Des Furies en Trans !

Furies© Sonia Blade
Louis - 16/11/2019

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est parti écouter ces 4 furies.

Le morceau Unleash The Furies a désormais deux ans. Comment le regardez-vous aujourd’hui ?

Ce titre nous a permis de nous dévoiler auprès de la scène Metal. On l’aime toujours autant ! C’est un peu notre titre “phare” d’ailleurs, quand on le joue en live, c’est toujours important de placer Unleash au bon endroit dans notre setlist. Nous l’avons entièrement ré-enregistré cet été pour qu’il figure sur notre album à venir, et qu’il soit mieux produit avec quelques petites touches remises à nos goûts actuels.

Furies – Unleash The Furies

L’écriture de votre album a nécessité deux ans. Pourquoi avoir eu besoin de deux années complètes ?

Il a d’abord fallu que nous trouvions notre son, car le line-up définitif de Furies n’a vu le jour qu’avec l’arrivée de Billy Laser et Sam Flash en 2016. Nous avons tous beaucoup travaillé pour proposer des idées : certaines ont été retenues, d’autres mises de côté. Deux ans étaient nécessaires afin de faire le tri dans tout ce que l’on voulait mettre dans ce groupe. Nous attachons une valeur toute particulière aux arrangements, chœurs, soli, ce qui, une fois le titre achevé, le fait encore avancer plus loin. Ce sont parfois tous ces ornements qui font la couleur définitive d’un morceau ! De plus, pour chacun d’entre nous, l’aspect technique de nos instruments est primordial et pour certains titres nous avons besoin de temps afin de parfaire son interprétation.

Vous avez enregistré avec Igor Moreno. Pourquoi ce choix ?

C’est Bénédicte Schmitt, ingénieure du son et productrice aux Labomatic Studios, avec qui nous avions déjà travaillé pour notre reprise de Dalida version Heavy Metal pour la Souterraine, qui nous a proposé de collaborer avec Igor. Lorsqu’elle nous l’a présenté, il a tout de suite compris vers quel genre de prises de son nous souhaitions nous diriger, en nous envoyant l’album solo de Michael Romeo (guitariste de Symphony X). Pour Billy et Sam, il s’agissait d’une référence incontournable.

Comment avez-vous enregistré ? En prise live ? A quoi ressemblaient vos journées en studio ?

Nous avons passé 15 jours aux Labomatic Studios. Tous instruments séparés en commençant par la batterie avec des guitares témoins, puis la basse, le chant et les chœurs. Les guitares définitives ont été enregistrées à posteriori par les guitaristes eux-mêmes dans le studio Rec’Cordes, dans les Yvelines, ainsi que dans leur Home-Studios respectifs. On a travaillé avec Igor dans une ambiance vraiment relax, en général de 10h00 à 19h00. Ce fut une super expérience dans un cadre idéal, le “Labo” étant un endroit chaleureux et spacieux. On s’est gavés de bagels et de chouquettes… Mais plus sérieusement, Igor sait écouter et n’hésite pas à donner parfois son avis. Il nous a enregistrés de manière remarquable, et a fait preuve d’une patience considérable. Cela nous donne des prises dont on est extrêmement fiers. Les titres seront ensuite mixés et masterisés fin janvier 2020 par Simone Mularoni qui a justement produit l’album solo de Michael Romeo dont on parle plus haut. La boucle est bouclée !

Il y a les Bars en trans pour clôturer 2019. Quid de 2020 ? Vous serez aussi sur la route ?

Nous sommes très contents de figurer parmi les groupes programmés au festival Bars en Trans. C’est une opportunité qui a souvent permis à des groupes en développement comme nous d’avoir un avenir prometteur du fait qu’il y ait beaucoup de pros (journalistes, programmateurs…) présents. Nous travaillons justement à trouver des concerts pour aller défendre cet album qui sortira en 2020. On espère notamment retourner jouer en Allemagne, partout en France comme nous le faisons déjà, mais certainement de manière plus soutenue ! Et pourquoi pas CONQUÉRIR LE MOOOOONDE !!!!

