5 questions à … Ork

Ork
Guimauve 14/06/2019

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Ork, le projet hybride et féerique de Samuel Klein à la batterie et d’Olivier Maurel au vibraphone. Mais en fait c’est bien plus que cela puisque ces deux acolytes jouent d’une foultitude d’instruments et que la batterie devient vivante avec une multitude de capteurs métamorphosant le tout en un orchestre électronique baroque. Leur spectre va de Cage à Supergrass et l’on pense aussi à Aufgang dans l’esprit de concevoir une musique rigoureuse mais accessible, électronique mais organique. Ork vient de sortir un deuxième album, Electric Reveries à la pochette qui évoque le voyage du Nautilus, on découvre un peu plus Ork avec sa playlist commentée.

Ork en cinq questions

Votre souvenir de concert ?

La Gare Jazz à Paris. C’est un endroit en friche, un hall de gare, une scène faite à la sueur, une sono pas énorme, une acoustique bien résonnante lorsque la salle est vide, car grande et carrelée. Des balances étranges car nous jouons rarement devant la sono. Nous revenons de manger, les gens qui commencent à arriver remplissent bien l’espace de leurs paroles. Puis de plus en plus de gens, de plus en plus de sons, le maître des lieux monte sur scène, un peu gourou comme ça, et après une longue tirade sur le silence, leur demande texto de fermer leurs gueules pendant que ça joue !
400 personnes, deux soirs de suite, qui dansent sans piper mot. Le contraste avec le feu en fin de titre.
Un beau souvenir qui fait écho à un concert à Bamberg en Allemagne, le mois dernier. Le sub était sous la scène et les basses si puissantes que nos instruments vibraient littéralement, nous nous sommes laissés emporter par la magie du moment et avons improvisé des plages de transes bien plus longues que d’habitude, c’était là aussi un moment exceptionnel !

Votre rencontre marquante ?

Nous avons rencontré le groupe Grandbrothers au festival de Jazz à Montreux l’an dernier, ce fut une belle claque musicale ; leur dispositif scénique et leurs compositions envoûtantes nous ont bien accrochés.
S’en est suivi l’anniversaire de Quincy Jones dans le bar VIP du festival, juste derrière la scène, qu’avec des gens qui avaient l’air super connus mais qu’on ne connaissait pas (rires).

Ork – Fable

Votre anecdote dans le van ?

Première tournée Ork, dans l’ouest de la France, en camping-car. Tournée montée sans l’aide de personne bien sûr, dans des clubs ou tous petits lieux. Tout est vérifié quarante fois jusqu’au moindre câble. L’itinéraire, les dates, les hébergements, mais la sensation d’oublier quelque chose, comme d’habitude. Le chargement du camping-car avec le vibraphone qui voyage sur la couchette ou qui descend à la cuisine au besoin, les câbles qui se battent en vrac dans des sacs (nous n’avions pas encore de jolis flight case pour tout ranger comme il se doit), les playlists qui s’enchaînent pendant les 450 premiers kilomètres.
Et là, c’est le drame.

Sam : « tu sais ce qu’on a oublié ? »
Olivier : (voix blanche) « non ? »
Sam : (mort de rire) « la sono ! »

Trouver une sono d’urgence en Bretagne, qui n’a jamais servi ! …car le club dans lequel nous devions jouer avait… oublié de noter la date ! À cela s’adjoint le souvenir du retour en camion de notre premier concert, nous étions tellement euphoriques que nous avons réussi à nous perdre dans un champ de maïs… Anecdote qui ressort aujourd’hui que nous nous étions promis de garder pour nous !

Votre nouvel album Electric Reveries en quelques mots ?

C’est un tout autre objet que notre premier album, Orknest. Ici, nous avons rassemblé, synthétisé nos idées. Tout y est plus homogène, cohérent, fluide. Les titres du set précédent étaient très hétéroclites, individuels ; ils ont fait place à un ensemble de titres qui a repris cette variété de propositions en l’amalgamant dans une seule pâte. Quand le précédent disque avait une chanson pop, une jazzy-bizarre, une onirique, Electric Reveries emmène un peu tout, un peu partout.
Electric Reveries est électrique, onirique, chimique, brumeux ou cinglant, dans un espace temps parfois distordu.

