Catégories
News

Sauver l’amour ?

« Si vous voulez écrire une chanson d’amour, commencez par vous faire larguer. C’est la base, quoi… Et après, on en reparlera… Cela vous a rendu méchant ou vulnérable, cela vous a mis en colère ou donné envie de retrouver l’amour… Il faut être passé par là. » assure Benjamin Biolay au magazine 20h30 le samedi.

Benjamin Biolay a tout gagné avec son Grand Prix cette année malgré les pleureuses pessimistes du monde de la culture et sans doute parce que les peines de cœur qui irriguent son oeuvre sont la chose la mieux partagée par chacun d’entre nous. Comment est ta peine va finir l’année avec 10 millions de vues même si certains ou certaines ont du l’écouter en boucle. Aimer avec des mais est un sujet sans fin et comme l’écrit si justement Pierre Reverdy, “il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour.” Alors Benjamin Biolay creuse son sillon avec quatre tours de pistes supplémentaires, Rue Saint-Louis en l’Île avec Juliette Armanet et « une chanson qui sent bon le chagrin », L’amour, le tennis et le souvenir de ses « rires, [de] l’intérieur de [s]es cuisses », Parc fermé avec Adélaïde Chabannes de Balsac (Therapie Taxi) « au milieu de milliers de solitaires » et le sublime Je reviendrai qui nous fait « quitter la Terre, en pensant à l’amour, comme toujours ». Alors qu’est-ce qui pourrait sauver l’amour ? Jeter à la mer des bouteilles vides ? Peut être.

Discographie

Benjamin Biolay avec Juliette Armanet – Rue Saint-Louis en l’Île

Une chanson qui sent bon le chagrin
Pour te dire combien je suis seul
Pour te dire combien je suis las
Un couplet aux airs de faux refrain
Pour dire combien la vie est laide

Oui, combien elle est dégueulasse

Une chanson qui frise la complainte
Pour te dire que la pluie est triste
Pour te dire que la neige est crade
Que la lumière n’est que demi-teinte
Que j’ai l’air d’un équilibriste
Plus que d’un avaleur de sabres

Je me souviens
De ton dos rue Saint-Louis en l’Île
Puis rien de rien
Plus un mot, un battement de cils

Je me souviens, je me souviens

Une chanson qui sent bon le chagrin
Te dire que j’ai un chat persan
Qui se niche au fond de ma gorge
Un couplet aux airs de faux refrain
Qui sent ni la sueur ni le sang
Pareil au chant du rouge-gorge

Une chanson qui jouxte mes prières
Pour te dire que je me sens vide
Pour te dire que j’suis une épave
Et que je n’vois même plus la lumière
Mais dans le noir des pyramides
Pardonne-moi, je sors du cadre

Je me souviens
De ton dos rue Saint-Louis en l’Île
Puis rien de rien
Plus un mot, un battement de cils

Je me souviens, je me souviens
Je me souviens, je me souviens

Une chanson qui sent bon la rancœur
Pour te dire combien je suis las
Pour te dire combien je suis l’ombre
L’ombre de moi-même et puis encore
Ma peau est revêtue de glace
Et mes idées noires en surnombre

Un couplet en forme de douceur
Pour dire que je n’ai plus de place
Dans ton sillage et tes silences
Une chanson qui rêve de chaleur
À écouter si le temps passe
En ne laissant qu’un vide immense

Je me souviens
De ton dos rue Saint-Louis en l’Île
Puis rien de rien
Plus un mot, un battement de cils

Je me souviens, je me souviens
Rue Saint-Louis en l’Île
Je me souviens, je me souviens
De rien
Je me souviens, je me souviens
Rue Saint-Louis en l’Île
Je me souviens, je me souviens
Un battement de cils
Je me souviens, je me souviens
Rue Saint-Louis en l’Île
Un battement de cils
Je me souviens
De ton dos rue Saint-Louis en l’Île

