Ultime Léonard Cohen

Ultime Léonard Cohen(c) Mitch Jenkins / Editions Nova
Louis - 28/10/2019

Avant de se plonger dans Thanks for the Dance, l’ultime album de Leonard Cohen réalisé par son fils (aidé notamment par Beck et Damien Rice), il faut immédiatement lire Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations des belles éditions Nova en partenariat avec Les Inrocks.

Du pelliculage de la couverture au grammage du papier, du choix des interviews à la mise en page, tout est réuni pour faire d’Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations, un magnifique objet.
Débutant en 1965 avec une interview de Don Owen et Donald Brittain et se clôturant avec un entretien signé Frédéric Vandecasserie de 2016, on voyage dans le temps et on (re)découvre Cohen à travers son rapport à l’écriture, sa judaïté, les femmes ou le monde de l’industrie musicale.
Et surtout, on retrouve dans ces pages les deux interviews menées pour Les Inrockuptibles en 1988 (Jours de Grâce) et 1991 (Beautiful Loser). Entretiens passionnants qui rendent Cohen encore plus passionnants.

Extrait (qu’on peut lire en réécoutant I’m Your Fan, la compilation de reprises publiée en 1991)

Pixies – I Can’t Forget

Christian Fevret : Je pensais pourtant que vous étiez considéré comme une star.

Leonard Cohen : Comme une toute petite star, oui, j’avais de très bonnes critiques dans les journaux, du New York Times aux petits magazines de poésie, mais j’ai vendu trois mille exemplaires de Beautiful losers en Amérique, et peut-être un millier au Canada. Quand à The Favourite game, quelques centaines au Canada et un millier en Amérique. J’étais conscient du fait que je n’avais pas d’argent. Je pensais aller à Nashville, faire un disque de country-western et ainsi résoudre mon problème financier. Sur le chemin de Nashville, je suis passé par New York. Je ne savais pas ce qui se passait en Amérique, je n’avais aucun contact avec l’Amérique depuis longtemps. C’est alors que j’ai entendu parler pour la première fois de Joan Baez, Bob Dylan, Judy Collins, Phil Ochs, Tim Buckley Lorsque j’ai débarqué à New York, j’ai réalisé qu’il se passait là autre chose et que Nashville n’était pas l’endroit où aller. Il fallait être à New York. Je suis donc retourné à Montréal et j’ai commencé à vraiment écrire des chansons. Je faisais l’aller-retour entre New York en Montréal, je jouais mes morceaux à des gens, je voulais rencontrer des gens, je voulais faire partie de quelque chose. Je n’y suis jamais parvenu. La plupart du temps, je me retrouvais seul dans la ville. Et si quelque chose a eu lieu, je ne l’ai jamais découvert. De temps à autre, je tombais sur quelqu’un dans un club, Bob Dylan, Phil Ochs ou Joni Mitchell, j’en ai connu certains plus intimement. Mais c’était principalement une situation solitaire pour moi, je ne faisais partie d’aucun groupe.
Par l’intermédiaire d’une amie, Mary Martin, j’ai connu Judy Collins. Je suis allé chez elle, je lui ai chanté quelques chansons qui ne l’intéressaient pas, elle m a dit « Rappelez-moi si vous avez quelque chose que je pourrais aimer. » Plusieurs mois plus tard, après avoir fini Suzanne, je l’ai appelée de Montréal et lui ai chantée au téléphone. Elle voulait la chanter immédiatement. Mary Martin, qui était devenue ma manageuse , a téléphoné à John Hammond, qui connaissait l’enregistrement de Judy Collins. Il m a emmené déjeuner près du Chelsea Hotel, puis m a demandé de lui jouer quelques airs. Il a dit You got it !?, je pouvais commencer à enregistrer un disque. C’était une époque très accueillante pour les chanteurs-songwriters, les maisons de disques en cherchaient. On avait beaucoup d’indulgence pour le chant Moi, je chantais un peu plus mal encore que les autres, mais ce n’était pas un obstacle. Beaucoup plus tard, après le festival de Newport, j’ai dit à mon avocat Ecoute, Marty, je ne sais pas chanter, je sais maintenant que je ne peux pas chanter.? Il a répondu Mais aucun de vous ne sait chanter ! Lorsque je veux entendre des chanteurs, je vais au Metropolitan Opera (rires) ?

