Des Furies en Trans !

Furies© Sonia Blade
Louis - 16/11/2019

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est parti écouter ces 4 furies.

Le morceau Unleash The Furies a désormais deux ans. Comment le regardez-vous aujourd’hui ?

Ce titre nous a permis de nous dévoiler auprès de la scène Metal. On l’aime toujours autant ! C’est un peu notre titre “phare” d’ailleurs, quand on le joue en live, c’est toujours important de placer Unleash au bon endroit dans notre setlist. Nous l’avons entièrement ré-enregistré cet été pour qu’il figure sur notre album à venir, et qu’il soit mieux produit avec quelques petites touches remises à nos goûts actuels.

Furies – Unleash The Furies

L’écriture de votre album a nécessité deux ans. Pourquoi avoir eu besoin de deux années complètes ?

Il a d’abord fallu que nous trouvions notre son, car le line-up définitif de Furies n’a vu le jour qu’avec l’arrivée de Billy Laser et Sam Flash en 2016. Nous avons tous beaucoup travaillé pour proposer des idées : certaines ont été retenues, d’autres mises de côté. Deux ans étaient nécessaires afin de faire le tri dans tout ce que l’on voulait mettre dans ce groupe. Nous attachons une valeur toute particulière aux arrangements, chœurs, soli, ce qui, une fois le titre achevé, le fait encore avancer plus loin. Ce sont parfois tous ces ornements qui font la couleur définitive d’un morceau ! De plus, pour chacun d’entre nous, l’aspect technique de nos instruments est primordial et pour certains titres nous avons besoin de temps afin de parfaire son interprétation.

Vous avez enregistré avec Igor Moreno. Pourquoi ce choix ?

C’est Bénédicte Schmitt, ingénieure du son et productrice aux Labomatic Studios, avec qui nous avions déjà travaillé pour notre reprise de Dalida version Heavy Metal pour la Souterraine, qui nous a proposé de collaborer avec Igor. Lorsqu’elle nous l’a présenté, il a tout de suite compris vers quel genre de prises de son nous souhaitions nous diriger, en nous envoyant l’album solo de Michael Romeo (guitariste de Symphony X). Pour Billy et Sam, il s’agissait d’une référence incontournable.

Comment avez-vous enregistré ? En prise live ? A quoi ressemblaient vos journées en studio ?

Nous avons passé 15 jours aux Labomatic Studios. Tous instruments séparés en commençant par la batterie avec des guitares témoins, puis la basse, le chant et les chœurs. Les guitares définitives ont été enregistrées à posteriori par les guitaristes eux-mêmes dans le studio Rec’Cordes, dans les Yvelines, ainsi que dans leur Home-Studios respectifs. On a travaillé avec Igor dans une ambiance vraiment relax, en général de 10h00 à 19h00. Ce fut une super expérience dans un cadre idéal, le “Labo” étant un endroit chaleureux et spacieux. On s’est gavés de bagels et de chouquettes… Mais plus sérieusement, Igor sait écouter et n’hésite pas à donner parfois son avis. Il nous a enregistrés de manière remarquable, et a fait preuve d’une patience considérable. Cela nous donne des prises dont on est extrêmement fiers. Les titres seront ensuite mixés et masterisés fin janvier 2020 par Simone Mularoni qui a justement produit l’album solo de Michael Romeo dont on parle plus haut. La boucle est bouclée !

Il y a les Bars en trans pour clôturer 2019. Quid de 2020 ? Vous serez aussi sur la route ?

Nous sommes très contents de figurer parmi les groupes programmés au festival Bars en Trans. C’est une opportunité qui a souvent permis à des groupes en développement comme nous d’avoir un avenir prometteur du fait qu’il y ait beaucoup de pros (journalistes, programmateurs…) présents. Nous travaillons justement à trouver des concerts pour aller défendre cet album qui sortira en 2020. On espère notamment retourner jouer en Allemagne, partout en France comme nous le faisons déjà, mais certainement de manière plus soutenue ! Et pourquoi pas CONQUÉRIR LE MOOOOONDE !!!!