Top 9 Furies

  1. Votre disque de metal préféré de 2020 ?
  2. Zaza : 2019 tu veux dire ! Parce que ceux de 2020 on ne les a pas encore écoutés! Mais ce sera certainement le nôtre !
    Lynda : Tu as pris une Deloréan pour savoir avant nous ?! J’en suis !!!!
    Billy : Je sais qu’Edu Falaschi qui a chanté dans Angra prépare un nouvel album, je serais curieux d’entendre ça, d’autant que les guitaristes qu’il a recrutés ont l’air d’être de vrais fous furieux !

  3. Le producteur de metal de vos rêves ?
  4. Zaza : Simone.
    Sam : ArcelorMittal
    Lynda: J’en connais qui font du très bon boulot, mais je verrai une personne investie, qui croit vraiment en nous d’une manière des plus sincères, et qui serait déjà fan ! Mais pas de paillettes dans les yeux, une personne qui sache bien travailler avec efficacité et précision !
    Billy : Déjà très très fier et impatient de travailler avec Simone Mularoni, mais par nostalgie de ma période Angra/speed mélodique, je dirais Sascha Paeth !

  5. Le meilleur endroit sur terre pour faire un concert de metal ?
  6. Zaza: Partout où il y a un ventilo.
    Sam : Partout sauf le parking du Leclerc.
    Lynda: Au sommet des montagnes avec une belle vue pour être au plus près des étoiles! Plus sérieusement, le meilleur endroit est lorsque le public répond et est en délire. Ou juste voir les étoiles dans les yeux de ces personnes, à qui nous déversons délicatement nos mélodies à leurs oreilles et qui prennent plaisir ! Voir les sourires sur leurs visages!
    Il me semble que Metallica ont fait un concert en Antarctique, sous une sphère transparente, pourquoi pas. Mais le rêve suprême, est d’aller jouer hors la Planète Terre, Dans l’Espace, sur la Lune ou Mars !
    Billy : Je rêverais d’aller jouer au Japon !

  7. Le meilleur endroit sur terre pour voir un concert de metal ?
  8. Sam : le parking du Leclerc.
    Lynda : Un pit sur une plage, ou une superbe vue sur les montagnes, bien sûr ni trop froid, ni trop chaud. Il y a vraiment trop de paramètres à définir, mais le plus important est finalement le groupe qu’on attend de voir !
    Billy : je sais pas si ce serait le meilleur endroit sur terre, mais l’idée de voir un concert en sirotant un cocktail sur un paquebot de croisière au « 70000 tons of metal » me plaît bien !

  9. Le groupe de pop qui aurait dû faire un disque de metal ?
  10. Sam : Metallica après 91.
    Zaza : J’aime certains artistes de pop avec qui j’ai pu travailler (Malik Djoudi, O – Olivier Marguerit, Halo Maud..) donc je trouve que c’est très bien si les popeux ne deviennent pas métalleux. Chacun son truc!
    Lynda : Qu’ils osent s’ils ont envie !
    Billy : c’est du disco, mais Boney M arrangé façon metal ça aurait de la gueule non ?

  11. Le groupe de metal qui aurait dû faire un disque de pop ?
  12. Sam : Metallica avant 91.
    Lynda : Pourquoi pas, s’ils ont envie !
    Billy : c’est loin d’être de la pop mais la musique de Periphery, que je trouvais intéressante au début, commence vraiment à ressembler un peu trop à de la varietoche/emo américaine (à mon goût en tout cas !

  13. Un écrivain qui aurait dû faire un disque de metal ?
  14. Sam : Epictete : Stoïc metal
    Lynda : Maupassant ! Quelle inspiration de sa folie, sa noirceur et de ses délires, comme dans “lettre d’un fou” ou le “Horla” ! Balzac, pour ses tonnes de descriptions précises, il aurait composé des morceaux tellement arrangés et léchés, et pour ses narrations sentimentales où les rythmes musicaux passeraient de la vitesse pour la passion à la lenteur pour la mélancolie! riche !
    Billy : Stephen King !!
    Zaza : Je suis trop cliché, mais Philip K. Dick ou Howard Phillips Lovecraft !

