MGMT – Congratulations

Les brooklyniens d’MGMT étaient attendus au tournant pour leur second album. L’arme au poing. Après Orecular Spectacular en 2007, on se demandait ce que les deux gaillards néo-hippies avaient dans le bide.

Difficile pour eux de faire, sinon plus réussi, au moins plus efficace que ce premier opus. Pas moins de trois tubes : Kids, Electric Feels et forcément Time To Pretend, hymne générationnel qui fait se lever et beugler les foules à la première mesure : « Tata talalalala tata ». Pas moyen d’échapper à ce morceau dans les compils qui ont fleuris cette années : « Le Meilleur des années 2000 » et autres Best of. Et on peut parier que c’est pour longtemps. Ils sont devenus en peu de temps des espèces de chefs de file de la jeunesse aux tenues bariolées adepte des fêtes electro pop et de substances plus ou moins licites.

Alors ils nous reviennent, Andrew VanWyngarden et Ben Goldwasser, avec Congratulations, sorti en avril. Le but affiché est de ce démarquer d’Orecular Spectacular. Elle est loin l’electro pop de leur début. Cette fois le son est résolument 60’s et sent la Californie psyché à plein nez, tendance Pet Sounds (Rien que ça ?). D’ailleurs c’est en Californie qu’il a été en partie enregistré, ça ne s’invente pas. Difficile d’en sortir un morceau pour le transformer en parfait single, point d’hymne percutant. Il serait contreproductif de morceler cet album, quasiment concept. Et finalement ce Congratulations sort à point nommé pour se transformer en bande son de l’été.

Discographie

MGMT - Congratulations

L’entré en matière It’s Working suivi de Song for Dan Treacy sont parfaits pour frimer sur la vague, cheveux au vent. Someone’s Missing crépusculaire comme il faut pour le bain de minuit. Suit Flash Delirium, qui n’était peut être pas le choix le plus intéressant pour le single. Si on m’avait demandé mon avis, j’aurais opté pour I Found a Whistle, nickel pour emballer les gonzesses au coin du feu, ou le percutant et efficace Brian Eno. Les douze minutes de Siberian Break, véritable chanson medley dans la plus pure tradition (cf. les Beach Boys en leur temps, comme quoi ils sont très cohérents ces petits), sont comme une démonstration qu’MGMT peut faire autre chose que des hymnes pop percutantes.

L’instrumental Lady Dada’s Nightmare, psyché et barré comme il faut, est encore une fois très très loin des morceaux pop d’Orecular Spectacular. Congratulations est un parfait générique de fin.

Alors on peut se demander si MGMT n’est pas un objet de hype parfait avec son son vintage et sa track list toute pleine de name dropping (Dan Treacy, Brian Eno…) ; aux frontières mainstream et underground fluctuantes, peut être très enclin à réfléchir sur leur musique (j’ai dit réfléchir hein, pas intellectualiser). Mais je ne sais pas si le sujet intéressera beaucoup de monde. Ceux qui le souhaitent, peuvent continuer à réfléchir à la question, les autres peuvent remettre Congratulations sur leur platine, euh pardon dans I Tunes.

En écoute sur le site d’MGMT (Qui pique un peu les yeux, la mise en garde est nécessaire, vraiment.) (ou sur Deezer en cliquant sur un des players)

Tracklist : MGMT - Congratulations
  1. It's Working
  2. Song For Dan Treacy
  3. Someone's Missing
  4. Flash Delirium
  5. I Found A Whistle
  6. Siberian Breaks
  7. Brian Eno
  8. Lady Dada's Nightmare
  9. Congratulations

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
4 réponses sur « MGMT – Congratulations »

Pareil que Guimauve…j’ai eu du mal à arriver jusqu’au bout et j’ai trouvé ça presque aussi prétentieux et dénué dé véritable recherche que le dernier Muse. De la masturbation intellectuelle mise en son en somme…mais c’est intéressant que tu envisages ça comme une bande son de l’été…on risque de passer un sale mois d’aout alors…;)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

MGMT @ la Cigale, Paris, 05.02.2018

Photos : MGMT @ la Cigale, Paris | 05.02.2018

Les brooklyniens d’MGMT étaient attendus au tournant pour leur second album. L’arme au poing. Après Orecular Spectacular en 2007, on se demandait ce que les deux gaillards néo-hippies avaient dans le bide. Difficile pour eux de faire, sinon plus réussi, au moins plus efficace que ce premier opus. Pas moins de trois tubes : Kids, Electric Feels et forcément Time…
Photos : Le Rock dans tous ses États 2014

Photos : Le Rock dans tous ses États | 27.06.2014

Le 31e Rock démarre fort avec un premier jour mêlant gros noms et gros sons : Kasabian retourne l’hippodrome, bien sûr, mais derrière, le reste de l’affiche est à la hauteur : Birth of Joy rageurs, The Dillinger Escape Plan survoltés ― même quand la sono à sauté pendant un titre et demi sans qu’ils arrêtent de […]

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.