Can’t stop the Tindersticks

Se réinventer. Comment ne pas se répéter quand on a une discographie impeccable. En balançant un titre de 11 minutes totalement addictif à écouter lors de vos siestes crapuleuses ou lové à l’arrière des taxis.

La voix de stupre de Stuart, la basse répétitive, et l’orage qui gronde. Can’t stop the fadin’ ? Voilà un titre parfait pour nous caresser l’échine et le reste. Et l’on a bien besoin de Distractions.

Discographie

« Cette chanson a toujours été un voyage mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit aussi longue. Nous avons fait une version de 6 minutes mais nous avons eu l’impression qu’on s’était arrêté à mi-chemin de sa destination. Ce fut le début d’un long voyage en soi, pour trouver l’itinéraire nécessaire pour la terminer – probablement le plus grand défi qu’une chanson ou un morceau de musique nous a donné. C’était délicat et glissant jusqu’au mix final, qui a duré une semaine ! Pour moi, la chanson a un lien étrange avec la boîte à rythmes, la guitare basse et la combinaison de voix d’Indignant Desert Birds, notre premier groupe avec Neils quand j’avais 17 ans. Il était important pour moi que les paroles de la chanson ne soient pas un récit cohérent, mais des pensées passagères en cours de route. »

Distractions des Tindersticks sortira le 19 février chez City Slang.

Tindersticks – Man alone (can’t stop the fadin’)

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Magnifique Thomas Belhom

Collaborateur de David Grubbs, de Giant Sand et de Calexico, batteur des Tindersticks le temps d’un album (The Hungry Saw) et des tournées qui couvrent la période de 2003 à 2010, Thomas Belhom trouve encore le temps d’écrire et d’enregistrer avec Thierry Mazurel, membre des indispensables Valparaiso et Bruno Green.
Tindersticks - For The Beauty

Vidéo : Tindersticks – For The Beauty

On referme cette année 2019 sur un espoir et sur la beauté des Tindersticks. For The Beauty ouvre l’île aux trésors de leur dernier stratosphérique album paru chez City Slang au titre programmatique et poétique, No Treasure But Hope.

Treasure & Tindersticks

Il a fallu six jours aux Tindersticks pour enregistrer No Treasure But Hope dans les studios parisiens de MidiLive. Et il nous faudra plus de six mois se remettre de ce trésor musical.

Plus dans News

Adrien Legrand

[EXCLU] Bel-Vu, beau disque

Qu’il évoque ses cicatrices des premiers pas ou son quartier d’enfance d’Hérouville-Saint-Clair, Adrien Legrand nous tend un miroir même si ses chansons sont autobiographiques. On se souvient aussi de ces doux étés où l’on se croyait sur le toit du monde ou les jeux en bas d’immeubles défraichis.
caramia-entreparenthses

Parenthèse désenchantée

Cara Mia fait onduler les corps avec Entre Parenthèses son nouveau titre avec l’aide de Thibault Eskalt et Pierre Locatelli (Pharms).
Spitzer

Spitzer traque Chevalrex

Après avoir dynamité Thousand, remué Aquaserge et secoué Sure, Spitzer enténèbre le déjà angoissant Tant de fois sans doute le morceau le plus sombre de Chevalrex extrait de son quatrième album, Providence.
kramies-ohioillbefine2

Kramies va toujours bien

Deux versions, deux ambiances, mais toujours en Ohio. Si Matt Berninger a quitté l’état du pavier même s’il demeure dans son sang, Kramies va bien, qu’il soit dans une forêt féérique ou sur le toit d’un bulding.