Ultime Léonard Cohen

Ultime Léonard Cohen(c) Mitch Jenkins / Editions Nova
Louis - 28/10/2019

Avant de se plonger dans Thanks for the Dance, l’ultime album de Leonard Cohen réalisé par son fils (aidé notamment par Beck et Damien Rice), il faut immédiatement lire Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations des belles éditions Nova en partenariat avec Les Inrocks.

Du pelliculage de la couverture au grammage du papier, du choix des interviews à la mise en page, tout est réuni pour faire d’Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations, un magnifique objet.
Débutant en 1965 avec une interview de Don Owen et Donald Brittain et se clôturant avec un entretien signé Frédéric Vandecasserie de 2016, on voyage dans le temps et on (re)découvre Cohen à travers son rapport à l’écriture, sa judaïté, les femmes ou le monde de l’industrie musicale.
Et surtout, on retrouve dans ces pages les deux interviews menées pour Les Inrockuptibles en 1988 (Jours de Grâce) et 1991 (Beautiful Loser). Entretiens passionnants qui rendent Cohen encore plus passionnants.

Extrait (qu’on peut lire en réécoutant I’m Your Fan, la compilation de reprises publiée en 1991)

Pixies – I Can’t Forget

Christian Fevret : Je pensais pourtant que vous étiez considéré comme une star.

Leonard Cohen : Comme une toute petite star, oui, j’avais de très bonnes critiques dans les journaux, du New York Times aux petits magazines de poésie, mais j’ai vendu trois mille exemplaires de Beautiful losers en Amérique, et peut-être un millier au Canada. Quand à The Favourite game, quelques centaines au Canada et un millier en Amérique. J’étais conscient du fait que je n’avais pas d’argent. Je pensais aller à Nashville, faire un disque de country-western et ainsi résoudre mon problème financier. Sur le chemin de Nashville, je suis passé par New York. Je ne savais pas ce qui se passait en Amérique, je n’avais aucun contact avec l’Amérique depuis longtemps. C’est alors que j’ai entendu parler pour la première fois de Joan Baez, Bob Dylan, Judy Collins, Phil Ochs, Tim Buckley Lorsque j’ai débarqué à New York, j’ai réalisé qu’il se passait là autre chose et que Nashville n’était pas l’endroit où aller. Il fallait être à New York. Je suis donc retourné à Montréal et j’ai commencé à vraiment écrire des chansons. Je faisais l’aller-retour entre New York en Montréal, je jouais mes morceaux à des gens, je voulais rencontrer des gens, je voulais faire partie de quelque chose. Je n’y suis jamais parvenu. La plupart du temps, je me retrouvais seul dans la ville. Et si quelque chose a eu lieu, je ne l’ai jamais découvert. De temps à autre, je tombais sur quelqu’un dans un club, Bob Dylan, Phil Ochs ou Joni Mitchell, j’en ai connu certains plus intimement. Mais c’était principalement une situation solitaire pour moi, je ne faisais partie d’aucun groupe.
Par l’intermédiaire d’une amie, Mary Martin, j’ai connu Judy Collins. Je suis allé chez elle, je lui ai chanté quelques chansons qui ne l’intéressaient pas, elle m a dit « Rappelez-moi si vous avez quelque chose que je pourrais aimer. » Plusieurs mois plus tard, après avoir fini Suzanne, je l’ai appelée de Montréal et lui ai chantée au téléphone. Elle voulait la chanter immédiatement. Mary Martin, qui était devenue ma manageuse , a téléphoné à John Hammond, qui connaissait l’enregistrement de Judy Collins. Il m a emmené déjeuner près du Chelsea Hotel, puis m a demandé de lui jouer quelques airs. Il a dit You got it !?, je pouvais commencer à enregistrer un disque. C’était une époque très accueillante pour les chanteurs-songwriters, les maisons de disques en cherchaient. On avait beaucoup d’indulgence pour le chant Moi, je chantais un peu plus mal encore que les autres, mais ce n’était pas un obstacle. Beaucoup plus tard, après le festival de Newport, j’ai dit à mon avocat Ecoute, Marty, je ne sais pas chanter, je sais maintenant que je ne peux pas chanter.? Il a répondu Mais aucun de vous ne sait chanter ! Lorsque je veux entendre des chanteurs, je vais au Metropolitan Opera (rires) ?

