Miossec – Finistériens

Christophe Miossec - Finistériens
Rob - 23/09/2009

À l’époque de Boire, Christophe Miossec tombait sous le charme d’une quadra qu’il appelait la vieille. Son cinquième album, 1964, célébrait de façon lyrique et désabusée son arrivée dans le clan des quadras. Le septième, Finistériens, montre un Miossec désormais tourné vers la décennie supérieure, résigné mais pas éteint, avec toujours l’envie d’en découdre même si la fougue fait défaut.

Le brestois est donc de retour avec un album étonnant de cohérence, autoportrait d’un éternel écorché qui songe désormais à panser ses plaies. Plus homogène que L’étreinte, Finistériens rappelle par quelques envolées la grande époque de Boire et Baiser, l’élan rock en moins. Mais il faut s’y faire : en studio, Miossec n’est plus un rocker, mais un chanteur trouvant que la variété n’est pas forcément un gros mot.

Composé avec Yann Tiersen (d’où ce titre un peu gauche et faussement régionaliste), Finistériens montre qu’un chanteur peut être proche des gens sans verser dans la démagogie ou le populisme. L’exemple le plus criant est donné par Les joggers du dimanche, dont le sujet aurait pu échouer chez un Bénabar peu inspiré (qui a dit pléonasme ?) ou tout autre défenseur de cette maudite nouvelle chanson française. Miossec, lui, en tire une peinture tendre et triste de tous ces gens qui tournent en rond sans objectif visible. La pénibilité du travail, l’argent qui fait défaut, le couple qui casse au moment le plus inopportun : tels sont les sujets qui l’inspirent, pour une plongée dans le social dont la naïveté vient épisodiquement atténuer le réalisme glaçant.
La collaboration avec Tiersen a porté ses fruits, et a surtout permis d’éviter l’éparpillement stylistique, défaut récurent dans les précédents opus de Miossec. Une série de concerts en duo avait laissé augurer du meilleur, le musicien ayant rangé son lyrisme au placard pour emballer une série de mélodies âpres, sèches mais emballantes, concordant idéalement avec ces paroles peu optimistes. À l’exception du grossier À Montparnasse, dont le fond sonore peut rappeler les arrangements de mauvais tubes hip-hop, l’ensemble de l’album est d’une ampleur fort émouvante. Il n’aurait fallu ajouter que quelques guitares énervées pour que Finistériens ressemble trait pour trait à Baiser. C’est la preuve, s’il en fallait une, que Christophe Miossec est loin d’être mort, et que s’il n’a certes plus son éclat d’antan, il est toujours l’imparable song writer qui mit en musique nos ruptures les plus bruyantes.

Finistériens ne manquera pas de décevoir ceux qui attendent encore et encore un nouveau Boire, explosion rock et juvénile d’un jeune mec consacrant ses journées à la baise et à l’alcool. Ayant fini de cracher sa pituite, Miossec fait désormais le point, regardant derrière lui avec émotion sans pour autant avoir peur du futur. Fermer la maison, par quelques paroles similaires (« Comment ça commence / Comment ça finit… »), renvoie à une Maison présente sur À prendre il y a dix ans, évoquant à présent la désertion du foyer familial. C.D.D. explique que l’amour, à trente ou à cinquante balais, reste un truc salement précaire. Mais le chef d’œuvre de l’album, qui le résume autant qu’il le sublime, est ce Seul ce que j’ai perdu absolument bouleversant, mettant le disque sur orbite et annonçant tout de go son manque total d’illusions. Miossec est encore capable de pétrifier l’audience en trois minutes et une poignée de notes. Ce n’est visiblement pas prêt de s’arrêter.

Réponses
  1. Ah tu me fais trop rire Rob avec ton « parce que je n’ai pas la culture nécessaire, et que je me sens incapable d’être aussi polyvalent » !!! Tu dis ça et derrière, tu nous sors la plus belle chronique que j’ai pu lire sur le disque, une critique bien plus touchante et profonde que la mienne ;) Faux modeste va :p

    En tout cas félicitations, je suis vraiment impressionné ;)

    On en reparle vendredi :p

  2. En revanche j’entends vraiment pas les arrangements de mauvais tubes hip-hop sur « A Montparnasse. » C’est même un titre que je trouve plutôt réussi avec son petit côté hypnotique sur la fin.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Terry Hall - Home

Terry Hall – Home

Le Disquaire Day est reporté au 20 juin 2020 pour les raisons que nous connaissons tous. Heavenly Recordings, le label de Jeff Barrett, devait publier la première édition vinyle de Home de Terry Hall. Publié uniquement en CD en 1994 chez Anxious Records, le label de Dave Stewart d’Eurythmics, Home est un grand disque de…

Pearl Jam - Gigaton

Pearl Jam – Gigaton

Au début des années 1990, Pearl Jam faisait la passe de trois avec ses trois premiers albums (Ten, Vs. et Vitalogy). Trois albums, trois grands disques de rock américain. Depuis l’arrivée des années 2000, Pearl Jam a réussi l’exploit de sortir des disques plus que corrects mais enrubannés dans des pochettes giga laides. Le dernier…

Baxter Dury - The Night Chancers

Baxter Dury – The Night Chancers

La carrière de Baxter Dury a débuté en 2001 avec Oscar Brown, un single magistral et claustrophobe. Elle aurait dû connaitre son acmé avec trois concerts parisiens trois soirs d’avril qui devaient accompagner la sortie de The Night Chancers. Le sacre du fils prodigue est reporté.

Cornershop - Engaland is a Garden

Cornershop – England is a Garden

Révélés au grand public en 1997 par le très dansant Brimful Of Asha (deuxième morceau de l’impeccable When I Was Born For The 7th Time), les Cornershop ont depuis enchaîné des phases de silence prolongé entrecoupées par des sorties de disques brillants. Cornershop n’est pas un groupe qui tourne beaucoup. Par contre, leurs disques tournent…

Bleu – Sweet Coldness

Sweet Coldness est un instant entre deux. C’est la musique d’une chambre d’hôtel. D’un regard. D’une fenêtre. Confiné là, c’est la couleur du dehors. Entre gris, entre bleu. Ça oscille. Et de nouveau, il pleut. C’est une attente. Lascive. À compter le temps qu’il reste. À imaginer un peu tout, la suite en mieux.

Honey Harper - Starmaker

Honey Harper – Starmaker

Rien ne va dans le monde mais tout va bien en Georgie qui est en passe de devenir l’État le plus important des États-Unis. Après le Super Tuesday, après la reformation des Black Crowes, le quatrième état américain fêtera la sortie de Starmaker, le premier album d’Honey Harper.

The Orielles - Disco Volador

The Orielles – Disco Volador

Le label Heavenly Recordings (Saint Etienne, Mark Lanegan) fête dignement ses trente ans avec la sortie de Disco Volador, le deuxième disque des Orielles qui, on le souhaite, ne sera pas leur second.

Greg Dulli - Random Desire

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.