Benjamin Biolay – L’amour, le tennis

En quittant la chambre, aux draps blanc maculé
J’écrasais ma cendre, de la neige en plein mois de juillet
En quittant les draps, j’ai déposé sur ton front

Un baiser plus froid, plus froid qu’une lame de fond
Si j’avais su que c’était, la dernière nuit d’amour
Je me serai tu, ou tué, si j’avais su qu’autour de nous
Virevoltaient les vautours

J’avais tout, l’amour, le tennis
J’aime tes rires, l’intérieur de tes cuisses
On faisait tout, l’amour puis la guerre
On se manquait de respect, mais en vers

Dans la chambre en vire, on nous nous sommes tant aimé
Moi j’ai le cœur sinistre, charmante maison de plein pied

En quittant la chambre, c’est la vie, la vie que je quittais
Comme j’avais le cœur tendre, comme j’envie, j’envie celui que j’étais

J’avais tout, l’amour, le tennis
J’aime tes rires, l’intérieur de tes cuisses
On faisait tout, l’amour puis la guerre
On se manquait de respect, mais en vers
Comme le moins swag des califs
J’étais p12 aux qualif’

L’amour, le tennis, l’intérieur des cuisses

J’avais l’amour, le tennis, l’intérieur des cuisses
L’amour, le tennis, l’intérieur des cuisses
J’avais l’amour, le tennis, l’intérieur des cuisses

L’amour, l’amour, l’amour, l’amour, mour, mour, mour, le tennis
L’amour, l’amour, l’amour, l’amour, mour, mour, mour, le tennis
L’amour, le tennis, l’intérieur de te cuisses
L’amour, le tennis, l’intérieur de te cuisses

Benjamin Biolay & Adé – Parc fermé

Parc fermé, tant pis je vais flâner vers
Notre Dame brûlée, tant pis je reste sur le macadam, pavé
C’est presque rien mais j’en fais tout un drame

Yeah, yeah
Parc fermé, tant pis je vais tenter de boire un verre glacé
Au milieu de milliers de solitaires, je sais
Je n’aime la mer que lorsque je suis sur Terre
Yeah, yeah

Parc fermé est-ce une avalanche, un imprévu
Je sentais bien que la Terre penchait dès le début
Nous portions des mitaines, au bon temps de la Samaritaine

Parc fermé, je rêvais de retrouver ce vieux banc d’acier
De regarder passer la vie des gens, passer
Et par le grand soleil chauffé à blanc, qu’on se touche

Yeah, yeah, yeah

Parc fermé, je vais me contenter d’imaginer, laisser
L’effet que ça ferait de t’embrasser, je sais
Que rien ne pourra jamais te remplacer, ni ta bouche
Yeah, yeah, yeah

Parc fermé est-ce une avalanche, un imprévu
Je sentais bien que la Terre penchait dès le début
Nous portions des mitaines, au bon temps de la Samaritaine

Sous le pont neuf il y a plus que des vieux
Sous le pont neuf il y a plus que des vieux
Sous le pont neuf il y a plus que des vieux
Yeah, yeah, yeah

Parc fermé, je ne sais plus où aller je suis désemparée
On devait se retrouver là devant les rosiers
Je t’attendais mais je n’ai plus le courage, yeah, yeah, yeah
Yeah, yeah, yeah

Parc fermé, retourner à la case départ ou avancer
Je veux prendre le large, marcher toute la journée
Je t’ai laissé un avis de passage
Yeah, yeah, yeah

Benjamin Biolay – Je reviendrai

Je reviendrai voir l’endroit, où j’ai grandi naguère
Et je me tiendrai bien droit, comme le suggérai ma mère
Je reviendrai vers la place, des marais dans le chien-loup

Je reverrai la surface, à même la bouche d’égout
Puis reviendrai à Saint-Just, sur des vestiges de bohème
Revoir des filles que j’ai vu nue, avant que j’en fasse des poèmes
Oui je rentrerai par-ci, et ressortirai par-là
Ce fut un plaisir merci, mais pardon pour les dégâts

