L’invitation de Pastel Coast

L’invitation de Pastel Coast
Louis - 05/12/2019

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

Il y a de fortes chances que Quentin Isidore ait regardé la mer en écoutant les disques des Drums et des Wild Nothing. De ces longues minutes de mélancolie est né Hovercraft, un disque aussi équilibré qu’addictif.

Comment s’est déroulé l’enregistrement d’Hovercraft ?

Quention Isidore : J’ai composé les maquettes de la plupart des morceaux chez moi, à Boulogne sur Mer, puis ramené le tout chez David Sagot (aka Fools Ferguson) qui possède un studio sur la Côte. On a passé presque deux ans de nos petites vies à enregistrer là-bas. C’était un travail de longue haleine, avec des morceaux remaniés pas mal de fois.On a varié les sessions recording en groupe, en duo avec David, et les sessions de nuit, seul pour expérimenter. Je déconstruisais parfois ce qu’on avait construit, pour finalement tout reconstruire. Bref, on est vraiment allé au bout de ce que pouvait être les morceaux, ce qui a donné pas mal de fil à retordre à David ! C’est clairement le sixième membre du groupe, autant sur les conseils techniques qu’artistiques. Le recording a donc évolué au fil de l’eau. Certains morceaux ont été réenregistrés jusqu’à trois ou quatre fois peut être, d’autres ont été mis de côté. Cette évolution on la doit aussi au gros travail du groupe sur scène qui s’est construit dans le même timing, avec pas loin de 30 concerts, on a clairement pu tester nos songs et leur pertinence.

D’ailleurs pourquoi ce titre Hovercraft ?

L’Hovercraft c’est tout simplement « chez nous ». Il n’y a pas si longtemps il existait un aéroglisseur sur l’opale qui permettait de relier l’Angleterre à la France, On connait la Côte d’Opale pour ça d’ailleurs. Cet album va en ce sens. Il est un pont entre nos deux Côtes. D’ailleurs il est exprimé tantôt en Anglais, tantôt en Français. Pour nous, FR/UK il y a très peu de différence. « Hovercraft » c’est aussi le mélange des éléments avec l’air et l’eau, les sons éthérés et liquides qui animent l’album. Enfin, et ça je ne peux vraiment l’expliquer, ça me donne l’impression d’une sensation de chaleur et paradoxalement de fraîcheur, de puissance et de douceur, de force et sensibilité. J’y vois du bleu, du ciel, du blanc, du noir, et la mer, comme d’habitude qui revient toujours.

Pourquoi Quentin a t-il réalisé la pochette ?

Disons que je savais exactement le design que je voulais mettre en place avec la structure très symétrique, comme une fenêtre sur la mer. Mais la photo n’est pas de moi, elle est de la talentueuse Annie Spratt, photographe Américaine. Cette photo me parlait beaucoup alors je l’ai contactée et ça c’est fait comme ça. Je l’ai combinée à une autre de ses photos et mise en relief par le quadrillage et le cadre blanc, comme un tableau. Pour moi, derrière tout ça il y a New Order, Real Estate, Craft Spells, Wild Nothing, Motorama. Une fraicheur pop Pintanière, très pure et dans le même temps une part de mélancolie légèrement plus sombre que j’apprécie et dans laquelle je reconnaissais mon écriture.

Comment avez-vous trouvé votre son ?

Notre son est inspiré de groupes comme Beach Fossils, DIIV, The Drums, bref toute la pop de Brooklyn que l’on écoute à longueur de journée. On retrouve ça dans les lignes de guitares, mais aussi dans la basse aux sonorités très medium.
Pour le son « général « de l’album on s’est aussi inspiré de groupe comme Alvvays qui allie à la perfection synthés et accords de guitares ouverts. Ou encore Craft spells pour la réverbe, Day Wave au grain impeccable, Curent joys pour le côté lo fi, ou encore Motorama au son froid et pourtant chaleureux.
Bien évidemment, on est allé voir du côté des Cure, des Smiths ou encore New Order. Personnellement j’ai aussi beaucoup écouté The Pastels. L’album Slow summit est pour moi une référence majeure dans l’écriture, avec un retour de la guitare acoustique, des trompettes et de la twee pop. Dans le genre on peut retrouver des bribes des Velvet rois de l’ Art Pop, avec ce côté percussif et intuitif.Chez les Frenchies on retrouve aussi bien évidemment Daho, ou François and the Atlas Mountains Bref on ne s’est pas limité à quelques influences. C’est sur scène et pendant les sessions recordings qu’on a pu expérimenté tout ça et finalement trouvé le son qu’on voulait !

Quelle est l’histoire de Zadig, votre premier single ?

