Fishbach – Comme une turbulence

C'est drôle les cœurs d'enfant. Ça parle à tout, même quand ça n'en dit rien. Ça a des airs de tir sans sommation, de gros temps, comme de parfum d'innocence. Ça a des airs de goûter, de crêpes au sucre, ou de biscuits à la fraise. Il y a de ça chez Fishbach. Dans ses chansons, beaucoup. Et puis partout. C'est comme ça. C'est toujours un peu comme ça les cœurs d'enfant, ça ne se lasse jamais d'être trop grand.

Fishbach, ça a toujours su être ça, de toute façon. Sans le savoir d’ailleurs, sans le vouloir non plus. Fishbach, c’est. Et c’est tout. Alors forcément, c’est beaucoup de choses. Et quand A ta merci dévoilait dans un raffinement les remous d’une indépendance, on découvrait d’un coup une écorchure aux teintes obscures, sépulcrales ou un peu, mais jamais désespérante. Parce que Fishbach c’est sauvage, farouche, téméraire, presque carnassier. C’est amoureux. Le curseur poussé à fond, et le cœur en première ligne. Ça n’a pas peur de basculer. Pas peur d’être triste, et encore moins d’être léger.

On pourrait y voir des territoires sombres ou angoissants, des rivages nocturnes mystérieux, mais baignés de clairs de lune, et surpris par des aurores. Les contours étranges ouvrent sur tout, et permettent tous les refuges. C’est un surréalisme raccroché aux petites choses. Celles qui nous ont fait, et qui nous font, bulles de Malabar et Mister Freeze, au milieu des coups de tête, des mots doux et des frissons que l’on ne regrettera jamais.

Discographie

Il y en aurait encore des cœurs d’enfant, quand Avec les yeux dessine le portrait d’une femme, habitée, secouée de toutes ses nuances. Quand ça se joue de la joie, autant que des drames, criards et sexy, quand ça fonce tête baissée dans les impasses, et que ça en ressort par une trappe, trouvée on ne sait où, au milieu de la fumée, des souvenirs mordants et des présents flous. Avec les yeux, ça se fait plaisir dans les angles, ça se roule des galoches ou des mécaniques. Ça se fait du bien, entre deux chagrins.

C’est le tracé d’une enluminure, la découpe d’une gargouille, et son romantisme fleure cette fois presque la fable gothique, quelques fois même la chanson de geste mystique ou l’errance chevaleresque. C’est une guerrière nue sur du velours, avec l’odeur du cuir ou le reflet du métal, et le vent qui ferait claquer ses oriflammes de soie. C’est une cathédrale singulière, élégante ou bizarre, à la géométrie tranchante d’un jeu d’arcade, bleue électrique, noire, et verte flashy. Et dont les pinacles émergent de sons lourds souvent, aigus et saturés. Et puis, comme à chaque fois avec Fishbach, tout diffère. Tout devient une fuite désarmée, remplie de candeur. Rien ne se limite, tout ose.

C’est certain, ça prend de court. Loin de ces musiques figées, cernées, vissées au bitume, ces trucs niais ou pédants, bien proportionnés, parfaitement apprêtés. Sans éclaboussures. Ces trucs franchement mauvais, ou pire : juste beaux, presque polis. Et le beau, qu’est-ce que c’est triste, souvent, quand c’est ordonné. Alors que ça doit surprendre, et vous vriller le ventre. Le beau, ça doit être une adolescence. Le beau, c’est encore plus beau quand c’est une turbulence. C’est pour ça que Fishbach, ce ne sera jamais ennuyeux. Car quelle que soit la forme de l’imaginaire ou l’élégance de la poésie, ça parlera toujours de pieds dans les flaques, de soirs à l’arrache, et de tendresse qui tremble. De tout ça qui s’en va, et que l’on aimerait retenir, en sachant bien pourquoi… Ça parlera toujours de chahut, de pile ou face sur la tranche. Ça parlera toujours d’un éclat de rire, ou d’un éclat de vie. D’un j’m’en fous aux allures de je t’aime.

