Catégories
Découvertes

L’amour selon Buzzy Lee

Buzzy Lee, 30 ans, n’est pas vraiment une découverte. Mais avec son journal intime Spoiled Love c’est assurément une artiste à suivre.

De la douceur, encore de la douceur, toujours de la douceur. Buzzy Lee, c’est Sasha Spielberg, la fille de son père. C’est surtout une minutieuse collaboration avec Nicolas Jaar pour un disque smoothie au premier abord mais plus grave et mélancolique quand on gratte l’élégant vernis synthé-pop puisque ces neuf titres ont été conçus à la suite de deux ruptures. « Mes chansons, c’est tout simplement moi, ma réalité, mes observations, mes chagrins, mes coups de cœur… » C’est parfois minimal comme sur l’augural Spoiled Love où la voix nous enlace sur quelques notes de piano pour évoquer cet amour envolé. Sur Rules, vient s’ajouter une légère touche synthétique. On suit les méandres de la déception et les aléas relationnels en visitant cette Strange Town, on pense à Kate Bush, aux sœurs Haim, à Lykke Li ou à Agnès Obel. C’est délicat et simple comme une étreinte. Et le disque se déploie, sobre, majestueux avec ses instrumentaux envoûtants et ses morceaux plus expérimentaux avec un travail précis sur les textures sonores. Et tandis que s’éteint le piano de All The While on se dit que de bien belles choses naissent du gâchis.

“Le sentiment d’amour nous abuse tous par une illusion de connaissance.”
Milan Kundera, L’Immortalité.

Buzzy Lee – Strange Town

Time after time
I beat that heavy hand
With an old fashioned rhyme
And it hardly works but what can I do right

I would be surprised
If he left
See it in his eyes

Signs pointing north
His hand fixed in the wind
And it blows him off course
And I look right at him smile and say oh well

I would be surprised
If he left
See it in his eyes

I go where nobody goes
strange town I guess
And I go there so my love can stay ripe
strange town out west

Where the sun stays out till quarter of nine
No other guests
And the bars are made of nickel and dime
that’s where he loves me best

Easy to toss
breaks down in his state
Old Vegas slot
When it tells you’ve that you’ve won but not a lot

I would be surprised
If he left
See it in his eyes

I go where nobody goes
strange town I guess
And I go there so my love can stay ripe
strange town out west

Where the sun stays out till quarter of nine
No other guests
And the bars are made of nickel and dime
That’s where he loves me best

No wonder we’re the same
I locked you deep down in my brain
No wonder we’re the same
I loved you set in your own lane
I loved you more than a weekend
I made myself so heavy

Oooooh

Buzzy Lee - Spoiled Love

 

Buzzy Lee

Tracklist : Buzzy Lee - Spoiled Love
  1. Spoiled Love
  2. Brie
  3. Rules
  4. Strange Town
  5. Mendonoma
  6. What Has A Man Done
  7. Circles
  8. High On You
  9. All The While

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Darc Rama

Lumineux Darc Rama !

Darc Rama en ce triste anniversaire n’a rien à voir avec Daniel (Darc). Davantage avec Robert (Smith) dont la sœur est la maman de Darc Rama et un père, Pearl Thompson, guitariste historique de The Cure.

Oh, Marina

Au croisement d’une compilation de Fiona Apple et de la discographie de Karen Carpenter, Marina Allen vient de trouver sa place. Et c’est Fire Records (The Chills, The Lemonheads et tant d’autres) qui se charge de propager les bonnes ondes.

Blondino, ligne d’espoir

La cosmonaute Blondino a atterri. Au milieu d’un no man’s land pas très chouette, cerné entre un avant que l’on fuit et un vague plus tard dont on aimerait deviner les contours. Blondino a atterri là, au milieu de ceux perdus entre les lignes. Au milieu de ceux qui n’y croient plus. Parce qu’entre les…
Richard Walters

[EXCLU] Richard Walters – Unconditional

On est fan inconditionnel de Richard Walters depuis une fameuse SK* session qui on l’espère aura une suite. En attendant on découvre en avant première son nouveau titre concentré de sensibilité.
José González - El Invento

Vidéo : José González – El Invento

José González n’est pas trop speedy. Il revient avec un nouveau titre en espagnol chez City Slang, après six années de disette mais cela valait le coup d’attendre.
Requin Chagrin - Déjà vu

Vidéo : Requin Chagrin – Déjà vu

Avec Déjà vu, Marion Brunetto est davantage Chagrin que Requin avec Déjà vu le premier titre du troisième album de Requin Chagrin, Bye Bye Baby à paraître le 9 avril 2021 chez KMS.
La Cabane de Baldwin

En Cabane !

Que font les suisses de La Cabane de Baldwin durant les heures sombres de l’occupation covidienne ? Ils regardent un drôle de programme télé tout en l’accompagnant de leur bande son spleenétique.

Plus dans Découvertes

Darc Rama

Lumineux Darc Rama !

Darc Rama en ce triste anniversaire n’a rien à voir avec Daniel (Darc). Davantage avec Robert (Smith) dont la sœur est la maman de Darc Rama et un père, Pearl Thompson, guitariste historique de The Cure.

Oh, Marina

Au croisement d’une compilation de Fiona Apple et de la discographie de Karen Carpenter, Marina Allen vient de trouver sa place. Et c’est Fire Records (The Chills, The Lemonheads et tant d’autres) qui se charge de propager les bonnes ondes.

La beauté Belfour

Lucie Mena et Michael Sacchetti nous emmènent sur les routes d’Auvergne avec une superbe chanson. Que demander de plus ? Un EP. Souhait exaucé dans quelques mois.
Chico Bernardes

Place à Chico Bernardes !

Il y a des conjonctions par la pensée, des combinaisons d’étoiles et l’on est à notre place. Avec Em Meu Lugar, Chico Bernardes balance un coup de boule de douceur, on a envie de le suivre dans sa pérégrination introspective même si penser à l’autre se perd, où l’oubli devient une punition.
Gabriel Edé

L’archange Gabriel

Pour faire vite, Gabriel Edé pourrait être le pendant chilien/brésilien de l’italien Andrea Laszlo De Simone avec ses mélodies barrées, ses harmonies bancales, ses arrangements luxuriants.

Mark Pickerel et ses reprises

Le nom de Mark Pickerel ne vous dit rien ? C’est tout à fait normal. Vous trouvez les trois extraits de Rebel in the Rearview formidables ? C’est normal !