Zadig n’est pas le premier Single, c’est en réalité le troisième. Il fait suite à Home et Vacation. C’est un morceau avec lequel j’ai un lien assez particulier puisqu’il s’adresse à mon fils, comme une lettre ouverte. Ce titre, c’était aussi l’occasion de montrer que Pastel Coast n’est pas uniquement un groupe avec lequel on danse ou pour lequel on pourrait fredonnait les titres. c’est aussi un groupe qui peut être plus profond, évoquer des sujets plus intimes, tantôt graves, tantôt allègres mais toujours avec intensité. Sur scène c’est en tout cas comme cela que ça se passe. On enchaîne les titres plus légers, à la cadence pop ,pour finalement lâcher les guitares, taper sur les toms et s’époumoner dans le micro. Ça n’est pas nouveau, des types comme Bowie, Bono, Ellery James Roberts de Wu Lyf ont montré que la Pop pouvait être forte, et je crois que l’on a un peu de ça en nous.

Top 5 Pastel Coast

  1. 01) Votre disque préféré de 2019 ?
  2. Bien évidemment Heaven surronds you de Surf Curse. On a eu la chance d’ouvrir pour Nick (le batteur chanteur) lors d’un passage à Paris au Supersonic pour sa tournée solo (Current Joys). C’était incroyable. Chaque morceau était d’une émotion vraiment intense et qui plus est, c’est un type vraiment bien.

  3. 02) Le disque de 2020 que vous attendez le plus ?
  4. Le disque de Martin Courtney du projet Real Estate. L’un de meilleurs compositeur Pop de notre génération.

  5. 03) Le disque qui met tout le monde d’accord chez Pastel Coast ?
  6. Les deux disques d’Alvvays. un groupe Pop, Rythmé, puissant, et un bon équilibre Homme Femme.

  7. 04) le disque qui fout forcément la merde chez Pastel Coast ?
  8. Oh mince. il y en a beaucoup trop pour en citer un ahah. Dans la variété française, le Métal, le Hardrock on est jamais d’accord. Mais dans notre créneau  » Pop » au sens large, je dirais qu’on est toujours sur la même longueur d’onde, c’est ça qui compte au fond.

  9. 05) Votre pochette de disque préférée ?
  10. J’aime beaucoup la pochette de Nocturne de Wild Nothing. C’est éclatant, il y a beaucoup de couleurs. A l’époque où tout le monde utilise le Marbling, Tatum a su le faire avec classe et lui donner un truc un peu différent. La pochette est folle, on peut changer le marbling selon l’humeur, le morceau, bref, c’est un bel objet ( le son est classieux aussi !)

Pastel Coast - Hovercraft
Tracklist : Pastel Coast - Hovercraft
  1. Eau
  2. Always
  3. Aquarius
  4. La Nuit
  5. Kerry
  6. Galanterie
  7. Zadig
  8. Vacation
  9. Home
  10. Hovercraft
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

Soyez branché, écoutez les Ringards

Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

Furies

Des Furies en Trans !

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

This Is Not Your Animal

Un groupe qui cite Hüsker Dü en interview ne peut pas être un mauvais groupe. C’est le cas de Not Your Animal qui vient de sortir Not Rock And Roll… Comme un gosse de deux ans, ce groupe est dans sa période du non. Mais on lui dit un grand oui quand on écoute Cannibale…

[BBmix 2019] Faites une cure de Carla dal Forno

Carla dal Forno, musicienne australienne installée à Berlin, avait publié en 2017 You Know What It’s Like, un premier disque hautement recommandable. Désormais établie à Londres, elle revient avec Look Up Sharp, un album qui va réchauffer le cœur glacé des fans de The Cure.

Josienne Clarke

Avis de tempête : Josienne Clarke

Josienne Clarke entre dans votre vie en quelques secondes. Avec If I Didn’t Mind, le premier extrait d’In All Weather, on reste hypnotisé par cette douce ligne mélodique et par cette voix qui agit comme une déflagration. Et on se dit que la musique de Clarke ne va plus nous quitter.

Yo Yolande Bashing !

Rencontre improbable entre Alain Bashung et Yolande Moreau des Deschiens (pour le nom), fusion impromptue de Thiefaine et de Stromae, Yolande Bashing devrait révolutionner votre quotidien avec son premier album, le bien nommé Yolande et l’amour.

Jî Drû

Mâgnîfîque Jî Drû

Jî Drû s’apprête donc à passer en pleine lumière avec Western, son premier album solo. Producteur, arrangeur et membre de Push up! et Jî Mob, Jî Drû a déjà un CV bien étoffé. Il va lui rajouter une ligne le 18 octobre 2019 avec Western.

A ne pas rater dans Découvertes !