Catégories
News

Ultime Léonard Cohen

Avant de se plonger dans Thanks for the Dance, l’ultime album de Leonard Cohen réalisé par son fils (aidé notamment par Beck et Damien Rice), il faut immédiatement lire Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations des belles éditions Nova en partenariat avec Les Inrocks.

Du pelliculage de la couverture au grammage du papier, du choix des interviews à la mise en page, tout est réuni pour faire d’Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations, un magnifique objet.
Débutant en 1965 avec une interview de Don Owen et Donald Brittain et se clôturant avec un entretien signé Frédéric Vandecasserie de 2016, on voyage dans le temps et on (re)découvre Cohen à travers son rapport à l’écriture, sa judaïté, les femmes ou le monde de l’industrie musicale.
Et surtout, on retrouve dans ces pages les deux interviews menées pour Les Inrockuptibles en 1988 (Jours de Grâce) et 1991 (Beautiful Loser). Entretiens passionnants qui rendent Cohen encore plus passionnants.

Extrait (qu’on peut lire en réécoutant I’m Your Fan, la compilation de reprises publiée en 1991)

Pixies – I Can’t Forget

Discographie

Christian Fevret : Je pensais pourtant que vous étiez considéré comme une star.

Leonard Cohen : Comme une toute petite star, oui, j’avais de très bonnes critiques dans les journaux, du New York Times aux petits magazines de poésie, mais j’ai vendu trois mille exemplaires de Beautiful losers en Amérique, et peut-être un millier au Canada. Quand à The Favourite game, quelques centaines au Canada et un millier en Amérique. J’étais conscient du fait que je n’avais pas d’argent. Je pensais aller à Nashville, faire un disque de country-western et ainsi résoudre mon problème financier. Sur le chemin de Nashville, je suis passé par New York. Je ne savais pas ce qui se passait en Amérique, je n’avais aucun contact avec l’Amérique depuis longtemps. C’est alors que j’ai entendu parler pour la première fois de Joan Baez, Bob Dylan, Judy Collins, Phil Ochs, Tim Buckley Lorsque j’ai débarqué à New York, j’ai réalisé qu’il se passait là autre chose et que Nashville n’était pas l’endroit où aller. Il fallait être à New York. Je suis donc retourné à Montréal et j’ai commencé à vraiment écrire des chansons. Je faisais l’aller-retour entre New York en Montréal, je jouais mes morceaux à des gens, je voulais rencontrer des gens, je voulais faire partie de quelque chose. Je n’y suis jamais parvenu. La plupart du temps, je me retrouvais seul dans la ville. Et si quelque chose a eu lieu, je ne l’ai jamais découvert. De temps à autre, je tombais sur quelqu’un dans un club, Bob Dylan, Phil Ochs ou Joni Mitchell, j’en ai connu certains plus intimement. Mais c’était principalement une situation solitaire pour moi, je ne faisais partie d’aucun groupe.
Par l’intermédiaire d’une amie, Mary Martin, j’ai connu Judy Collins. Je suis allé chez elle, je lui ai chanté quelques chansons qui ne l’intéressaient pas, elle m a dit « Rappelez-moi si vous avez quelque chose que je pourrais aimer. » Plusieurs mois plus tard, après avoir fini Suzanne, je l’ai appelée de Montréal et lui ai chantée au téléphone. Elle voulait la chanter immédiatement. Mary Martin, qui était devenue ma manageuse , a téléphoné à John Hammond, qui connaissait l’enregistrement de Judy Collins. Il m a emmené déjeuner près du Chelsea Hotel, puis m a demandé de lui jouer quelques airs. Il a dit You got it !?, je pouvais commencer à enregistrer un disque. C’était une époque très accueillante pour les chanteurs-songwriters, les maisons de disques en cherchaient. On avait beaucoup d’indulgence pour le chant Moi, je chantais un peu plus mal encore que les autres, mais ce n’était pas un obstacle. Beaucoup plus tard, après le festival de Newport, j’ai dit à mon avocat Ecoute, Marty, je ne sais pas chanter, je sais maintenant que je ne peux pas chanter.? Il a répondu Mais aucun de vous ne sait chanter ! Lorsque je veux entendre des chanteurs, je vais au Metropolitan Opera (rires) ?