Top 9 Furies

  1. Votre disque de metal préféré de 2020 ?
  2. Zaza : 2019 tu veux dire ! Parce que ceux de 2020 on ne les a pas encore écoutés! Mais ce sera certainement le nôtre !
    Lynda : Tu as pris une Deloréan pour savoir avant nous ?! J’en suis !!!!
    Billy : Je sais qu’Edu Falaschi qui a chanté dans Angra prépare un nouvel album, je serais curieux d’entendre ça, d’autant que les guitaristes qu’il a recrutés ont l’air d’être de vrais fous furieux !

  3. Le producteur de metal de vos rêves ?
  4. Zaza : Simone.
    Sam : ArcelorMittal
    Lynda: J’en connais qui font du très bon boulot, mais je verrai une personne investie, qui croit vraiment en nous d’une manière des plus sincères, et qui serait déjà fan ! Mais pas de paillettes dans les yeux, une personne qui sache bien travailler avec efficacité et précision !
    Billy : Déjà très très fier et impatient de travailler avec Simone Mularoni, mais par nostalgie de ma période Angra/speed mélodique, je dirais Sascha Paeth !

  5. Le meilleur endroit sur terre pour faire un concert de metal ?
  6. Zaza: Partout où il y a un ventilo.
    Sam : Partout sauf le parking du Leclerc.
    Lynda: Au sommet des montagnes avec une belle vue pour être au plus près des étoiles! Plus sérieusement, le meilleur endroit est lorsque le public répond et est en délire. Ou juste voir les étoiles dans les yeux de ces personnes, à qui nous déversons délicatement nos mélodies à leurs oreilles et qui prennent plaisir ! Voir les sourires sur leurs visages!
    Il me semble que Metallica ont fait un concert en Antarctique, sous une sphère transparente, pourquoi pas. Mais le rêve suprême, est d’aller jouer hors la Planète Terre, Dans l’Espace, sur la Lune ou Mars !
    Billy : Je rêverais d’aller jouer au Japon !

  7. Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert de metal ?
  8. Sam : le parking du Leclerc.
    Lynda : Un pit sur une plage, ou une superbe vue sur les montagnes, bien sûr ni trop froid, ni trop chaud. Il y a vraiment trop de paramètres à définir, mais le plus important est finalement le groupe qu’on attend de voir !
    Billy : je sais pas si ce serait le meilleur endroit sur terre, mais l’idée de voir un concert en sirotant un cocktail sur un paquebot de croisière au « 70000 tons of metal » me plaît bien !

  9. Le groupe de pop qui aurait dû faire un disque de metal ?
  10. Sam : Metallica après 91.
    Zaza : J’aime certains artistes de pop avec qui j’ai pu travailler (Malik Djoudi, O – Olivier Marguerit, Halo Maud..) donc je trouve que c’est très bien si les popeux ne deviennent pas métalleux. Chacun son truc!
    Lynda : Qu’ils osent s’ils ont envie !
    Billy : c’est du disco, mais Boney M arrangé façon metal ça aurait de la gueule non ?

  11. Le groupe de metal qui aurait dû faire un disque de pop ?
  12. Sam : Metallica avant 91.
    Lynda : Pourquoi pas, s’ils ont envie !
    Billy : c’est loin d’être de la pop mais la musique de Periphery, que je trouvais intéressante au début, commence vraiment à ressembler un peu trop à de la varietoche/emo américaine (à mon goût en tout cas !

  13. Un écrivain qui aurait dû faire un disque de metal ?
  14. Sam : Epictete : Stoïc metal
    Lynda : Maupassant ! Quelle inspiration de sa folie, sa noirceur et de ses délires, comme dans “lettre d’un fou” ou le “Horla” ! Balzac, pour ses tonnes de descriptions précises, il aurait composé des morceaux tellement arrangés et léchés, et pour ses narrations sentimentales où les rythmes musicaux passeraient de la vitesse pour la passion à la lenteur pour la mélancolie! riche !
    Billy : Stephen King !!
    Zaza : Je suis trop cliché, mais Philip K. Dick ou Howard Phillips Lovecraft !

