu du silence. Un peu plus, au moins. Ou parler de tout, ou parler de rien… Pourtant, pour cette chronique, j’en avais imaginé des questions. J’en ai imaginé des débuts et des fins. J’en ai même écrit. Beaucoup. C’était même assez bien cadré. Peut-être même joli. Alors j’ai tout jeté.…

5 questions à … Blondino

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes, appréciés par les membres de l’équipe, de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Blondino qui avait allumé nombre de nos jours avec son album Jamais sans la nuit, et deux EP tout aussi brûlants.…

Plus dans Inclassables

edvard_munch_-_separation_-_google_art_project

Vertige du visage pâle

Benjamin Biolay avec Ton âme est bleue, mon visage est pâle fait peut être écho au Pale blue eyes du Velvet Underground, « Sometimes I feel so happy, sometimes I feel so sad ». Ces mêmes moments banals où l’on s’attarde sur des signes ou surtout l’absence de signes quand tout se finit un 14 août.
Pierre Vassiliu

En vadrouille avec Pierre Vassiliu

Les anges ont été cruels avec Pierre Vassiliu. Un titre, Qui c’est celui-là ? adaptation en français du titre Partido alto de Chico Buarque, numéro un en 1973 éclipsera une carrière riche en expérimentations sonores, en voyages musicaux, en rencontres amicales.
Chassol

Chassol chasseur de sons

Comment fêter la musique ? En regardant et en écoutant les divagations musicales de Chassol avec son Big Sun qu’il vient de mettre en ligne en intégralité.
sebastien_berlendis_soul_kitchen

L’ode à la vie de Sébastien Berlendis

Nous entamons une nouvelle série d’articles où nous demandons à des écrivains de partager leurs goûts musicaux à travers dix disques ou chansons qui les ont particulièrement marqués, les liens qu’ils tissent entre la musique et l’écriture, et enfin d’évoquer un thème récurrent de leur oeuvre pour mieux entrer dans leur univers.

Gontard! – La saison des grands froids

Ils gobent. Ils sentent le paniqué, le caché, le confiné. Ils gobent, ils gobent ce qu’on leur donne à gober. A genoux, toujours, comme ils attendent leur giclée.
Screaming Trees

[1990 – 2020] Le temps du changement pour les Screaming Trees

Il y a trente ans, les Screaming Trees publièrent Change Has Come, un EP qui eut le mérite de faire la jonction entre leurs premières années sur le circuit indépendant et leur arrivée chez Epic. Après la parution de ce disque, les cartes seront rebattues et plus rien ne sera comme avant…

[2000 – 2020] Autant en emporte Eleven

Avantgardedog des Eleven a fêté ses vingt ans il y a quelques jours. Avant quoi ? Eleven qui ? Derrière ce nom se cachent Alain Johannes et feu Natasha Schneider, un couple américain qui, à défaut d’être aimé parle le grand public, éclaira les plus grands et aimante encore aujourd’hui notre attention.