Thanks For The Dance de Leonard Cohen sera disponible le 22 novembre 2019 chez Columbia/Sony.
Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations des éditions Nova est disponible dans toutes les bonnes librairies et sur le net.
Leonard Cohen - Thanks For The Dance

Tracklist : Leonard Cohen - Thanks For The Dance
  1. Happens To The Heart
  2. Moving On
  3. The Night Of Santiago
  4. Thanks For The Dance
  5. It's Torn
  6. The Goal
  7. Puppets
  8. The Hills
  9. Listen To The Hummingbird

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Daniel Lanois feat. Leonard Cohen - Torn Again

Vidéo : Daniel Lanois feat. Leonard Cohen – Torn Again

Après le formidable concert d’H-Burns et ses invités à la Philharmonie rendant hommage à Leonard Cohen, voilà que sa voix vient à nouveau nous hanter avec un extrait d’un poème du barde canadien mis en musique par Daniel Lanois.
H-Burns

Thanks for the show

Merci Arte pour ce concert capté le 7 juillet 2021 au festival Days Off. L’art de la reprise est difficile, celui de l’hommage encore plus. Renaud Brustlein bien entouré revisite Léonard Cohen avec amour et déférence en chantant les « Master Songs » du maître canadien.
Leonard Cohen - Moving On

Vidéo : Leonard Cohen – Moving On

Hydra et Cohen. Cohen et Hydra. Ses ânes, son Mont Éros, Sophia Loren et son Boy on a Dolphin, ses fruits, ses fleurs, sa mer Égée translucide et bien sûr Marianne, Marianne Ihlen, muse du grand Leonard. Une île où il a aimé s’isoler pour méditer, écrire et mettre en musique ses plus beaux poèmes.

Thanks For All Leonard Cohen

Sept mois après le décès de Leonard Cohen, Adam Cohen a réussi le tour de force de transformer en chansons certaines pistes du disque You Want It Darker qui n’avaient pas été publiées. Ces nouvelles chansons sont réunies sur Thanks For The Dance, un disque posthume qui sera publié en novembre 2019.
Leonard Cohen

[1988 – 2018] Everybody knows Leonard Cohen

I’m Your Man de Leonard Cohen fête aujourd’hui ses trente ans. En 1988, Cohen efface les mauvais souvenirs de Various Positions et revient sur le devant de la scène avec I’m Your Man. Enregistré entre Montréal et Los Angeles, ce disque, gorgé de synthés voit Cohen dessiner de nouvelles textures musicales et chanter ses meilleures […]
Laura Gibson - Empire Builder

La Grande Laura Gibson

Quatre ans ! Il aura fallu attendre quatre ans pour avoir le droit d’entendre la suite de La Grande. On vous rassure tout de suite : le résultat est à la hauteur des espérances.
Leonard Cohen - Popular problems

Bleue comme une orange

Avant de se plonger dans Thanks for the Dance, l’ultime album de Leonard Cohen réalisé par son fils (aidé notamment par Beck et Damien Rice), il faut immédiatement lire Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations des belles éditions Nova en partenariat avec Les Inrocks. Du pelliculage de la couverture au grammage du papier, du choix des interviews à la…

Plus dans News

clairedaysthechoir-mysisterclaire

Au cœur de Claire

Marie Desplechin soutient que « penser est une affaire intime. » Pour Claire Days c’est chanter. Chanter avec grâce, délicatesse, tendresse les affres intérieurs, les effrois enfouis, les douleurs endormies.
Wet Leg

Belles gambettes

C’est le buzz du moment dans la musique populaire et c’est mérité. Wet Leg en deux morceaux séduit la planète indie.
Mathieu Boogaerts - Guy Of Steel

Inoxydable Mathieu Boogaerts !

Oubliez Iron man, notre gars Mathieu a du style. Notre gentleman cambrioleur d’émotions ambiance cuisine, chambre et salon et sera en tournée cet automne avec un concert salle Molière à Lyon le jeudi 14 octobre 2021.
Nick Wheeldon

[EXCLU] Nick well done !

Nick Wheeldon nous offre en avant première une des chansons de l’année avec l’histoire de sa création.
Handy Curse

Hey Handy Curse !

Demain sort, le premier album d’Handy Curse, projet solo de Samuel Roux (Bootchy Temple, Jaromil Sabor, 39th & The Nortons). SK* vous le propose en avant première dès ce soir.
Blondino - Sauvage amoureuse

Blondino, un paradis plus loin

On pourrait bien écrire sur Sauvage, amoureuse. La prendre à part, et au fond simplement la décrire. On pourrait. Cela aurait-il du sens ? Peut-être. Pas sûr. Tant les chansons de Blondino rentrent dans des espaces plus grands, plus vastes.