Les feux de forêts, parfois j’aimerais
Revoir un peu de verdure, sans faire une ode dessus
Reprendre un peu des bitures, avec mes chers disparus
Et retourner voir les putes, en parti pour le principe
De tailler la discute, avant de baisser mon zip

Et puis non de non, je m’en irai pour de bon, pour de bon
Que je le veuille ou non

Je reviendrai voir le sud, dans la peau d’un feu-follet
J’aurai les iris en sucre, pour nos noces de lait
Puis voir le sud du sud, au cas où j’y serai
La vie du pompier est rude, sans les feux de forêt
Puis j’irai voir mon amour, oui celle que j’adorais
Même si elle gît sous la tourbe, et les rameaux imparfaits
Puis j’irai voir mes enfants, mes trésors, mon reflet
Leur dirai de rire toujours, car les rires c’est plus gai

Pendant les coups de pagaie

Puis après j’irai,
Revoir un peu le bon Dieu, celui qui m’a fabriqué
Lui dire t’aurais pu faire mieux, sauf votre respect
Puis à cru sur les comètes, je dessinerai des moutons
En faisant le cri des mouettes, jusqu’au bout comme un con
Puis non de non, je m’en irai pour de bon, pour de bon
Que je le veuille ou non

Je reviendrai voir la mer, le temps d’un faux retour
Puis je quitterai la Terre, en pensant à l’amour

Comme toujours, comme toujours, comme toujours

Benjamin Biolay – Tous les cris les S.O.S

Comme un fou va jeter à la mer
Des bouteilles vides et puis espère
Qu’on pourra lire à travers
S.O.S. écrit avec de l’air
Pour te dire que je me sens seul
Je dessine à l’encre vide un désert
Et je cours je me raccroche à la vie
Je me saoule avec le bruit
Des corps qui m’entourent
Comme des lianes nouées de tresses
Sans comprendre la détresse
Des mots que j’envoie
Difficile d’appeler au secours
Quand tant de drames nous oppressent
Et les larmes nouées de stress
Etouffent un peu plus les cris d’amour
De ceux qui sont dans la faiblesse
Et dans un dernier espoir disparaissent
Et je cours je me raccroche
A la vie je me saoule avec le bruit
Des corps qui m’entourent
Comme des lianes nouées de tresses
Sans comprendre la détresse
Des mots que j’envoie
Tous les cris les S.O.S.
Partent dans les airs dans l’eau
Laissent une trace dont les écumes font la beauté
Pris dans leur vaisseau de verre
Les messages luttent mais les vagues
Les ramènent en pierres d’étoiles sur les rochers
Et j’ai ramassé les bouts de verre
J’ai récolté tous les morceaux
Tout était clair comme de l’eau
Contre le passé y’a rien à faire
Il faudrait changer les héros
Dans un monde où le plus beau reste à faire
Et je cours je me raccroche à la vie
Je me saoule avec le bruit
Des corps qui m’entourent
Comme des lianes nouées de tresses
Sans comprendre la détresse
Des mots que j’envoie
Tous les cris les S.O.S.
Partent dans les airs dans l’eau
Laissent une trace dont les écumes font la beauté
Pris dans leur vaisseau de verre
Les messages luttent mais les vagues
Les ramènent en pierres d’étoiles sur les rochers

Benjamin Biolay – Grand Prix

Benjamin Biolay - Grand Prix

Tracklist : Benjamin Biolay - Grand Prix
  1. Comment est ta peine
  2. Visage pale
  3. Idéogrammes
  4. Comme une voiture
  5. Vendredi 12
  6. Grand Prix
  7. Papillon noir
  8. Ma route
  9. Virtual Safety Car
  10. Où est passée la tendresse
  11. La roue tourne
  12. Souviens toi l'été dernier
  13. Interlagos Saudade
  14. Rue Saint-Louis En L'Île
  15. L'amour
  16. Le Tennis
  17. Tous Les Cris Les S.O.S
  18. Parc Fermé
  19. Je Reviendrai

