Mâgnîfîque Jî Drû

Jî Drû© Seka Ledoux
Louis 25/09/2019

Jî Drû s’apprête donc à passer en pleine lumière avec Western, son premier album solo. Producteur, arrangeur et membre de Push up! et Jî Mob, Jî Drû a déjà un CV bien étoffé. Il va lui rajouter une ligne le 18 octobre 2019 avec Western.

Après Lizzo, la flûte traversière a trouvé un nouvel ambassadeur en la personne de Jî Drû. Avec Lizzo, on était dans le hip-hop et la gymnastique, avec Jî Drû on se retrouve face à un jazz élégant et envoûtant.

A quel moment as-tu décidé de te lancer en solo ?

Jî Drû : Il y a quelques temps, j’ai fait un voyage en train avec mon amie Melissa Laveaux au cours duquel elle a proposé de me tirer les cartes et y a vu que je devais prendre une rapide décision personnelle. Quelques jours après j’ai contacté des amis pour leur proposer d’enregistrer la musique que j’allais ensuite composer avec la complicité de Sandra Nkaké. Ils ont répondu oui avec enthousiasme et pour le reste je savais que je pouvais compter sur leur talent.

Jî Drû – Western

Comment s’est déroulé l’enregistrement de Western ?

Nous avons enregistré dans le studio de Julien Tekeyan, un ami de longue date, assisté de Jonathan Lefèvre-Reich. Quelques temps auparavant j’avais soumis la musique à mes complices : Mathieu Penot à la batterie, Armel Dupas au clavier et Sandra Nkaké à la voix et aux effets. J’avais imaginé une orchestration et ils ont accepté de jouer le jeu : Armel joue les basses mains gauche et les accords main droite, Sandra passe sa voix dans des effets et un système de boucle, Mathieu caresse la batterie. Nous sommes un quartet mais il y a eu l’apparition magique de Thomas de Pourquery pour un titre.
Arrivé au studio on a tout installé : des amplis vintage pour les claviers et Rhodes, la batterie 60’s de Matthieu et nous étions fin prêt pour des prises live, chacun dans un coin du studio. J’avais aussi suggéré aux musiciens des films, livres, poésie et peinture qui m’avaient inspirés, à regarder, écouter lire et voir avant d’enregistrer. J’ai chaque fois raconté au casque l’histoire que j’associait au titre à enregistrer. Puis on a joué une fois la forme du morceau et ensuite on l’a directement enregistré. On parlait surtout couleur et son, je voulais une musique simple mais expressive par sa texture et son ampleur. Aux poses repas on a dégusté les plats faits par Sandra et moi-même, comme à la maison !

Jî Drû – Always On Your Mind

Pourquoi l’avoir enregistré avec des prises live ?

Parce que c’est une musique Live, directe, spontanée, qui est basée sur l’échange, le risque, on ne joue jamais les morceaux de la même manière. On ne voulait rien refaire, tout garder : les tensions, les envies, les envols. Je voulais qu’on soit sincères et direct, fragiles, en espérant que cela nous apporte du beau. Mon objectif était de mettre en perspective le coté répétitif et synthétique de la basse et des effets avec le bois et le vent de la flûte, le souffle de la voix et ainsi créer un univers rétro futuriste. En sortant du studio, Mathieu Penot n’avais plus qu’à mixer.

Western… pourquoi ce titre ?

Je porte un regard sur notre monde en me référant au Western, genre qui explore les travers de l’âme et du comportement humain. Notre époque et les westerns ont des analogies : les tentatives pionnières et généreuses côtoient les idées les plus archaïques, on se tourne vers le passé ou l’on construit l’avenir, tous et toutes à la recherche de territoires inexplorés. Notre musique côtoie l’étrange, dévoile les spectres et les ombres de nos contemporains. Ce genre cinématographique me fascine dans sa forme autant qu’il m’effraie par la mythologie qu’il construit. WESTERN est plein de toutes ces contradictions.