Ça pourrait être le prolongement d’un itinéraire, que ça serait à chaque fois juste un détour. Avant le suivant. Un excès peut-être, l’excitation et la tendresse, l’émerveillement et la maladresse, une violence… Mais belle. Ça en dirait sur les méchants, ça en dirait même encore plus sur les gentils. Il y a tout, en un peu caché, ou même pas. Ce sont des envies, et puis des premières fois. Un refrain d’enfance. Et puis le reste, et puis le reste…

Si vous saviez, Flora…

Fishbach – Presque beau

Fishbach en concert.
DateLieuTickets
11
Juin
2022

Club Soda

Montreal (Canada)
TICKETS
25
Juin
2022

C.C. RENCONTRE ABBAYE DE NEIMUNSTER

Luxembourg (Luxembourg)
TICKETS
26
Juin
2022

Parc de Champagne

Reims (FR)
TICKETS
06
Juil
2022

Musilac 2022

Aix-les-bains (FR)
TICKETS
08
Juil
2022

Château d'Égreville

Le Petit-paris (FR)
TICKETS
13
Juil
2022

THEATRE VERDIERE LA COURSIVE / CCAS

La Rochelle (FR)
TICKETS
22
Juil
2022

Archaeological Site of Olbia - Town of Hyères

Hyères (FR)
TICKETS
15
Oct
2022

Le Grand Mix

Tourcoing (FR)
TICKETS

Dates de concerts fournies par Bandsintown

Cela pourrait vous intéresser

Les petits kits inutiles #5 – Fishbach

Soul Kitchen lance en exclusivité mondiale les petits kits inutiles. Des kits à monter chez soi qui ne servent strictement à rien, mais grâce auxquels tu pourras vivre des moments privilégiés avec tes chanteuses et chanteurs préférés, tout en restant dans ton salon.
Fishbach

Fishbach – La vie dans le mille

Il est des évidences comme il est des histoires d’équilibristes, de solistes pyromanes, de grands brûlés. Les écorchés, et leurs sublimes flammes. Fishbach est sûrement tout ça. La beauté d’un sourire triste. Une élégance tragique. Une pasionaria dénudée, et la grâce d’un cœur encombrant.
champs-elysees-film-festival

La vie aux champs !

Le Champs-Élysées Film Festival est un rendez-vous de cinéma qui se déroulera pour sa 8ème édition du 18 au 25 juin dans les cinémas de la plus belle avenue du monde avec ou sans gilets jaunes et qui accueillera aussi des showcases sur son rooftop.
Fishbach, Lyon | 28.01.2018 © Fabrice Buffart

Photos : Melba & Fishbach @ Théâtre Comédie Odéon, Lyon | 28.01.2018

Troisième dimanche de rêve avec la soirée French Connexion #3 qui voyait se retrouver sur la scène du théâtre Comédie Odéon de Lyon la Céline Dion lyonnaise Melba et la mortelle Fishbach tout juste nommée aux victoires de la musique dans la catégorie ‘Artiste révélation scène’.

Plus dans Inclassables

Marie Frange

Marie Frange, l’affolement rose

A une heure du matin, Florence Trédez ne s’angoisse pas encore. Juste, elle constate. « Je crois bien que j’ai des rideaux de droite. » A bien y regarder finalement, c’est probable. Velours bleu gris épais et embrasses avec pompons, style classique, rassurant… Presque VGE. « Des rideaux de droite dans un salon de gauche. » Un chat passe. […]

L’escapade Comelade !

Vous en avez marre des groupes interchangeables ? des plans médias pour la sortie de disques oubliés dans six mois ? Suivez les conseils de PJ Harvey, plongez-vous dans la discographie du catalan extravagant Pascal Comelade, par exemple ce somptueux Love Too Soon trop méconnu issu de L’argot du bruit paru en 1998.

Nous nous embrassons.

J’ai cherché, pourtant. Et longtemps. Beaucoup. J’ai essayé, mais je n’ai pas trouvé. Pour éviter l’excès. Le mien et celui de l’époque. J’ai même hésité à écrire. Mais il faut bien lui répondre à cette époque. Une époque sans questions. Qui ne s’en pose plus. Une époque qui accepte, et qui accepterait tout, une époque […]

Les petits kits inutiles #5 – Fishbach

Soul Kitchen lance en exclusivité mondiale les petits kits inutiles. Des kits à monter chez soi qui ne servent strictement à rien, mais grâce auxquels tu pourras vivre des moments privilégiés avec tes chanteuses et chanteurs préférés, tout en restant dans ton salon.