Piers Faccini à La Cigale – 16.12.2009

Piers Faccini à La Cigale – 16.12.2009
RNO - 17/12/2009
Compte rendu concert : Piers Faccini @ La Cigale - 16 décembre 2009
Piers Faccini

De même qu’un humble flocon de neige suffit à paralyser une capitale et alimenter les conversations d’une journée entière, il ne m’aura fallu que trente secondes pour tomber amoureux hier soir à la Cigale.
Bon, je dois, pour être honnête, confesser un énorme faible pour tout concert folk qui se respecte, et une tendance au frisson généralisé à l’écoute d’un des trois albums de Piers Faccini. Mais rien ne pouvait vraiment me préparer à l’expérience de cette soirée.

Piers Faccini

Un peu avant 21h, et après une première partie magistralement assurée par Krystle Warren, la salle s’assombrit pour ne laisser dans l’air qu’une dizaine d’ampoules jetant sur la scène un regard mi-clos. L’ Homme fait alors son entrée, discret mais assuré, et se pose au centre d’un demi-cercle de micros et d’instruments, pendant que son batteur et sa choriste prennent place un peu plus loin.

Compte à rebours lancé, trente secondes montre en main avant le premier frisson : un blues de bagnard ouvre la danse, sa voix puissante doucement épaulée par les harmonies de la choriste et les clochettes du percussionniste.
Toute la lumière venant de derrière ou des globes lumineux au dessus, la salle est plongée dans une semi pénombre chaleureuse et rassurante, pas de spot frontal agressif, les silhouettes des musiciens se découpent comme sur un feu de cheminée.
Le visage à moitié visible, seul avec son ombre, Piers fascine et touche en plein cœur par une simplicité et une authenticité des plus rares. Rien ne vient perturber son aura, pas même la choriste (qui se révèlera aussi bassiste un peu plus tard) qui sait se faire discrète et juste.

Après deux morceaux issus de Tearing Sky, son album précédent, l’ambiance de Two Grains of Sand s’installe et ce petit trésor folk déploie alors toutes ses qualités curatives ; car au-delà du strict aspect technique, c’est une musique qui fait du bien, qui panse les plaies pour rarement en ouvrir d’autres, qui soigne et ouvre des portes.
Piers aime jouer, et partager, il quitte ses micros dès qu’il en a l’occasion, pas très à l’aise derrière ces barrières sonores que sont les retours, pour gagner l’avant scène et continuer a capella ou offrir un solo de guitare (To See Is To Believe, sublime). Les compositions du dernier album, volontairement épuré guitare-voix, se mêlent à celles, plus musclées et rythmées des précédents sans aucune perte de cohérence, mues par une même poétique de la route, du voyage et de la rencontre, une mise en pratique du don et de l’amour bouddhiste de tous les instants.

En bon folkeux autodidacte, il maîtrise bien sûr son harmonica (passeport obligatoire pour l’Eden folk) mais sait aussi élargir sa palette d’innombrables influences, de l’Orient au Mississippi ; ainsi, le mystique Come My Demons se transforme en gospel dont il est le chef de chœur.

Si tout cela vous paraît vague, pensez à une bande son d’un Tennessee Williams, toute cette solitude et ce besoin d’échange, le grave et le sérieux portés par les épaules d’un homme qui observe et se bat comme il peut ; il y a dans le folk un poids et une maturité que n’aura jamais le rock, une authenticité des combats intérieurs qui ne cherche pas à renverser mais à faire réfléchir, à parler vrai. Et dans ce registre là, Piers Faccini touche au sacré.

Your Name No More clôt le set principal, et Piers remonte sur scène, seul avec sa guitare pour une bonne dose de rappel qui finira de faire flancher les plus endurcis (Time of Nought puis une reprise de Skip James, puis de Dylan en duo avec Krystle et enfin If I) ; deuxième rappel, a capella cette fois avec Deep Blue Sea, chanson de vieux marin au cœur brisé.

Arrivé vidé et assez perdu, je rentre chez moi plus accompli que jamais, rempli de projets de vie et d’envies de vrai ; deux heures qui vous transforment, ça n’a pas de prix (et pour le reste, il y a Eurocard Mastercard bien entendu).

Date : 16 décembre 2009
Réponses
  1. Effectivement, très bon concert ! tu as très bien retranscrit l’ambiance du concert je trouve…

    Je n’avais pas noté que les derniers titres étaient les moins « gonflés » par leur passage sur scène et au contraire les plus épurés. Cela ferait sens en tout cas.

  2. A ce que j’aurais aimé y être allée. L’article explique clairement l’univers de l’artiste et l’envoutement personnel de l’auteur du texte mais le public a-t-il apprécié et l’a-t-il montré ?

  3. Timidement au départ (une salle assise est toujours assez délicate à s’approprier) puis l’envoutement a gagné rang par rang. En fait dès qu’il s’est approché de l’avant-scène, la salle était conquise. Standing ovation après Your Name No More puis deux séries de rappels…oui le public était bien réceptif!

  4. Un énorme Merci pour tes mots RNO
    J’ai eu le bonheur de vivre ce concert, malheureusement je n’ai pas les mots pour exprimer ces émotions là …je lis et j’en ai les frissons !
    C’est très très beau !

    Je l’ai découvert grâce au forum « des fans » de Piers Faccini
    Le lien m’a emmené jusque ici ….

    A bientôt ici ou ailleurs !

    Je mets le lien sur mon facebook , je me laisserai bien tenter de le mettre aussi sur la page de Piers! je peux ? :))

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».