L’invitation de Pastel Coast

L’invitation de Pastel Coast
Louis - 05/12/2019

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

Il y a de fortes chances que Quentin Isidore ait regardé la mer en écoutant les disques des Drums et des Wild Nothing. De ces longues minutes de mélancolie est né Hovercraft, un disque aussi équilibré qu’addictif.

Comment s’est déroulé l’enregistrement d’Hovercraft ?

Quention Isidore : J’ai composé les maquettes de la plupart des morceaux chez moi, à Boulogne sur Mer, puis ramené le tout chez David Sagot (aka Fools Ferguson) qui possède un studio sur la Côte. On a passé presque deux ans de nos petites vies à enregistrer là-bas. C’était un travail de longue haleine, avec des morceaux remaniés pas mal de fois.On a varié les sessions recording en groupe, en duo avec David, et les sessions de nuit, seul pour expérimenter. Je déconstruisais parfois ce qu’on avait construit, pour finalement tout reconstruire. Bref, on est vraiment allé au bout de ce que pouvait être les morceaux, ce qui a donné pas mal de fil à retordre à David ! C’est clairement le sixième membre du groupe, autant sur les conseils techniques qu’artistiques. Le recording a donc évolué au fil de l’eau. Certains morceaux ont été réenregistrés jusqu’à trois ou quatre fois peut être, d’autres ont été mis de côté. Cette évolution on la doit aussi au gros travail du groupe sur scène qui s’est construit dans le même timing, avec pas loin de 30 concerts, on a clairement pu tester nos songs et leur pertinence.

D’ailleurs pourquoi ce titre Hovercraft ?

L’Hovercraft c’est tout simplement « chez nous ». Il n’y a pas si longtemps il existait un aéroglisseur sur l’opale qui permettait de relier l’Angleterre à la France, On connait la Côte d’Opale pour ça d’ailleurs. Cet album va en ce sens. Il est un pont entre nos deux Côtes. D’ailleurs il est exprimé tantôt en Anglais, tantôt en Français. Pour nous, FR/UK il y a très peu de différence. « Hovercraft » c’est aussi le mélange des éléments avec l’air et l’eau, les sons éthérés et liquides qui animent l’album. Enfin, et ça je ne peux vraiment l’expliquer, ça me donne l’impression d’une sensation de chaleur et paradoxalement de fraîcheur, de puissance et de douceur, de force et sensibilité. J’y vois du bleu, du ciel, du blanc, du noir, et la mer, comme d’habitude qui revient toujours.

Pourquoi Quentin a t-il réalisé la pochette ?

Disons que je savais exactement le design que je voulais mettre en place avec la structure très symétrique, comme une fenêtre sur la mer. Mais la photo n’est pas de moi, elle est de la talentueuse Annie Spratt, photographe Américaine. Cette photo me parlait beaucoup alors je l’ai contactée et ça c’est fait comme ça. Je l’ai combinée à une autre de ses photos et mise en relief par le quadrillage et le cadre blanc, comme un tableau. Pour moi, derrière tout ça il y a New Order, Real Estate, Craft Spells, Wild Nothing, Motorama. Une fraicheur pop Pintanière, très pure et dans le même temps une part de mélancolie légèrement plus sombre que j’apprécie et dans laquelle je reconnaissais mon écriture.

Comment avez-vous trouvé votre son ?

Notre son est inspiré de groupes comme Beach Fossils, DIIV, The Drums, bref toute la pop de Brooklyn que l’on écoute à longueur de journée. On retrouve ça dans les lignes de guitares, mais aussi dans la basse aux sonorités très medium.
Pour le son « général « de l’album on s’est aussi inspiré de groupe comme Alvvays qui allie à la perfection synthés et accords de guitares ouverts. Ou encore Craft spells pour la réverbe, Day Wave au grain impeccable, Curent joys pour le côté lo fi, ou encore Motorama au son froid et pourtant chaleureux.
Bien évidemment, on est allé voir du côté des Cure, des Smiths ou encore New Order. Personnellement j’ai aussi beaucoup écouté The Pastels. L’album Slow summit est pour moi une référence majeure dans l’écriture, avec un retour de la guitare acoustique, des trompettes et de la twee pop. Dans le genre on peut retrouver des bribes des Velvet rois de l’ Art Pop, avec ce côté percussif et intuitif.Chez les Frenchies on retrouve aussi bien évidemment Daho, ou François and the Atlas Mountains Bref on ne s’est pas limité à quelques influences. C’est sur scène et pendant les sessions recordings qu’on a pu expérimenté tout ça et finalement trouvé le son qu’on voulait !

Quelle est l’histoire de Zadig, votre premier single ?

Zadig n’est pas le premier Single, c’est en réalité le troisième. Il fait suite à Home et Vacation. C’est un morceau avec lequel j’ai un lien assez particulier puisqu’il s’adresse à mon fils, comme une lettre ouverte. Ce titre, c’était aussi l’occasion de montrer que Pastel Coast n’est pas uniquement un groupe avec lequel on danse ou pour lequel on pourrait fredonnait les titres. c’est aussi un groupe qui peut être plus profond, évoquer des sujets plus intimes, tantôt graves, tantôt allègres mais toujours avec intensité. Sur scène c’est en tout cas comme cela que ça se passe. On enchaîne les titres plus légers, à la cadence pop ,pour finalement lâcher les guitares, taper sur les toms et s’époumoner dans le micro. Ça n’est pas nouveau, des types comme Bowie, Bono, Ellery James Roberts de Wu Lyf ont montré que la Pop pouvait être forte, et je crois que l’on a un peu de ça en nous.