  15. Un métalleux qui aurait dû écrire un roman ?
  16. Zaza : il y a déjà plein de métalleux qui écrivent des romans – ou même des BD comme Riad Sattouf ! Riad si tu nous lis, bosse bien ton Slayer !
    Lynda : Chacun d’entre nous est capable d’en écrire pour raconter ses déboires et ses sensations par rapport au métal ! Nombre de “rockstar” ou “groupe” ont écrit leur bio, c’est sûr, ça n’est pas pareil qu’un roman. Il faudrait donc un auteur comme Tobias Sammet dans ses métal opéras, ou n’importe quel autre auteur d’un groupe épique, de cape et d’épées!
    Billy : Oh ben les mecs d’Anvil !

  17. Le refrain ultime de metal ?
  18. Sam :
    « Murder in the front row
    Crowd begins to bang
    And there’s blood upon the stage
    Bang your head against the stage
    And metal takes its price
    Bonded by blood » Exodus, Bonded By Blood

    Lynda : “Brothers everywhere, Raise Your hands into the air, We Warrios, Warriors of the World ! de Manowar, quoi qu’on en dise !

    “Stare into Destiny, All together, union forever, Stare into Alchemy, Shining Bright, You and I (Furies), quand même ! ;)

    Billy : « Evolution » – Symphony X
    « Here we are – Children of Sun and Stars
    The first to know and to understand
    Living by the Law of the Ages
    Prophets and sages – forging Utopia. »

    Zaza : Beyond The Realms of Death de Judas Priest
    “Yeah! I’ve left the world behind
    I’m safe here in my mind
    Free to speak with my own kind
    This is my life, this is my life
    I’ll decide not you”

Furies sera en concert le 7 décembre 2019 au Monde Bizarro dans le cadre du festival Bars En Trans 2019.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Brigid Mae Power

Power to Brigid Mae Power !

Enregistré avec Alasdair Roberts à Glasgow, le nouvel album de Brigid Mae Power pourrait réunir au coin du feu les fans de folk irlandais et les ascètes qui ne jurent que par Bill Callahan.

Captifs avec Cavetown

Version slacker d’Harry Potter, Cavetown sort son premier album chez Sire Records ce vendredi après avoir enquillé les titres sur son Bandcamp. Rendez-vous est pris avec ce garçon !

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien donc avec Porridge Radio qui nous claque un uppercut avec ce nouveau disque, le tristement bien nommé Every Bad.

JacobBellens_by_MathisSchmidt_0296

Jacob Bellens change d’échelle !

Bon, Jacob Bellens ne pouvait pas prédire la claustration. Le divin danois sort le 3 avril chez Hfn son cinquième disque, My Heart Is Hungry And The Days Go By So Quickly et les jours à scruter notre cœur passeront peut être plus vite.

Planet 1999

Écouter les Planet 1999 en 2020

Planet 1999 ne nous met pas une disquette avec son premier EP publié par PC Music. Ces trois Français expatriés à Londres avaient séduit Slowdive avec leurs premiers morceaux au point d’être invités sur leur dernière tournée. De la fête, du shoegaze : bienvenue chez Planet 1999.

Sea, Sex & Sunshade

Sea, sex & Sunshade. On remplacera juste la mer par La Marne. Et on a tout bon. Les Sunshade débarquent dans notre quotidien sans prévenir. Les nouvelles chansons de ce duo français sont fortement addictives et devraient faire autant plaisir aux fans de Swell qu’aux fanatiques de folk heureux. Les titres de ce duo sont…

Bonny Light Horseman

A cheval !

Bonny Light Horseman est un super groupe composé d’Eric D. Johnson (Fruit Bats, The Shins), du vétéran multi-instrumentiste Josh Kaufman (Craig Finn, Josh Ritter, The National) et de la chanteuse Anaïs Mitchell qui a triomphé à Broadway avec Hadestown l’an dernier et honorée d’un Grammy. Et cela donne un disque somptueux, profondément amoureux de la…

Gyslain.N - Welcome

Bienvenue Gyslain.N

Découvert au tremplin du Kiwi Festival 2018 (inscription ici) initié par la Maison pour tous Salle des Rancy à Lyon, Gyslain.N est en train d’aller Au bout de [ses] rêves et on s’évade avec lui.

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

A ne pas rater dans Découvertes !