Tryo c’est le groupe de reggae acoustique qui nous a fait chanter tout l’été 1998 en réveillant des consciences au passage. En chemin, ils ont choisi d’utiliser leur popularité pour faire passer un message et les albums Grain de Sable (2003) et Ce Que l’On Sème (2008) seront plus engagé. Un Bercy pour un groupe qui a commencé à la MJC de Fresnes c’est pas rien, c’est pourquoi La Rue Kétanou est venue leur prêter main forte.

La Rue Ketanou

La Rue Ketanou donne dans le métissage des cultures : trois musiciens mélangent leurs racines marocaines, portugaises et belges pour jouer de l’accordéon à la sauce tzigane. Avec juste une guitare, une caisse millésimée en guise de percussions et un accordéon, ils réussissent à motiver l’immense salle de Bercy. Mourad nous fait rêver avec ses grands yeux et nous émeut quand il nous raconte l’histoire d’une femme qui chante le fado sur Sao Lucas, Florent fait vibrer son accordéon sur La Fiancée de l’Eau et Olivier nous emmène chez les gitanes sur Almarita. Ils nous enjoignent d’aller profiter des petits cafés-concerts de la capitale pour nous laisser surprendre et glissent des allusion à Face à la Mer.
Ils finissent sur les cigales dans la fourmilière pour nous faire danser et laisse le public lui piquer la réplique sur Les Mots. C’était (trop) court, mais intense… comme toujours ! Au fait, ils ont sorti un album en février : A Contresens.

Tryo

Tryo ne se contente pas d’afficher des banderoles de Greenpeace comme certains groupes engagés, outre le clip sur Copenhague et le réchauffement climatique à la fin de la première partie, ils invitent des militants à poser leur stand dans le POPB pour toucher plus de gens.

Le Boléro de Ravel se fait entendre, tout doucement d’abord, il grossit en intensité, et au moment d’imploser, Tryo arrive… mais pas sur scène, dans les gradins ! Tryo a la folie des grandeurs et le sens du grandiose. Mais pour pallier à la froideur de la salle disproportionnée, ils joueront les premiers morceaux en arpentant une rampe qui fait le tour des gradins, histoire de faire un petit coucou à chacun.

Ils démarrent avec des singles, pour chauffer la salle à bloc. Après ‘G8‘ et ‘Ce Que l’On Sème‘, ‘La Main Verte‘ explose avec les cuivres de la ‘Sexion’, puis Pour un flirt avec la crise nous fait réaliser que plus de 10 ans après, elle est toujours plus forte que nous… C’est sur ‘Mrs Roy‘ que Frédéric Deville fait son apparition au violoncelle (électrique).

Tryo nous présente Pablo Mendez un percussionniste Argentin, et enchaîne sur ‘Dulce de Leche‘, qui, avec le débat sur l’identité nationale, prend tout son sens. A noter que dans une salle aussi grande, les émotions sont multipliées. Pablo et Daniel s’amusent en duo de percussion, puis, après ‘Abdallâh‘, c’est ‘Si la Vie M’a Mis Là‘. Un sans faute, je sens presque le thé à la menthe me chatouiller les narines.

Ils commencent alors à faire débouler les invités : les toulousains Mouss et Hakim (Zebda / Origines Controllées) pour un petit ‘Motivés’ que nous fait jumper jusqu’à l’essoufflement. Arthur H viendra plus tard dans la soirée pour chanter ‘La Lune‘ – mais on sent que c’est à l’arrache, Sally Nyolo vient elle-même chanter avec Guizmo leur chanson ‘Tombé Mal‘, et enfin La Rue Ket’ vient chanter ‘La Rue Ketanou’, mais sûrement la faute à l’euphorie du moment, l’a cappella tourne au grand n’importe quoi.

