Catégories
Son du jour

Vidéo : Balthazar – Losers

Coïncidence ? Au lendemain d’annonces incohérentes les beaux belges de Balthazar sortent un nouveau titre, Loosers, pour annoncer leur cinquième album Sand à paraitre le 29 janvier.

Le refrain A quel point on a l’impression d’être des perdants au bord de quelque chose de grand répond peut être au ne te perds pas pour rien au monde de Paolo Conte dans son Via con me qui clôt la chanson. Mais rien n’est merveilleux. On a envie de faire ses valises. De fermer les écoutilles pour ne plus entendre la litanie liberticide de tous nos losers, de nos pieds nickelés politicards, de nos baltringues de bistrots. Les quatre de Balthazar se font la malle après un casse. Ici, on a cassé l’hôpital et l’école méthodiquement, favorisé le terreau des extrémismes à coup de terroriser les terroristes et de ils ne passeront pas. Mais on n’est pas dans French Connection, point de Popeye pour faire le ménage, les épinards se sont transformés en flageolets. On a juste droit au roi Blozo au pays des andouilles. Alors on écoute la voix sexy de Maarten qui joue les mister Blonde ou Orange et nous embobine une fois de plus sur une mélodie funky. Faire confiance ? A qui ?

Balthazar – Losers

you’re here with me for the moment
but I know you’re going back
you have a brown leather suitcase
you didn’t bother to unpack

I’ve been tying my shoes together
then I’ve been trying to walk away
I was a junkie all summer
but autumn’s here any day now

How much it feels like we are losing for the moment
how much it feels like we are losers on the verge of something great

The stars are directing the future
what they’re tuning into I can’t say
but I want the universe to love me
I’m writing songs every day

There’s a girl singing into a hairbrush
there’s a mob boss in every man
I wish I could sing tralala
the way Paolo Conte can

How much it feels like we are losing for the moment
How much it feels like we are losers on the verge of something great

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Balthazar sur le sable

I’m in love, I know that you won’t come around. Quand la voix de velours rappé de Maarten s’emmêle à celle de miel de Jinte, on se métamorphose en grosse patate échouée sur la plage de nos sentiments confus, entre remords et regrets.

[MALN 2019] Balthazar nous a mis la fièvre !

« Il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! » pouvait on entendre dans les rues d’Amiens en juillet 2019. Onze mois plus tard, résonnaient dans les rues d’Amiens plus ou moins les mêmes paroles : « Ils sortent de nulle part, une classe de bâtard, on a Balthazar ! »
Minuit Avant La Nuit 2019

L’envol de Minuit Avant La Nuit

Le festival Minuit Avant La Nuit, organisé par la Lune des Pirates, prend son envol cette année pour sa deuxième édition. Après avoir enchanté les fans de shoegaze avec Slowdive et les amoureux de Bertrand Belin avec les Limiñanas, le festival amiénois nous promet une nouvelle belle édition avec une affiche qui fait la jonction…
Balthazar © Fabrice Buffart

Fièvre à l’Epicerie avec Balthazar !

Belle fête d’anniversaire pour Michiel, batteur du groupe belge Balthazar qui avait invité plusieurs centaines d’auditeurs pour célébrer fiévreusement l’événement à l’Épicerie Moderne de Feyzin.

Pas de hasard chez Balthazar

2019 marquera le retour de Balthazar avec Fever leur quatrième album. Après des albums solos pour les deux leaders du groupe et un line up modifié, ils reviennent chargés à bloc et en pleine forme. C’est dans un charmant hôtel parisien que nous avons rencontrés les rois Belges de la pop vintage pour une discussion…
Balthazar

Balthazar touche !

Balthazar fait grimper la température avec un nouveau titre smoothy funky, I’m Never Gonna Let You Down Again extrait de leur nouvel album Fever à paraître le 25 janvier chez Pias.

Plus dans Son du jour

Léopoldine HH - Psychotropique

Vidéo : Léopoldine HH – Psychotropique

Léopoldine HH nous invite à repousser les nuages noirs avec un kaléidoscope de couleurs, une voix virevoltante et un cocktail multi-fruits survitaminé qui égaye l’arrivée de l’hiver.
Joseph D'Anvers - Estérel

Vidéo : Joseph D’Anvers – Estérel

On file sur la route de l’Estérel avec Joseph D’Anvers, mais davantage sur les traces du conducteur de Drive que de celui de la coccinelle. La nationale 7 se meut alors en Mulholland passé le mont Vinaigre, rendant les amours déçus vertigineux.

Vidéo : Mesparrow – Différente

Trop c’est trop. Et pourtant, on a besoin de ce trop plein d’émotions qui rend les âmes sensibles. Même si nous sommes encore plus en ces temps confus, citoyens de la Jungle contemporaine, on espère atteindre ce monde sensible qui vient de sortir chez Yotanka.
Yelle - Vue d'en face (avec Nicolas Maury)

Vidéo : Yelle – Vue d’en face (avec Nicolas Maury)

On aime encore Yelle. Et on est pas les seuls. Presque 20 millions de vues pour le hit culotté Je Veux Te Voir en 2006, elle revient avec un quatrième album, L’Ère du Verseau et un nouveau clip avec le Garçon Chiffon Nicolas Maury.
It It Anita - Cucaracha

Vidéo : It It Anita – Cucaracha

Bon, on ne va pas vous mentir, It It Anita est un groupe à voir sur scène. Ces belges sont furieusement sympathiques et cintrés. Ils envoient du pâté, de la sueur et jouent la Cucaracha mieux que quiconque. Bon ok, elle diffère un peu de l’originale.
Jónsi - Sumarið sem aldrei kom

Vidéo : Jónsi – Sumarið sem aldrei kom

L’été qui n’est jamais venu. Sumarið sem aldrei kom. Belle métaphore de notre époque. Mais là c’est l’hiver qui ne viendra peut être pas au grand dam des stations de skis que tout le monde pratique massivement comme les librairies, les restaurants et les bars branchouilles.