  15. Un métalleux qui aurait dû écrire un roman ?
  16. Zaza : il y a déjà plein de métalleux qui écrivent des romans – ou même des BD comme Riad Sattouf ! Riad si tu nous lis, bosse bien ton Slayer !
    Lynda : Chacun d’entre nous est capable d’en écrire pour raconter ses déboires et ses sensations par rapport au métal ! Nombre de “rockstar” ou “groupe” ont écrit leur bio, c’est sûr, ça n’est pas pareil qu’un roman. Il faudrait donc un auteur comme Tobias Sammet dans ses métal opéras, ou n’importe quel autre auteur d’un groupe épique, de cape et d’épées!
    Billy : Oh ben les mecs d’Anvil !

  17. Le refrain ultime de metal ?
  18. Sam :
    « Murder in the front row
    Crowd begins to bang
    And there’s blood upon the stage
    Bang your head against the stage
    And metal takes its price
    Bonded by blood » Exodus, Bonded By Blood

    Lynda : “Brothers everywhere, Raise Your hands into the air, We Warrios, Warriors of the World ! de Manowar, quoi qu’on en dise !

    “Stare into Destiny, All together, union forever, Stare into Alchemy, Shining Bright, You and I (Furies), quand même ! ;)

    Billy : « Evolution » – Symphony X
    « Here we are – Children of Sun and Stars
    The first to know and to understand
    Living by the Law of the Ages
    Prophets and sages – forging Utopia. »

    Zaza : Beyond The Realms of Death de Judas Priest
    “Yeah! I’ve left the world behind
    I’m safe here in my mind
    Free to speak with my own kind
    This is my life, this is my life
    I’ll decide not you”

Furies sera en concert le 7 décembre 2019 au Monde Bizarro dans le cadre du festival Bars En Trans 2019.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

L’invitation de Pastel Coast

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

This Is Not Your Animal

Un groupe qui cite Hüsker Dü en interview ne peut pas être un mauvais groupe. C’est le cas de Not Your Animal qui vient de sortir Not Rock And Roll… Comme un gosse de deux ans, ce groupe est dans sa période du non. Mais on lui dit un grand oui quand on écoute Cannibale…

[BBmix 2019] Faites une cure de Carla dal Forno

Carla dal Forno, musicienne australienne installée à Berlin, avait publié en 2017 You Know What It’s Like, un premier disque hautement recommandable. Désormais établie à Londres, elle revient avec Look Up Sharp, un album qui va réchauffer le cœur glacé des fans de The Cure.

Josienne Clarke

Avis de tempête : Josienne Clarke

Josienne Clarke entre dans votre vie en quelques secondes. Avec If I Didn’t Mind, le premier extrait d’In All Weather, on reste hypnotisé par cette douce ligne mélodique et par cette voix qui agit comme une déflagration. Et on se dit que la musique de Clarke ne va plus nous quitter.

Yo Yolande Bashing !

Rencontre improbable entre Alain Bashung et Yolande Moreau des Deschiens (pour le nom), fusion impromptue de Thiefaine et de Stromae, Yolande Bashing devrait révolutionner votre quotidien avec son premier album, le bien nommé Yolande et l’amour.

Jî Drû

Mâgnîfîque Jî Drû

Jî Drû s’apprête donc à passer en pleine lumière avec Western, son premier album solo. Producteur, arrangeur et membre de Push up! et Jî Mob, Jî Drû a déjà un CV bien étoffé. Il va lui rajouter une ligne le 18 octobre 2019 avec Western.

Lyssalane

Les rires et les larmes de LYSSALANE

En France, on a le choix… Si on aime le rock et avoir un mur de son en face de soi, on écoute Lysistrata. Si on aime le folk et les voix envoûtantes, on écoute les Lyssalane.

Faire ami-ami avec Special Friend

Découvrir les Special Friend à la fin d’une journée, c’est finir en beauté cette journée si celle-ci était cool. Et c’est se consoler avec leurs morceaux si la journée a été pourrie. Ecouter Before, c’est l’assurance de croiser les ombres de Stephen McRobbie et des Yo La Tengo… Ecouter Low Tide, c’est retrouver une présence…

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

A ne pas rater dans Découvertes !