Bercy se transforme aussi en cirque à certains moments, avec une jeune femme qui s’entortille autour d’une corde pendant ‘Cinq Sens‘, ou ses camarades de la compagnie Fratellini aux tissus. Mali, dans son costume anthracite, oscille entre Monsieur Loyal et Philippe Risoli quand il fait monter une demoiselle de la fosse pour filmer la Batucada accompagnée de danseuses brésiliennes pour foutre le feu à Bercy – malheureusement l’acoustique de la salle ne porte pas les percussions brésiliennes.

Les blagues anti-sarko vont bon train dès que possible, mais culminent (d’un goût douteux) sur ‘Désolé pour Hier Soir‘, avant de finir le concert sur ‘Marcher Droit‘. Ils reviennent, et surprise, le guest des guest : Ayo arrive tout juste de Berlin pour jammer et chanter ‘Life is Real‘. Les briquets (des vrais !) s’allument ensuite sur ‘Serre Moi‘, et après ‘Pomp’Afric‘, on se lâche tous sur ‘Yakamonéyé‘.

Après trois heures de show, ils ont remercié tout le monde, nous sommes en train de réfléchir à comment sortir de cette forteresse, quand ils reviennent pour la der des der : ‘L’Hymne de nos Campagnes‘. Mais ils n’ont pas l’air de vouloir partir, alors ils rappellent tous leurs invités et nous font une choré sur ‘Around the World‘ de Daft Punk ! Tels des vainqueurs de coupe, ils feront un tour du stade pour remercier le public.

Le concert était retransmis en direct sur le site d’Arte.

Setlist du concert de Tryo @ Paris Bercy, 16 décembre 2009
  1. G8 - Tryo
  2. Ce Que l’On Sème - Tryo
  3. La Main Verte - Tryo
  4. Pour un Flirt avec la Crise - Tryo
  5. Mrs Roy - Tryo
  6. Dulce de Leche - Tryo
  7. Abdallâh - Tryo
  8. Si la Vie M’a Mis Là - Tryo
  9. Motivés - Tryo
  10. Bidonville (Nougaro) - Tryo
  11. Cinq Sens - Tryo
  12. Quand les hommes s’ennuient… - Tryo
  13. Consommez - Tryo
  14. Jocelyne - Tryo
  15. La Lune (Arthur H) - Tryo
  16. Tombé Mal - Tryo
  17. Sortez-les - Tryo
  18. La Rue Kétanou (La Rue Ketanou) - Tryo
  19. Toi et Moi - Tryo
  20. Désole pour Hier Soir - Tryo
  21. Marcher Droit - Tryo
Rappel du concert de Tryo @ Paris Bercy, 16 décembre 2009
  1. Life Is Real (Ayo) - Tryo
  2. Serre-moi - Tryo
  3. Pomp’Afric - Tryo
  4. Yakamonéyé - Tryo
  5. L’Hymne de nos Campagnes - Tryo
  6. Around the World (Daft Punk) - Tryo

Date: 16 décembre 2009

Partager cet article
2 réponses sur « Tryo et La Rue Ketanou – Bercy Beaucoup »

Juste une petite correction : Olivier – Zeitoun – Leite chante Sao Loucas et Mourad Musset lui chante Almarita et non le contraire ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Paléo festival 2017 - Manu Chao

Photos : Paléo Festival 2017 @ Nyon, Suisse

Une sélection des photos des concerts de : Arcade Fire, Broken Back, Foals, Julien Doré, Justice, Midnight Oil, Petit Biscuit, Radio Elvis, Red Hot Chili Peppers, Rocky, Rone, Temples, The Inspector Cluzo, Tryo, Vianney, Vitalic ainsi que du public, de cette édition 2017 du Paléo Festival.
Programmation Rock Dans Tous Ses Etats 2009

Le Rock Dans Tous Ses Etats 2009

La période des festivals approche à grands pas et il y en a un qui nous tiens à coeur : le Rock Dans Tous Ses Etats à Evreux.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…