Joel Henry Little est grand. Grand par le talent, l'audace, la richesse de son univers entre sa chambre et sa cuisine.

Joel Henry Little. 21 ans. 9 albums pendant que d’autres sortent des EP médiocres (ou pas) et marketés. Avec sa gueule d’ange, il auto-produit ses disques depuis qu’il a douze ans entre folk et cabaret. Son nouvel album, Ephphatha est comme sa pochette, hors du temps, de celui où il faut être ‘The next big thing’, squatter les réseaux pour exister, profiter d’un désastre sanitaire pour imposer 15 minutes de célébrité. Tout chez Joel Henry Little est anachronique, sa voix, ses interrogations, ses orchestrations ou cette pochette ‘Martine a vu le dahu’. Et l’on rêve de courir à perdre haleine avec elles et les héroïnes de ce disque.

Ephphatha signifie ‘ouvre-toi’ en araméen et on en a bien besoin en ce moment. « Ces 10 chansons courtes évoquent la solitude, l’attachement malsain et la tromperie. Centré sur un dialogue entre deux jeunes femmes nommées Agnès et Sheila, l’album suit un parcours narratif oblique à travers divers états émotionnels et des dilemmes personnels. Bien que les observations soient souvent dispersées et contradictoires, le cœur moral d’Ephphatha est toujours clair : soyez ouverts et restez ouverts. »

Discographie

« Jésus quitta le territoire de Tyr, et revint par Sidon vers la mer de Galilée, en traversant le pays de la Décapole.
On lui amena un sourd, qui avait de la difficulté à parler, et on le pria de lui imposer les mains.
Il le prit à part loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et lui toucha la langue avec sa propre salive ;
puis, levant les yeux au ciel, il soupira, et dit : Ephphatha, c’est-à-dire, ouvre-toi.
Aussitôt ses oreilles s’ouvrirent, sa langue se délia, et il parla très bien.
Jésus leur recommanda de n’en parler à personne; mais plus il le leur recommanda, plus ils le publièrent.
Ils étaient dans le plus grand étonnement, et disaient : Il fait tout à merveille ; même il fait entendre les sourds, et parler les muets. »

Marc 7:34

Joel Henry Little – With Her (Agnes’ Awakening)

Joel Henry Little – Don’t Call Me Lady (Agnes’ Jeremiad)

Joel Henry Little - Ephphatha!

Joel Henry Little

Tracklist : Joel Henry Little - Ephphatha!
  1. Ephphatha
  2. Don't Call Me Lady (Agnes' Jeremiad)
  3. Too Familiar (Sheila's Lament)
  4. All Around
  5. Fly
  6. Jehu! (Sheila's Dream)
  7. With Her (Agnes' Awakening)
  8. Fledermaus
  9. Run With Me
  10. Agnes (Sheila's Epiphany)
  11. Strike the Drum (Agnes' Reply)
  12. My Children

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Joel Henry Little - Great Kil Friendship Club

Joel Henry Little – Great Kills Friendship Club

Certains gamins font des collections assez étonnantes : les Pokémon, les petites voitures ou encore les autocollants Panini. D’autres collectionnent les conneries et inquiètent leurs parents. Joel Henry Little, notre post-adolescent du jour, collectionne les chansons.
Joel Henry Little - Great Kil Friendship Club

Le très grand Joel Henry Little

En 2015, la collaboration entre Microcultures et Pascal Blua permit la plus belle des renaissances avec la sortie de No Song No Spell No Madrigal des The Apartments. En 2016, cette même collaboration remit en selle John Cunningham avec Fell. Un nouveau grand disque au compteur. Et pour 2017 ? C’est le jeune Joel Henry […]

Plus dans News

Jeanfelzine-fanfiction

Jean qui rit

De la dérision. Jean Felzine serait-il le fabuliste de son temps à l’instar d’un autre Jean du 17ème ? Avec Fanfiction, sa causticité peint l’absurdité glacée de notre société du paraître et de la futilité.
Crmefrench1-tombird

Sabayon musical

Le duo magique Lucas Roullet-Marchand et Matthias Bouffay se reforme non pas pour un never ending tour autour de Jean Jacques G, mais pour présenter un dimanche sur deux à 10h un podcast revigorant centré sur la crème de la crème french de la scène musicale lyonnaise.
Richarddawson

Dawson freak

Le morne mois de novembre touche à sa fin après le débilitant vendredi noir, bientôt Noël et sa frénésie de bénévolence. Alors pourquoi ne pas se cloîtrer dans une bulle en écoutant The Hermit, la première plage de 41 minutes du nouvel album de Richard Dawson, The Ruby Cord.
Themagiclantern-noonesfault

Non coupable

De l’étreinte musicale. Avec une économie de mots et une douceur infinie, The Magic Lantern éclaire notre nuit sentimentale.