Avant de publier un nouvel (et très attendu) album, Orouni crée la surprise en reprenant quatre titres de Grand Tour et en confiant les voix à Emma Broughton (Bon Iver, Thousand).

Certains se seraient dépêché… Orouni prend son temps et avant de publier son nouveau disque et relit quatre chansons de Grand Tour avec Emma Broughton. La critique est unanime : Somewhere In Dreamland est une réussite et porte fichtrement bien son nom. Un entretien s’imposait de lui même.

Emma Broughton

Orouni

Emma Broughton en studio © Orouni

La démarche que tu adoptes peut paraître étonnante… Le nouvel EP d’Orouni reprend des morceaux de Grand Tour (2014). Pourquoi ?

C’est le label Les Disques Pavillon qui m’a proposé de sortir des morceaux de l’album Grand Tour en les faisant rechanter par Emma Broughton. J’en ai très vite approuvé le principe car j’avais déjà décidé de confier à Emma la voix principale de deux morceaux de notre futur album. Pour moi, tout ce qui peut contribuer à rendre une chanson meilleure est bon à prendre. Nous avons ainsi pensé que des titres existants pourraient toucher un nouveau public s’ils étaient réinterprétés par cette excellente chanteuse franco-anglaise. L’idée était également d’étudier des associations entre ces « nouveaux » morceaux et l’image, et il semblait que de telles combinaisons pourraient être favorisées par le talent d’Emma.

De quand date ta rencontre avec Emma ?

Autour de 2011-2012, nous avions deux groupes d’amis communs, nous avons donc fini par nous rencontrer. Une étape importante a été le concert de Mina Tindle aux Bouffes du Nord en juin 2012, pour lequel elle avait invité de nombreux amis musiciens à chanter des choeurs autour d’elle ; Emma et moi faisions partie de ces choristes. Mais avant cela, je l’avais rencontrée pour la première fois à l’occasion d’un concert de Myra Lee (aujourd’hui Halo Maud) et Thousand à l’International le 1er février 2012.

Combien de temps a duré l’enregistrement ? Où avez vous enregistré Somewhere in Dreamland ?

L’enregistrement a duré un jour, qui a suffi à Emma pour interpréter toutes les voix des quatre titres au studio 1101 à Boulogne-Billancourt. Pour le reste, nous sommes repartis des instrumentaux déjà enregistrés à l’époque de Grand Tour.

Les petits arrangements d’Orouni

Orouni

© Florian Duboe

Qui était derrière la console ?

C’est Guillaume Jaoul qui a enregistré, à l’origine, les pistes instrumentales de Grand Tour que l’on entend sur Somewhere In Dreamland. Lors de l’enregistrement des voix d’Emma Broughton, c’est Matthieu Devos (des Disques du Pavillon) qui était derrière la console, puis le mix et le mastering ont été confiés à Charles Debouit.

Comment avez-vous trouvé le son de Somewhere In Dreamland ?

Il me semble que les quatre chansons sélectionnées par Les Disques Pavillon ont un côté joyeux, tout en attirant l’attention auditive par certains sons un peu spéciaux. De plus, pour que les instrumentaux qui soutiennent la voix d’Emma ne soient pas exactement identiques à ceux qui portent la mienne au sein de Grand Tour, Les Disques Pavillon et le mixeur Charles Debouit ont travaillé sur les compressions, EQ, reverbs et delay, afin de donner une personnalité propre à cet EP.

Orouni et la scène

Orouni

Orouni © Mickaêl Adamadorassy

Cet EP est-il facile à jouer sur scène ?

Les balafon, cavaquinho et kalimba que l’on entend sur Somewhere In Dreamland sont purement acoustiques : ils ne disposent pas d’une cellule qui permettrait de les sonoriser. De plus, ils sont assez fragiles, ce qui ne facilite pas une utilisation en live. C’est pourquoi il est pour l’instant difficile de jouer certaines de ces chansons en concert. D’autant que je préfère quand un maximum d’instruments sont joués en direct. Malgré cela, nous utilisons en live une « bande » pré-enregistrée pour le motif de kalimba de Wild Geese And Cigars (un titre qui est sur Grand Tour mais pas sur Somewhere In Dreamland) car c’est très pratique, et j’aimais terminer nos concerts par ce morceau électrique. Quoi qu’il en soit, le travail sur un disque est différent du travail en live, et si je suis satisfait de la version studio d’une chanson, cela ne me pose pas de problème de ne pas pouvoir la reproduire en concert.

Avez-vous des dates pour décembre 2017 ?

Nous sortons d’une résidence à Mains d’Œuvres et cherchons donc des dates de concert en groupe complet. Pour l’instant, notre seule échéance est un showcase chez le disquaire Walrus (Paris) le 9 février 2018.

Et quels sont les projets de 2018 ?

Le projet principal pour 2018 est la sortie de notre nouvel album, que l’on devrait commencer à mixer bientôt. Nous cherchons également un tourneur. D’autre part, ces derniers temps, nous avons enregistré plusieurs titres qui sortiront indépendamment de ce nouveau disque, en particulier un morceau pour la compilation des 10 ans du Motel (qui sera vraisemblablement publiée pour les 11 ans de ce sympathique bar parisien) et une autre chanson, avec Sofia Bolt, pour une compilation qui sortira sur le label My Dear Recordings. Enfin, pour donner plus d’ampleur à certains de nos titres, des projets de clips enthousiasmants ont été lancés, et j’espère que plusieurs de ces vidéos seront terminées l’an prochain.

Orouni - Somehere In Dreamland

Somewhere In Dreamland d’Orouni est disponible chez Les Disques du Pavillon.
Orouni sera en concert le 9 février chez Walrus (Paris).
La photo en une est signée Eric Auv (Le Bonbon Acidulé).
Orouni sera en concert à La Malterie (Lille) le 16 décembre 2017 pour la release party d’Okay Monday.

Orouni - Somewhere In Dreamland

Tracklist

Orouni - Somewhere In Dreamland
  1. Speedball
  2. Uca Pugilator
  3. The Sea Castle
  4. Kalimbalism

+ d'articles et photos :
Partagez!