L’ex-leader des Stands a fait mieux que tout le monde en 2017 en sortant deux disques. Il a en effet publié un album solo, le splendide Mountain et High Vibes, Home Recordings, une compilation de ses morceaux oubliés. Il s’apprête à venir jouer en France le temps de deux concerts au mois de février.


Qu’as tu fait entre la parution de Bright Light Ballads et la sortie de Mountain, ton nouvel album ?

Howie Payne : Bright Light Ballads est sorti en 2009 et s’est classé dans le top 15 anglais. J’ai passé l’année 2009 à tourner pour défendre ce disque. J’ai joué seul ou j’ai ouvert pour Oasis. C’est la dernière fois que j’ai joué à Paris : j’ai fait la première partie d’Oasis au Bataclan. Ce fut une nuit magnifique.
En 2010, j’ai écrit un nouvel album et le producteur Jimmy Hogarth m’a demandé s’il pouvait utiliser certaines de ces chansons pour Ren Harvieu, un chanteur incroyable qu’il produisait. Ils ont enregistré cinq de mes chansons et l’album s’est placé dans le top 5 anglais. Après cela, pas mal de monde m’a demandé des chansons. Cela m’a plutôt intéressé. Travailler avec d’autres artistes m’a permis de m’impliquer davantage dans tout ce qui relatif à la production. Cela m’a permis de rester créatif pendant un moment… Puis en septembre 2015, j’ai joué quelques concerts pour un ami. J’ai vraiment recommencé à jouer à ce moment là. J’ai fait plus de concerts et je me suis remis à écrire de nouveau.

Comment as-tu décidé de refaire un album ?

J’étais sur la terrasse d’un bar à Cambridge en juillet dernier. C’était un bel après-midi d’été et l’idée a germé toute seule. J’ai appelé un ami (Dom Monks) qui est un ingénieur très doué et qui avait enregistré Bright Light Ballads avec Ethan Johns. Nous étions tous les deux disponibles à la fin du mois de juillet et nous avons décidé de faire ce disque ensemble. J’ai préparé les chansons et j’ai réuni un groupe, et il a trouvé un studio qui pouvait enregistrer le disque de manière analogique. Nous y sommes allés une semaine plus tard et nous avons enregistré ce disque en quatre jours.

Tu as ouvert pour Oasis en 2009… Mais tu as aussi ouvert pour eux avec les Stands à L’Olympia ? Te rappelles-tu de ce concert ?

Oui très bien. Je ne me souviens pas très bien de la scène et du concert en soit mais je me souviens que c’était un peu étrange car c’était le dernier concert de notre guitariste avec le groupe et il y avait un peu de tension. C’était une nuit fraîche, nous avons fait une petite fête et nous nous sommes retrouvés dans un bar de l’hôtel avec les gars d’Oasis. Ce fut un bon moment.

Pourquoi l’avoir appelé Mountain ?

C’est un mot assez agréable pour être un titre d’album.

Tu es originaire de Liverpool. C’est important pour toi ?

Oui, c’est ma ville natale. C’est important de savoir d’où tu viens. J’ai grandi aussi à New-York. Je ressens la même chose pour ces deux villes.

Howie Payne - Mountain

Mountain d’Howie Payne est disponible chez Full Stack Records.
Howie Payne sera en concert les :
10 février 2018 au Pingouin Alternatif (Arthez-de-Béarn).
11 février 2018 à La Belleviloise (Paris) dans le cadre de l’édition 2018 du festival Melodica.

Howie Payne - Mountain

Tracklist

Howie Payne - Mountain
  1. Quick as the Moon
  2. All of These Things
  3. Some Believer; Sweet Dreamer
  4. The Brightest Star
  5. Holding On
  6. After Tonight
  7. Thoughts on Thoughts
  8. Hold Steady the Wire
  9. High Times
  10. Evangeline (Los Angeles)

English text

What did you do between Bright Light Ballads & your new album ?

‘Bright Light Ballads’ came out in 2009 and went into the top 15 in the UK so I spent the rest of 09 on tour promoting the record, mainly headline shows in the UK but also as support to Oasis in Europe, actually, the last time I played in Paris was with Oasis at The Bataclan in 2009, a pretty incredible night.

In 2010 I was writing for a new album and the producer Jimmy Hogarth asked if he could use a couple of my songs for a wonderful singer called Ren Harvieu who he was producing. They recorded five of my songs on the album and it did very well, going top 5 in the UK. After that, lots of people wanted me to write songs for them, which sounded interesting to me so I did that for a while and had quite a bit of success with it. It was very cool creatively. I’ve always sung my own songs, so to work with so many different people, it was a totally fresh way of making music. Working with other artists led the way to me becoming more involved in music production.That kept me creatively happy for a while and then in September 2015 I played a few shows for a friend. I really dug playing again, so I booked more shows for the next year and started to write some songs to play.

How and did you decide to record a new album ?

I was at a roof top bar in Cambridge last July (2017) on a beautiful summer afternoon and the idea came up. I called a friend (Dom Monks) who is a great engineer and had recorded ‘Bright Light Ballads’ with Ethan (Johns). We both had a week free at the end of July so we just decided to do it. I got the songs ready and put a band together, and he found a studio that recorded to tape. We went in a week later and recorded the album in about four days.

You played in France with The Stands in 2005… With Oasis. Do you remember this gig ?

Yes, very well. The actual show, the bit on stage, is a bit hazy, but I remember it was a bit strange because it was our guitar player’s last gig with the band and there was a bit of tension. It was a cool night though, we had a bit of a party and ended up in some hotel bar with the Oasis guys. Good times.

What’s the reason behind the title Mountain ?

It’s a cool title for an album.

You came from Liverpool. It’s important for you ?

Yeah, it’s my hometown, so as much as it is for anyone being from where they’re from. I lived in New York too when I was growing up, so I feel like that about NYC, as well.