Quand ont été écrites les chansons de ce disque ? Elles ont une saveur particulière du fait qu’elles sont sur ton premier disque solo ?

Le disque alterne des titres chantés et des titres plus instrumentaux. Les chansons sont interprétées par Sandra Nkaké et moi-même. Il m’est arrivé de chanter avec d’autres mais il y a dans ce disque des chansons ou je suis le chanteur principal, c’est une première et c’est les musiciens qui m’ont encouragé à le faire. Pour moi la voix est utilisée comme mon instrument, j’ai juste tenté d’être sincère et de suivre le sens des mots. Toute la musique a été écrite les quelques mois précédents l’enregistrement et a pour moi une saveur toute particulière. Je suis très content aussi d’avoir été suivi par l’équipe du Label Bleu dans ce pari un peu fou.

TOP 5

1) Ton disque préféré de 2019 (pour le moment) ?

Celui qui m’a le plus touché est Esja de Hania Rani.

2) Le disque que tu attends le plus ?

Depuis Rain Dogs j’ai attendu toute ma vie chaque disque suivant de Tom Waits.

3) Ta bande originale de film préférée ?

Il était une fois La Révolution d’Ennio Morricone.

4) Ta chanson préférée de Sandra Nkaké ?

Dreaming car je me souviens avoir pleuré quand elle l’a chantée pour la première fois sur la maquette, Sandra est ce qui m’est arrivé de plus grand dans la vie, mon âme est définitivement mêlée à la sienne.

5) Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert ?

En pleine nature, avec une poignée de spectateurs : j’ai été très touché par Djenné au Mali et Fårö en Suède. Mais bien évidemment pour un concert ce qui compte avant tout c’est la musique.

Western de Jî Drû sera publié le 18 octobre 2019 chez Label Bleu/L’Autre Distribution. La Release party aura lieu le 19 novembre 2019 au Studio de l’Ermitage (Paris).

Jî Drû sera en concert les :

  • 11/03/2020 au Sunnyside (Reims)
  • 02/04/2020 au Théâtre Alexandre III (Cannes)
  • 19/03/2019 à La Maison de La Culture (Amiens)
  • 15/05/2020 au Théâtre du Rocher (La Garde)


Tracklist : Jî Drû - Western
  1. Always On Your Mind
  2. Away From Danger
  3. Streets Of Gold
  4. Talk To You
  5. The Pain
  6. Real
  7. Cold Town
  8. Black Indian
  9. The Breath
  10. I’m Trying

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Josienne Clarke

Avis de tempête : Josienne Clarke

Josienne Clarke entre dans votre vie en quelques secondes. Avec If I Didn’t Mind, le premier extrait d’In All Weather, on reste hypnotisé par cette douce ligne mélodique et par cette voix qui agit comme une déflagration. Et on se dit que la musique de Clarke ne va plus nous quitter.

Yo Yolande Bashing !

Rencontre improbable entre Alain Bashung et Yolande Moreau des Deschiens (pour le nom), fusion impromptue de Thiefaine et de Stromae, Yolande Bashing devrait révolutionner votre quotidien avec son premier album, le bien nommé Yolande et l’amour.

Lyssalane

Les rires et les larmes de LYSSALANE

En France, on a le choix… Si on aime le rock et avoir un mur de son en face de soi, on écoute Lysistrata. Si on aime le folk et les voix envoûtantes, on écoute les Lyssalane.

Faire ami-ami avec Special Friend

Découvrir les Special Friend à la fin d’une journée, c’est finir en beauté cette journée si celle-ci était cool. Et c’est se consoler avec leurs morceaux si la journée a été pourrie. Ecouter Before, c’est l’assurance de croiser les ombres de Stephen McRobbie et des Yo La Tengo… Ecouter Low Tide, c’est retrouver une présence…

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

A ne pas rater dans Découvertes !