Biolay Tour

Benjamin Biolay en concert.
DateLieuTickets
27/10/2021
Théâtre du Crochetan
Monthey (Switzerland)
Tickets
28/10/2021
La Belle Electrique
Grenoble (FR)
Tickets
29/10/2021
La Cartonnerie
Reims (FR)
Tickets
09/11/2021
LA NOUVELLE VAGUE
Saint-malo (FR)
Tickets
10/11/2021
PARC DES EXPOSITIONS - SAINT-LÔ
Saint-lô (FR)
Tickets
13/11/2021
Espace André Lejeune
Gueret (FR)
Tickets
16/11/2021
L'HERMIONE
Saint-brieuc (FR)
Tickets
17/11/2021
La Carène
Brest (FR)
Tickets

Dates de concerts fournies par Bandsintown

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

edvard_munch_-_separation_-_google_art_project

Vertige du visage pâle

Benjamin Biolay avec Ton âme est bleue, mon visage est pâle fait peut être écho au Pale blue eyes du Velvet Underground, « Sometimes I feel so happy, sometimes I feel so sad ». Ces mêmes moments banals où l’on s’attarde sur des signes ou surtout l’absence de signes quand tout se finit un 14 août.
Benjamin Biolay - Vendredi 12

Vidéo : Benjamin Biolay – Vendredi 12

Vendredi 12 est le deuxième extrait de Grand Prix après Comment est ta peine ? et c’est une nouvelle pôle position pour Benjamin Biolay dans la course aux amours impossibles.
Biolay-GrandPrix-square

B.B en pole

Benjamin Biolay dévoile la pochette de son prochain disque, Grand Prix chez Polydor. Départ ce vendredi 24 avril avec un premier extrait en écoute. En attendant, suivez le sur les réseaux pour ses reprises éclairées.
Trio de choc !

Capitaine Hubert

Pas facile de rendre hommage à un ami, pas facile de rendre hommage sur ses terres à une figure attachante, Hubert Mounier que l’on croisait régulièrement à Lyon. La gageure sera relevée le temps d’une soirée exceptionnelle par Benjamin Biolay et ses invités Kent, Raphaël, Pascal Obispo pour une création d’après une idée originale de […]

Plus dans News

blacklilys-gymnopdie

Le baume Black Lilys

Partie trouver l’âme sœur en Ecosse, Camille revient avec une mélodie originelle et matricielle (mais pas que). Robin l’a enluminée.

Lucy Gooch in the sky

Elle avait fait tomber la pluie avec son deuxième EP, Rain’s Break, on se précipite à nouveau pour écouter Rushing, le premier EP de Lucy Gooch avec un titre supplémentaire, Orthione chez Fire Records.
Midlake

Pendant ce temps là… chez Midlake

On avait un peu oublié Midlake depuis Antiphon en 2013. Les texans étaient réapparus cet été avec la réédition de leur premier EP, Milkmaid Grand Army. Les revoilà avec For The Sake of Bethel Woods le 18 mars chez Bella Union / [PIAS].
clairedaysthechoir-mysisterclaire

Au cœur de Claire

Marie Desplechin soutient que « penser est une affaire intime. » Pour Claire Days c’est chanter. Chanter avec grâce, délicatesse, tendresse les affres intérieurs, les effrois enfouis, les douleurs endormies.
Wet Leg

Belles gambettes

C’est le buzz du moment dans la musique populaire et c’est mérité. Wet Leg en deux morceaux séduit la planète indie.
Mathieu Boogaerts - Guy Of Steel

Inoxydable Mathieu Boogaerts !

Oubliez Iron man, notre gars Mathieu a du style. Notre gentleman cambrioleur d’émotions ambiance cuisine, chambre et salon et sera en tournée cet automne avec un concert salle Molière à Lyon le jeudi 14 octobre 2021.
Nick Wheeldon

[EXCLU] Nick well done !

Nick Wheeldon nous offre en avant première une des chansons de l’année avec l’histoire de sa création.