Catégories
Chroniques d'albums

The Dead Weather – Sea of Cowards

The Dead Weather - Sea of Cowards

Les voilà déjà de retour…

La bande de Jackot avait réussi l’exploit d’enregistrer un album en oubliant d’écrire des chansons en 2009. Vont-ils remettre le couvert avec le même petit problème (de taille)? Pas vraiment… Et ils virent du coup d’irritants à pénibles de première catégorie. Car ils ont pas mal d’atouts en poche les affreux. La bande de Fertita assure le service maximum en concert, a un C.V. long comme le bras et un univers des plus attirants.

The Dead Weather

Les choses commencent pourtant correctement avec l’abrasif Blue Blood Blues. Crack a window, crack a broken bone… Gorgé de gimmicks, cette prière noire a le don de mettre les points sur les potards. Ils savent de quoi ils parlent ces petits gars. Amérique crasseuse, climat asphyxiant, la bande de Jack Lawrence nous en met une. Mais elle sera la seule. Avec The Difference Between Us et son synthé endiablé et la présence, pour une fois, essentielle de Mosshart.

Et après ? Pas grand chose. On hésite à classer les minutes qui suivent : démos d’un groupe trop pressé, jams qui s’emmêlent les manches, escroquerie à la Madoff. On a le choix des hypothèses.

I can’t hear you porte bien son nom. Bon Dieu, quel ennui. Mosshart en fait des caisses pour pas grand chose. On se demande ce que fiche un morceau comme Old Mary en guise de chapitre final. Enfin, morceau, on est gentil. Le synthé démentiel de The Différence Between Us devient complètement obsolète et surtout terriblement inoffensif. On évitera, par pure courtoisie, d’évoquer le chant…

Le premier single suscite quant à lui l’indifférence générale. Tout y est. Mais dans le désordre et et foutrement mal alambiqué. On imagine la scène. L’auditeur, devant les enceintes, cherchant désespérément quelque chose à se mettre sous la dent. Il soulève les enceintes. Trouve une cacahuète périmée issue de ses sessions massives d’écoute du Dead et des frères Allman. Et la mange sous peine de crever de faim et de désespoir.
Cinq minutes correctes pour un album qui en fait trente cinq…

Conclusion : ressortir ses albums poussiéreux des Black Crowes et aller voir ces escrocs en concert.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
3 réponses sur « The Dead Weather – Sea of Cowards »

Pour ne pas rester sur une impression négative, un triptyque de Louis ? Suggestion pour la troisième chronique: Brothers – The Black Keys.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Dead Weather @ Eurockéennes, Belfort | 2 juillet 2010

Premier jour aux Eurockéennes de Belfort – 2 juillet 2010

Premier jour sous une chaleur étouffante sur la presqu’île du Malsaucy pour les Eurockéennes de Belfort. Après un rapide repérage des scènes, une longue réflexion sur le planning de la journée, me voilà donc parti découvrir quelques artistes programmés cette journée. Grande claque pour The Dead Weather qui a fournis une prestation énergique de qualité…

Montreux Jazz Festival : la 44ème programmation

Créé en 1967 par Claude Nobs, le Montreux Jazz Festival est devenu au fil des ans un point de ralliement incontournable pour les amateurs de musique, de Suisse comme de l’étranger. Sur ses différentes scènes, tous les plus grands ont défilé, de Miles Davis à Ray Charles, en passant par David Bowie ou Prince. La…

Plus dans Chroniques d'albums

Half Japanese – Crazy Hearts

Fondé en 1975 par les frères Fair, Half Japanese est une créature artistique singulière qui possède un répertoire totalement biscornu. Adulée par Kurt Cobain, adorée par les soeurs Deal et aimée par tous les grands noms de la pop écossaise, la discographie de ce groupe s’enrichit d’un dix-neuvième disque cette semaine. Et comme depuis 1975,…
The Smashing Pumpkins - Cyr

The Smashing Pumpkins – CYR

Revenus à un son décent avec Shiny and Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun en 2018 grâce à Rick Rubin, les Smashing Pumpkins prennent tout le monde à contre-pied en laissant Billy Corgan voguer vers son groupe préféré, New Order et donc changer d’identité sonore.
The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.