Thanks For The Dance de Leonard Cohen sera disponible le 22 novembre 2019 chez Columbia/Sony.
Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations des éditions Nova est disponible dans toutes les bonnes librairies et sur le net.
Leonard Cohen - Thanks For The Dance

Tracklist : Leonard Cohen - Titre album
  1. Happens To The Heart
  2. Moving On
  3. The Night Of Santiago
  4. Thanks For The Dance
  5. It's Torn
  6. The Goal
  7. Puppets
  8. The Hills
  9. Listen To The Hummingbird

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “News

Islet

Islet n’a aucun Grief contre vous

Fire Records se prépare une année 2020 aux petits oignons. Avec les Black Lips, le phénoménal Pictish Trail et le nouvel Islet, le label anglais multiplie les jolies annonces.

Nada Surf @ Fabrice Buffart

Always Love pour Nada Surf

En 2017, Nada Surf a célébré le quinzième anniversaire de l’album Let Go, un disque capable de faire pleurer à chaudes larmes un régiment de légionnaires. En 2020, Nada Surf décide de nous donner de l’énergie avec Never Not Together, un disque qui les fait revenir à une power pop essentielle.

Andy Shauf réchauffe l’atmosphère

Quatre ans après le succès critique et commercial de The Party et un an après la parenthèse enchantée de Foxwarren, Andy Shauf est de retour avec un nouveau disque.

Matt Elliot

Matt Elliott au travail

Après avoir revisité son répertoire en compagnie de Vacarme, Matt Elliott est de nouveau sur les routes en Europe pour jouer les titres de son futur album, Farewell To All We Know, qui sort le 27 mars 2020 chez Ici d’ailleurs.

Victor_SOLF_TRAFFIC LIGHTS_1500px_300dpi_FINAL

Feu vert pour Victor Solf

C’est la journée des frissons avec un premier titre pour Victor Solf (Her) avant un premier EP le 31 janvier et un concert à la Gaité Lyrique le 2 Juin.

Photos de concert : Jake Bugg + Honey Honey @ l'Olympia, Paris | 21.11.2013

Duel au soleil pour Jake Bugg

Le lad de Nottingham est de retour avec un nouvel album qui sortira chez RCA Records. Et tout va bien chez Bugg.

[EXCLU] Les Vilars – Nulle Part

En 2017, Les Vilars nous promettaient un Bel Avenir. Promesse doublement tenue en 2019 avec un avenir placé sous le signe d’un nouveau single et en 2020 avec un nouvel album. SK* est fier de vous presenter en exclusivité le clip de Nulle Part, un chant d’exil bouleversant.

Le SuperHomard © Fabrice Buffart

RDV avec SDVB

En plus d’ouvrir pour les Stranglers le 26 novembre 2019 à Lille, Le SuperHomard fait un détour par Rennes avec un concert et un nouveau clip sous le bras. Elle est pas belle la vie ?

The Franklin Electric © William Arcand

[EXCLU] Amour toujours !

On avait découvert les Montréalais de The Franklin Electric au début de l’été avec Made It Up In Your Head, les revoilà avec Anything for Love en exclusivité sur SK*.

La nouvelle vie de Maria McKee

Maria McKee met fin à douze ans de silence et vient d’annoncer la sortie de La Vita Nuova chez Fire Records.

Watine & Intratextures - Dans la brume

Le pari(s) de Watine

Watine sort déjà un deuxième album en 2019, non, un voyage Dans la brume, une odyssée intime et universelle avec Phôs : A l’oblique.

My Favorite Horses

Who’s gonna ride My Favorite Horses

Tel le Scream qui prend un malin plaisir à changer de peau à chaque disque, les My Favorite Horses quittent les tréfonds de la Louisiane pour revenir en France.

Tindersticks – No Treasure But Hope

Rosir de plaisir avec Tindersticks !

On écoute les Tindersticks depuis qu’ils nous ont accroché l’œil avec une danseuse de flamenco et l’oreille avec un titre, Patchwork. Depuis, chaque disque est un enchantement qui construit une oeuvre au sens classique du terme avec entre autres, Curtains, Simple Pleasure, The Hungry Saw, The Something Rain ou The Waiting room.

Tous les chemins mènent à 16 Horsepower

Le label Glitterhouse s’apprête à sortir un élégant coffret des 16 Horsepower qui comprendra les versions remasterisées de Secret South, Folklore et de Live March 2001.

Arlt - Soleil enculé

Arlt arrive à temps !

Et si on tenait le titre de l’année ? Alors évidemment, cela ne passera ni sur rance-inter ou ne satisfera les esgourdes de Valérie. Mais pourtant que cela lâcher prise est jouissif comme l’ensemble de Soleil enculé le nouvel album dingo d’Arlt.

Destroyer

Destroyer ne coule pas

Inspiré par Björk, Air et Massive Attack, Dan Bejar aka Destroyer sera de retour au mois de janvier 2020 avec un nouvel album.