Votre prochain rêve ?

Un freak orkestra, ou alors un feat avec Björk ou Radiohead. Donc même si rien n’est jamais exclu, a priori un freak orkestra. Un orchestre de timbres inouïs, inespérés, constitué de machines transhumanistes et d’instruments transacoustiques, Le public immergé dans toute cette machine-masse, sonore et pulsée.

Ork – Plane

En écoute avec Ork :

  1. Steve ReichDouble sextet
    Steve Reich nous porte dans des sphères minimales et oniriques. Il développe la matière, l’exploite et la recycle jusqu’à épuisement et satisfaction. Un peu comme ce qu’on aurait dû faire avec notre planète…
  2. GrandbrothersBloodflow
    Là on est en plein dans le rêve, dans la suite de Steve Reich, dans l’hybridation entre l’homme et la machine.
  3. The BeatlesStrawberry fields forever
    Une racine, la première utilisation marquante du mellotron, un voyage insensé mais tellement coloré.
  4. MoriartyJimmy
    Quelle poésie, quelle voix, quel univers, tellement simple, humble et nostalgique !
  5. Elis Régina et Tom JobimAgua de Março
    Pour la complicité de leur duo. Parce qu’ils sont tellement mignons…
  6. Aphex TwinCome to Dadd
    Pour son côté bad trip, sombre, chimique et décalé.
  7. Magnetic EnsembleDancing Alone
    Leur transe subtile, leurs collaborations de choix, leurs innovations dans le détournement des instruments à percussions.
  8. RadioheadParanoid Android
    Pour la clarté des arrangements malgré leur complexité, la poésie des timbres, l’efficacité des ligne mélodiques.
  9. Pink FloydsEchoes
    Une de nos principales influences, pour le trip aquatique à 12 minutes dans lequel nous imaginons un chant d’orques.
  10. GongCrosscurrents
    Le premier titre que nous avons joué ensemble, et que nous continuons à jouer avec d’autres morceaux du même compositeur, dans un projet parallèle hommage à Pierre Moerlen.

Electric Reveries d’Ork vient de sortir avec Inouïe Distribution.
Plus d’informations sur la page facebook d’Ork.

Ork - Electric Reveries

Ork - Electric Reveries

Tracklist : Ork - Electric Reveries
  1. Plane
  2. Anytime
  3. Dinner For One
  4. Electricity (Asakusa Electric Bath)
  5. Plume
  6. This Day
  7. Integrate
  8. Fable
  9. Eye On
  10. La Valse Des Grands Enfants

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Interviews

5 questions à … Decibelles

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour du trio lyonnais Decibelles qui fait du Rock Français qui tabasse. Il ne faudra pas les manquer à la Messe de Minuit…

5 questions à … Von Pourquery

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour du touche à tout Von Pourquery dont on a aimé entre autres les BO pour les films d’Antonin Peretjatko ou le travail…

5 questions à … Blondino

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes, appréciés par les membres de l’équipe, de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Blondino qui avait allumé nombre de nos jours avec son album Jamais sans la nuit, et deux EP tout aussi brûlants.…

Departure Lounge

[1999 – 2019] L’envol de Tim Keegan and Departure Lounge

Attention, grand disque ! Attention, grand monsieur ! Avant d’attirer le regard de la presse française avec Too Late To Die Young en 2002, Tim Keegan et ses Departure Lounge publièrent en 1999 Out Of Here, un grand disque de pop. Retour sur l’enregistrement de ce disque avec Tim Keegan.

We Hate You Please Die

Live Forever We Hate You Please Die !