Top 5 Pastel Coast

  1. 01) Votre disque préféré de 2019 ?
  2. Bien évidemment Heaven surronds you de Surf Curse. On a eu la chance d’ouvrir pour Nick (le batteur chanteur) lors d’un passage à Paris au Supersonic pour sa tournée solo (Current Joys). C’était incroyable. Chaque morceau était d’une émotion vraiment intense et qui plus est, c’est un type vraiment bien.

  3. 02) Le disque de 2020 que vous attendez le plus ?
  4. Le disque de Martin Courtney du projet Real Estate. L’un de meilleurs compositeur Pop de notre génération.

  5. 03) Le disque qui met tout le monde d’accord chez Pastel Coast ?
  6. Les deux disques d’Alvvays. un groupe Pop, Rythmé, puissant, et un bon équilibre Homme Femme.

  7. 04) le disque qui fout forcément la merde chez Pastel Coast ?
  8. Oh mince. il y en a beaucoup trop pour en citer un ahah. Dans la variété française, le Métal, le Hardrock on est jamais d’accord. Mais dans notre créneau  » Pop » au sens large, je dirais qu’on est toujours sur la même longueur d’onde, c’est ça qui compte au fond.

  9. 05) Votre pochette de disque préférée ?
  10. J’aime beaucoup la pochette de Nocturne de Wild Nothing. C’est éclatant, il y a beaucoup de couleurs. A l’époque où tout le monde utilise le Marbling, Tatum a su le faire avec classe et lui donner un truc un peu différent. La pochette est folle, on peut changer le marbling selon l’humeur, le morceau, bref, c’est un bel objet ( le son est classieux aussi !)

Pastel Coast - Hovercraft
Tracklist : Pastel Coast - Hovercraft
  1. Eau
  2. Always
  3. Aquarius
  4. La Nuit
  5. Kerry
  6. Galanterie
  7. Zadig
  8. Vacation
  9. Home
  10. Hovercraft
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Brigid Mae Power

Power to Brigid Mae Power !

Enregistré avec Alasdair Roberts à Glasgow, le nouvel album de Brigid Mae Power pourrait réunir au coin du feu les fans de folk irlandais et les ascètes qui ne jurent que par Bill Callahan.

Captifs avec Cavetown

Version slacker d’Harry Potter, Cavetown sort son premier album chez Sire Records ce vendredi après avoir enquillé les titres sur son Bandcamp. Rendez-vous est pris avec ce garçon !

Tout va bien avec Every Bad !

Tout va bien donc avec Porridge Radio qui nous claque un uppercut avec ce nouveau disque, le tristement bien nommé Every Bad.

JacobBellens_by_MathisSchmidt_0296

Jacob Bellens change d’échelle !

Bon, Jacob Bellens ne pouvait pas prédire la claustration. Le divin danois sort le 3 avril chez Hfn son cinquième disque, My Heart Is Hungry And The Days Go By So Quickly et les jours à scruter notre cœur passeront peut être plus vite.

Planet 1999

Écouter les Planet 1999 en 2020

Planet 1999 ne nous met pas une disquette avec son premier EP publié par PC Music. Ces trois Français expatriés à Londres avaient séduit Slowdive avec leurs premiers morceaux au point d’être invités sur leur dernière tournée. De la fête, du shoegaze : bienvenue chez Planet 1999.

Sea, Sex & Sunshade

Sea, sex & Sunshade. On remplacera juste la mer par La Marne. Et on a tout bon. Les Sunshade débarquent dans notre quotidien sans prévenir. Les nouvelles chansons de ce duo français sont fortement addictives et devraient faire autant plaisir aux fans de Swell qu’aux fanatiques de folk heureux. Les titres de ce duo sont…

Bonny Light Horseman

A cheval !

Bonny Light Horseman est un super groupe composé d’Eric D. Johnson (Fruit Bats, The Shins), du vétéran multi-instrumentiste Josh Kaufman (Craig Finn, Josh Ritter, The National) et de la chanteuse Anaïs Mitchell qui a triomphé à Broadway avec Hadestown l’an dernier et honorée d’un Grammy. Et cela donne un disque somptueux, profondément amoureux de la…

Gyslain.N - Welcome

Bienvenue Gyslain.N

Découvert au tremplin du Kiwi Festival 2018 (inscription ici) initié par la Maison pour tous Salle des Rancy à Lyon, Gyslain.N est en train d’aller Au bout de [ses] rêves et on s’évade avec lui.

Twisted Wheel en roue libre

Les Twisted Wheel ouvrent ce soir pour Liam Gallagher au Zénith de Paris. Un mois avant la sortie de Satisfying The Ritual, leur troisième album, les Twisted Wheel peuvent rouler des mécaniques devant les fans d’Oasis et tester leurs nouvelles chansons.

Le b.a.-ba d’Anna B Savage

Les premiers morceaux d’Anna B Savage avaient séduit Father John Misty en 2015 à tel point que ce dernier l’avait embarquée sur sa tournée. Cette année, Anna B Savage ouvrira pour Destroyer sur sa tournée européenne et sortira un album chez City Slang. Tout va bien pour notre américaine préférée.

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

A ne pas rater dans Découvertes !