Thanks For The Dance de Leonard Cohen sera disponible le 22 novembre 2019 chez Columbia/Sony.
Ultime : Léonard Cohen interviews et conversations des éditions Nova est disponible dans toutes les bonnes librairies et sur le net.
Leonard Cohen - Thanks For The Dance

Tracklist : Leonard Cohen - Thanks For The Dance
  1. Happens To The Heart
  2. Moving On
  3. The Night Of Santiago
  4. Thanks For The Dance
  5. It's Torn
  6. The Goal
  7. Puppets
  8. The Hills
  9. Listen To The Hummingbird

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “News

[EXCLU] Solace – Woman

Sk* est fier de vous présenter en exclusivité le clip de Woman de Solace. Aujourd’hui, l’ambiance sera délicate sur SK*.

L’OPA des RVG

Les RVG la jouent classique mais la jouent bien. Avec Feral, le groupe de Melbourne pourrait faire aussi bien (voire mieux) que son précédent disque.

Mark Lanegan

Le chagrin de Mark Lanegan

Mark Lanegan est déjà de retour. Après le succès de Somebody’s Knocking, il a décidé de retourner rapidement en studio pour enregistrer les quinze chansons de Straight Songs of Sorrow, disque qui accompagnera la sortie de Sing Backwards And Weep, son autobiographie.

Le diable se cache dans les chansons de Tim Burgess

La règle est simple avec Tim Burgess. C’est bien simple, il ne s’arrête jamais. Quand il a terminé de jouer avec ses Charlatans, Burgess part en solo pour jouer à l’Américain. Il sera de retour en mai 2020 avec un nouvel album (très anglais pour le coup).

Pomme @ Théâtre Comédie Odéon, Lyon - 17.12.2017

De la révélation

Les victoires de la musique auront lieu ce soir pendant les agapes consuméristes valentinesques et sans Roman Polanski qui certes chante peu. Qui sera révélé au grand public ? Qui sera touché par la grâce du vote du public ?

Niandra Lades

Le temps de Niandra Lades

Il est l’heure de retrouver la pépite la mieux cachée du Klondike musical auvergnat, Niandra Lades, auteur en 2017 d’un disque majeur, Night Funeral injustement ignoré dans nos pages. Alors on est bien à l’heure pour leur retour avec It’s time, premier extrait de You Drive My Mind dans les bacs le 16 avril.

couv-event_facebook_851x315

Croisons le FAIR !

Crée en 1989 le fair est aujourd’hui le premier dispositif de soutien au démarrage de carrière et de professionnalisation en Musiques Actuelles. 5 axes sont privilégiés, une aide financière, des formations professionnelles et artistiques, une aide à la diffusion, un soutien en communication et un accompagnement juridique et en management. Les nom des 7 lauréats…

Cabane - Take me home (part 2)

Tous en Cabane !

Grande Est La Maison sera assurément l’un des disques importants de cette année. Un nouvel extrait, Take me home (part 2) nous étreint, nous enlace, nous cajole avec sa violente douceur.

Orchestre National de Lyon & Alexandre Astier - Kaamelott Opening

Alexandre le bienheureux !

Chaque année, au moment de l’épreuve du bac de philo, une légende urbaine persistante évoque un lycéen qui aurait répondu à la question ‘Qu’est-ce que le risque ?’d’une simple phrase : « le risque, c’est ça » et aurait eu une note correcte.

L’amour de Jean Louis Murat

On nous promettait un Jean Louis Murat en plein chamboulement personnel qui écoute en boucle le groupe Earth, Wind & Fire. En écoutant Si je m’attendais/Troie, on se dit que les promesses sont effectivement tenues.

I wanna be your Baxter Dury

Grand cru en approche. Baxter Dury revient avec un disque qui prêche le froid et qui glace le sang.

Eric & Liam

Cantona avait clamé son amour pour Once sur les réseaux sociaux. Gallagher l’a pris au mot et lui offre le premier rôle dans le clip qui lui est dédié.

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal

Et Pascal Blua exposa

Pascal Blua exposera du 3 au 22 février dans le cadre du festival Hibernarock à Aurillac une sélection de ses travaux graphiques pour la musique.

Badly Drawn Boy

Badly Drawn Boy vend du rêve

Damon Gough aka Badly Drawnn Boy brise sept années de silence avec le réjouissant morceau Is This A Dream ? et l’annonce d’un nouvel album.

Au Paradis avec Thousand

Thousand (aka Stéphane Milochevitch) sera de retour au printemps avec Au Paradis. Un disque qui porte fort bien son nom.

La bonne humeur des Lathums

Les Lathums ne s’arrêtent plus ! Les revoilà avec un nouveau single, produit par James Skelly (The Coral) et une plantureuse tournée anglaise. A quand la France ?

BC Camplight n’est pas HS

Découvert en 2015 grâce au magnifique How To Die In The North, BC Camplight sera de retour en avril 2020 avec Shortly After Takeoff, un disque de pop totalement allumée.