C’est incontestablement la révélation de l’édition 2019 de Rock En Seine. A Saint-Cloud, il y avait la barbe d’Eels, la basse de Simon Gallup (The Cure) et les chaussettes rouges de Raphaël Balzary, étonnant chanteur de We Hate You Please Die. Vindicatif comme Lux Interior et tranchant comme un Stooges, ce Rouennais emmène son groupe…

Rubin © Christophe Roué

5 questions à … Rubin et le Paradoxe

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Rubin et le Paradoxe que l’on avait découvert avec un premier EP où il invitait Brigitte Fontaine et Calypso Valois. Il…

Lysistrata

5 questions à … Lysistrata

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Lysistrata sur le point de lâcher leur nouveau missile Breathe In/Out le 18 octobre chez Vicious Circle. En attendant, on ne…

Miossec

Christophe Miossec par Thierry Jourdain

Dans la vie, il est important d’avoir de bonnes idées. Thierry Jourdain a eu l’excellente idée de faire un livre qui narre la carrière de Christophe Miossec. Superbe chanteur, carrière exemplaire et excellent écrivain font de Miossec, une bonne carcasse l’un des livres essentiels de la rentrée.

5 questions à … Gérald Genty

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Gérald Genty qui sort le 30 août, Là-Haut, un album poétique en apesanteur qui fait planer et rêver. Il troque les…

5 questions à … Hein Cooper

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Hein Cooper, jeune australien découvert au MaMA 2018 et qui revient après sa belle échappée du premier disque avec un deuxième…

5 questions à … Clément Chassaing

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Clément Chassaing qui quand il ne réalise pas le disque de Jil is Lucky ou de Dead Fox écrit des chansons…

David Assaraf - Et que rien ne m'éveille

5 questions à … David Assaraf

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de David Assaraf auteur d’un premier album Ceux qui dorment dans la poussière très personnel tout comme sa généreuse playlist où…

Paul Weller par Nicolas Sauvage

Passionnant depuis 1977, Paul Weller est toujours présent et ne compte pas prendre sa retraite comme le reste de la promo de la même année. En attendant le prochain disque de l’ex Jam, on peut lire la biographie que lui consacre Nicolas Sauvage. Ouvrage imposant et passionnant, Life From a Window, Paul Weller et L’Angleterre…

5 questions à … Claire Faravarjoo

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Claire Faravarjoo dont le nouveau single, Tequila vous fera tourner la tête et danser sur la plage tout l’été tout…

Shame (on me)

En 2019, les Londoniens de Shame sont toujours vivants et c’est une sacrée bonne nouvelle. En 2018, ces cinq jeunes lads ont débarqué sans prévenir avec le très correct Songs of Praise. Très correct pour un premier album… Et puis il y avait leurs prestations live. Qui elles, étaient et sont toujours merveilleuses.

H-Burns

M. H-Burns

« Les mecs seuls sur scène sont les plus forts. » La preuve en a été faite avec Jason Molina à l’époque de Songs: Ohia. Et cette maxime est toujours vraie aujourd’hui grâce à Bill Callahan et Renaud Brustlein aka H-Burns. Auteur d’un des disques de l’année (Midlife), H-Burns est venu jouer ses belles chansons, accompagné de…

Arche

5 questions à … Arche

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Arche, un groupe lyonnais qui s’aventure dans la pop pop pop pop et ne se perd par en route avec leur…

B77

5 questions à … B77

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de B77, un duo Fribourgeois dont l’électro pop florale est parfaite pour chiller en mode vacances. On les découvre un peu…

Silly Boy Blue

[RES 2019] Royale Silly Boy Blue

La première écoute de Cecilia avait été un choc. Bonne nouvelle : quelques mois après, la force de ce morceau est toujours intacte. Entretien avec Silly Boy Blue qui va bientôt jouer, pour la première fois à R.E.S. !

Shack

[1999 – 2019] Sa majesté Shack

En 1999, Shack met fin à onze ans de silence et revient sur le devant de la scène anglaise. En 1999, Shack publie un des disques de l’année comme à chaque fois qu’il sort un disque. Il y a vingt ans, les frères Head prenaient enfin la place qu’ils méritaient depuis le début.

A ne pas rater dans Interviews !