Les photographies sonores de Delphine Ghosarossian

Delphine Ghosarossian réunit ses beaux clichés dans un livre élégant et conséquent. Faces of Sound réunit les bouilles de Thurston Moore (Sonic Youth) ou d’Irak Kaplan (Yo La Tengo) de Brett Anderson (Suede). Et en plus de photographier Sir Brett, Ghosarossian fait parler Bernard Butler (et d’autres) sur leur relation à leur image et au fait d’être photographié.

Photographier des musiciens a toujours été une évidence. » peut on lire dans les premières pages de ton livre. Est-ce que photographier, tout simplement, était une évidence ? Est-ce que la jeune Delphine Ghosarossian se voyait photographe ?

Delphine Ghosarossian : Pas du tout, à la base je faisais de la peinture, j’ai suivi des études d’arts plastiques à La Sorbonne. La photographie est entrée dans ma vie dans un deuxième temps, j’apprenais la théorie à l’Université et parallèlement j’assistais des photographes pour apprendre le métier sur le terrain.

Tu utilises un seul boitier, un Mamiya 6×7. Pourquoi n’utiliser qu’un seul boitier ?

En argentique, je n’utilise que lui car il correspond aux images que j’ai envie de donner, il me semble idéal dans ma vision du portrait. J’utilise aussi du numérique pour travailler rapidement au quotidien.

Quelle est l’histoire de ton boîtier ? Où l’as-tu acheté ? Quelles relations entretiens-tu avec lui ?

Le premier, je l’ai acheté à Paris il y a une quinzaine d’année c’était mon premier moyen format, depuis j’ai racheté le même boitier à New York il y a 7 ans. Il est très important pour moi, c’est comme un meilleur ami qui me suit sur chaque séance photo.

Tu te rappelles de ton premier shooting « pro » ? Tu peux m’en parler un petit peu ?

Oui très bien. Mon premier vrai contrat était pour le cinéma, je faisais des « photos peintures » que l’on voit à l’écran pour un film de Richard Berry, La boite noire avec Marion Cotillard. J’avais 20 ans c’était merveilleux de se retrouver sur ce genre de projet.

Tu es directive avec les musiciens ? Comment se passe une photographie avec Delphine Ghosarossian ?

Absolument pas, quand je dirige, c’est juste des détails, la position d’une main ou d’un regard mais j’aime les laisser dans leurs pensées, leurs rêves… Mon approche est vraiment dans la douceur.

C’est une première pour moi… Je vois des musiciens invités à parler de leur relation à la photographie. Pourquoi as-tu voulu leur laisser la parole ?

Je ne voulais pas faire un simple livre de portraits, j’avais envie de faire plus un carnet où les artistes ont la possibilité de répondre de participer dans un dialogue, un échange. Afin que l’on comprenne aussi leurs points de vue sur la séance photo, sur les relations extraites qui peuvent coexister entre le monde du son et celui de l’image.

Edwyn Collins

collins-edwyn et maxwell grace

Edwyn Collins était une commande du magazine Vox Pop, c’était un beau cadeau que Mathieu Zazzo et Samuel Kirzemblaum me faisaient en me proposant ce portrait.

L’idée était de le photographier avec son épouse Grace. Je lui ai retrouvé dans un grand hôtel parisien, je n’ai pas eu énormément de temps mais c’était une très belle rencontre car ils étaient très gentils et généreux.

 

 

 

 

 

Brett Anderson

Brett Anderson (Delphine Ghosarossian)

Je voulais le photographier depuis longtemps car j’aime beaucoup sa musique. Quelques mois avant j’avais eu la chance de rencontrer Bernard Butler que j’avais démarché pour mon livre, c’était une rencontre merveilleuse dans un parc de Londres.

Pour Brett, j’ai réussi à me greffer à son agenda de promo lorsqu’il est venu à Paris. La journée presse se déroulait à l hôtel Grand Amour mais à ce moment là il était en travaux, j’aimais bien les reflets des bâches de protection. Ça me faisait penser à des rideaux de théâtre j’ai eu envie de le positionner dans cet univers.

 

 

 

 

 

Philippe Katerine

Philippe Katerine © Delphine Ghosarossian

Il y a quelques années j’ai eu la chance de photographier Philippe Katerine. Je savais que mon ami graphiste Michael, alias Le Grand Garçon, l’aimait beaucoup, du coup je lui ai proposé de m’assister sur la séance. Michael est un graphiste très talentueux, c’est lui qui a fait tout le graphisme du livre. C’était l’époque de la chanson La banane. Avant la séance, pour rigoler, on avait récupéré une banane et on s’était dit qu’on verrait ce qu’on en ferait une fois sur place, sans trop de conviction. Mais au final, on a fait avec Katerine une image en hommage à Warhol et au Velvet Underground.

L’image est argentique, mais la banane est colorisée numériquement par Michael. J’aime beaucoup cette image car c’est la première fois que la couleur s’est introduite dans mes portraits noir et blanc. J’aime l’importance que prend cet accessoire dans l’image.

Faces of Sound de Delphine Ghosarossian sera disponible le 22 novembre 2019.

Faces of Sound

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Plus dans Interviews

Sweet Gum Tree

5 questions à … Sweet Gum Tree

Double sortie ce jour pour Sweet Gum Tree avec un clip où il s’expose rock et sexy, extrait de son nouvel album Silvatica, composé notamment avec Earl Harvin, batteur de Tindersticks, Air, Psychedelic Furs et Erik « Raggy » Sevret, saxophoniste de Zenzile. Avec Exposure, le roux est de mise, la guitare s’excite, le sax se glamourise […]
Faubourg

5 questions à … Faubourg

Se perdre pour mieux se retrouver. Faubourg avec Lost réalise un rêve en invitant Roya Arab qui prêtait sa voix au Londinium d’Archive. Ce morceau aux volutes enivrantes, aux sentiments stroboscopé est extrait d’un mini-ep avec un remix de Kooltrasher. On découvre un artiste qui risque d’être au centre du jeu rapidement.
Vanessa Philippe

5 questions à … Vanessa Philippe

Avant son nouvel album en janvier dédié à sa sœur disparue, Vanessa Philippe évoque ses maux et met des mots dignes et simples pour évoquer l’indicible. Il faut parfois aller au fond de la piscine pour mieux mettre un bon coup de pieds afin de surnager.
VAPA

5 questions de plus à … VAPA

En répondant à nouveau à nos questions, vous aurez votre propre avis sur VAPA. Avec son nouveau clip, Viscéral, on a envie de dire vas-y VAPA. Viscéral, qui se rapporte aux viscères, qui les contient : cavité viscérale. Qui vient des profondeurs de l’être : une haine viscérale. Avec VAPA, c’est la poésie qui sort […]