Miossec jette l’ancre à l’Olympia

Miossec fait partie des meubles aujourd'hui... certes il a commencé sa carrière sur le tard, mais il a façonné une oeuvre personnelle, il regarde la France depuis plus de 15 ans et pour une génération, il a écrit le spleen lucide des flux et reflux des marées sentimentales. Bien sûr, ce n'est plus le Miossec des débuts, crachant parfois sur le public sa morgue avinée, c'est un homme dans la force de l'âge que son public suit au gré du tangage de la vie, un brestois sévèrement buriné au visage marmoréen.

Ce soir là, il fait une irruption tonitruante sur la scène mythique de l’Olympia, un véritable abordage armé d’une canne vite troquée contre le pied du micro qu’il brandit au dessus de sa tête après quelques génuflexions pour évacuer le stress. Deux heures durant, il enquillera principalement les titres de son dernier album, Finistériens réalisé avec Tiersen comme d’autres ouvrent les bières manuellement. Il n’oubliera pas les vieux gréments comme moi en balançant quelques anciens titres en guise de trou normand.

Le public est très bigarré, une vraie pêche miraculeuse avec des joggers du dimanche des défroqués en quarantaine, qui côtoient le voisin, madame, maman ou l’imbécile. Au final, des gens qui se reconnaissent dans les gueules cassées que met en scène Miossec dans ses chansons si personnelles mais au final universelles.

Discographie

Un Miossec qui se veut plus social dans ses derniers textes avec Chiens de paille (Travailler pour qui pour quoi pour quel résultat pour quelle vie tu crois) mais où le vague à l’âme recouvre souvent la sérénité et la sagesse du vieux loup de mer. Il navigue entre introspection déchirante, Seul ce que j’ai perdu en rappel émouvant (Est ce que ca vous fait un bien fou de faire du vélo sans les mains / Est ce qu’il faut se sentir à bout pour se sentir enfin si bien), Nos plus belles années (Comme j’aurais aimé ne jamais te connaître / Comme j’aurais aimé ne jamais te croiser / Aujourd’hui je voudrais tant te voir disparaître / Alors que toutes nos plus belles années /Je les ai passées à tes côtés) ou Une fortune de mer (une épave sur les flots / Dis-moi à quoi ça sert / De m’être accroché à ta peau) et résignation en forme de bilan, La mélancolie (Qui coule de source / Qui colle au corps / Et qui vous crée des putains d’emmerdements) ou Trente ans (et oui tu ne les as pas vu venir / Trente ans c’est peut-être le moment de s’enfuir).

L’empathie fonctionne à plein, l’Olympia se transforme en théâtre grec où l’auditoire purge ses passions dans une catharsis salvatrice. L’atmosphère est tendue, l’orage gronde, le violon grince, mais plutôt que d’affaler les voiles, notre bourlingueur chanteur avec son grain de voix des abysses joue les brise « larmes » avec des titres plus péchus, la facture d’électricité, le mythique non,non,non,non (je ne suis pas saoul) ou la récente Haïs moi. La salle tangue alors, le roulis musical emporte tout et soudain, c’est la téole, le pot-au-noir, Miossec ose reprendre Joséphine de l’amiral Bashung, le vague à l’âme nous étreint, le temps suspend son vol.

On regrettera parfois les arrangements qui sonnent un peu orchestre de baloche à Coetquidan avec un clavier sans chaleur, très Bontempi meme si le clavieriste violoniste met de l’ardeur pour fusiller le crin de son archet. Après deux rappels et plus de deux heures, on peut dire que le capitaine a tenu bon la barre, le vieux loup de mer n’oublie pas aussi de remercier affectueusement le moussaillon Zak Laughed qui a assuré crânement contre vents et marée du public de l’Olympia la première partie.

Au final, une déferlante de Moments de plaisir, un auditoire qui crie Merci pour la joie procurée par un grand monsieur en plein crise de « mât-turité ». Somme toute, ils sont peu de cette génération (peut être Arno et encore, il est plus âgé…) à écrire la vie si simplement, si sincèrement, si rugueusement, si poétiquement.

2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
2010_03_24_miossec
Date : 24 mars 2010
Photographe

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Miossec-toutestbleu

Bleu Miossec

Le Bleu de Miossec c’est un peu le Noir de Soulages. Il y a malgré tout beaucoup de lumière. « Tout est bleu, tout est bleu quand le noir s’en va. Et même s’il en reste toujours un peu, de loin ça ne se voit pas. »
Miossec-mesvoitures

Au volant avec Miossec

Miossec nous conte son épopée automobile. On prend alors la route à rebours où les voitures sont des compagnes, presque des amantes défuntes.
Miossec

Saint Christophe !

Miossec sera en concert ce jeudi 8 juillet au fort de Bron dans le cadre du festival de Fort en scène pour nous déchirer l’âme et le cœur et étreindre amicalement les rescapés avec ses chansons ordinaires universelles.

Plus dans Photos de concert

Photos : Simple Minds @ Nuits de Fourvière | 10.07.2024

Photos : Simple Minds @ Nuits de Fourvière | 10.07.2024

Simple Minds ont plongé les Nuits de Fourvière dans un bain de jouvence pour un nouveau rêve d’or mâtiné de tubes qui ont fait lever les mains et retrouver la jeunesse des quinqua venus en nombre, en vie et en pleine forme.
Shay @ Les Eurockéennes, Belfort, 05/07/2024

Photos : Les Eurockéennes de Belfort, 05-07-2024

Eurocks 2024, la suite… avec à l’affiche de ce vendredi 5 juillet, les photos des concerts de Dropkick Murphys, Black Pumas, Caesaria et Shay ! Ainsi que les photos de l’ambiance de ce festival, cette année avec une météo estivale, et un interlude footballistique Portugal/France.