Miossec – Finistériens

Christophe Miossec - Finistériens
Rob - 23/09/2009

À l’époque de Boire, Christophe Miossec tombait sous le charme d’une quadra qu’il appelait la vieille. Son cinquième album, 1964, célébrait de façon lyrique et désabusée son arrivée dans le clan des quadras. Le septième, Finistériens, montre un Miossec désormais tourné vers la décennie supérieure, résigné mais pas éteint, avec toujours l’envie d’en découdre même si la fougue fait défaut.

Le brestois est donc de retour avec un album étonnant de cohérence, autoportrait d’un éternel écorché qui songe désormais à panser ses plaies. Plus homogène que L’étreinte, Finistériens rappelle par quelques envolées la grande époque de Boire et Baiser, l’élan rock en moins. Mais il faut s’y faire : en studio, Miossec n’est plus un rocker, mais un chanteur trouvant que la variété n’est pas forcément un gros mot.

Composé avec Yann Tiersen (d’où ce titre un peu gauche et faussement régionaliste), Finistériens montre qu’un chanteur peut être proche des gens sans verser dans la démagogie ou le populisme. L’exemple le plus criant est donné par Les joggers du dimanche, dont le sujet aurait pu échouer chez un Bénabar peu inspiré (qui a dit pléonasme ?) ou tout autre défenseur de cette maudite nouvelle chanson française. Miossec, lui, en tire une peinture tendre et triste de tous ces gens qui tournent en rond sans objectif visible. La pénibilité du travail, l’argent qui fait défaut, le couple qui casse au moment le plus inopportun : tels sont les sujets qui l’inspirent, pour une plongée dans le social dont la naïveté vient épisodiquement atténuer le réalisme glaçant.
La collaboration avec Tiersen a porté ses fruits, et a surtout permis d’éviter l’éparpillement stylistique, défaut récurent dans les précédents opus de Miossec. Une série de concerts en duo avait laissé augurer du meilleur, le musicien ayant rangé son lyrisme au placard pour emballer une série de mélodies âpres, sèches mais emballantes, concordant idéalement avec ces paroles peu optimistes. À l’exception du grossier À Montparnasse, dont le fond sonore peut rappeler les arrangements de mauvais tubes hip-hop, l’ensemble de l’album est d’une ampleur fort émouvante. Il n’aurait fallu ajouter que quelques guitares énervées pour que Finistériens ressemble trait pour trait à Baiser. C’est la preuve, s’il en fallait une, que Christophe Miossec est loin d’être mort, et que s’il n’a certes plus son éclat d’antan, il est toujours l’imparable song writer qui mit en musique nos ruptures les plus bruyantes.

Finistériens ne manquera pas de décevoir ceux qui attendent encore et encore un nouveau Boire, explosion rock et juvénile d’un jeune mec consacrant ses journées à la baise et à l’alcool. Ayant fini de cracher sa pituite, Miossec fait désormais le point, regardant derrière lui avec émotion sans pour autant avoir peur du futur. Fermer la maison, par quelques paroles similaires (« Comment ça commence / Comment ça finit… »), renvoie à une Maison présente sur À prendre il y a dix ans, évoquant à présent la désertion du foyer familial. C.D.D. explique que l’amour, à trente ou à cinquante balais, reste un truc salement précaire. Mais le chef d’œuvre de l’album, qui le résume autant qu’il le sublime, est ce Seul ce que j’ai perdu absolument bouleversant, mettant le disque sur orbite et annonçant tout de go son manque total d’illusions. Miossec est encore capable de pétrifier l’audience en trois minutes et une poignée de notes. Ce n’est visiblement pas prêt de s’arrêter.

Réponses
  1. Ah tu me fais trop rire Rob avec ton « parce que je n’ai pas la culture nécessaire, et que je me sens incapable d’être aussi polyvalent » !!! Tu dis ça et derrière, tu nous sors la plus belle chronique que j’ai pu lire sur le disque, une critique bien plus touchante et profonde que la mienne ;) Faux modeste va :p

    En tout cas félicitations, je suis vraiment impressionné ;)

    On en reparle vendredi :p

  2. En revanche j’entends vraiment pas les arrangements de mauvais tubes hip-hop sur « A Montparnasse. » C’est même un titre que je trouve plutôt réussi avec son petit côté hypnotique sur la fin.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.