The Dead Weather – Sea of Cowards

Les voilà déjà de retour... La bande de Jackot avait réussi l'exploit d'enregistrer un album en oubliant d'écrire des chansons en 2009. Vont-ils remettre le couvert avec le même petit problème (de taille)? Pas vraiment... Et ils virent du coup d'irritants à pénibles de première catégorie. Car ils ont pas mal d'atouts en poche les affreux. La bande de Fertita assure le service maximum en concert, a un C.V. long comme le bras et un univers des plus attirants.

Les choses commencent pourtant correctement avec l’abrasif Blue Blood Blues. Crack a window, crack a broken bone… Gorgé de gimmicks, cette prière noire a le don de mettre les points sur les potards. Ils savent de quoi ils parlent ces petits gars. Amérique crasseuse, climat asphyxiant, la bande de Jack Lawrence nous en met une. Mais elle sera la seule. Avec The Difference Between Us et son synthé endiablé et la présence, pour une fois, essentielle de Mosshart.

The Dead Weather – Die By The Drop

Et après ? Pas grand chose. On hésite à classer les minutes qui suivent : démos d’un groupe trop pressé, jams qui s’emmêlent les manches, escroquerie à la Madoff. On a le choix des hypothèses.

I can’t hear you porte bien son nom. Bon Dieu, quel ennui. Mosshart en fait des caisses pour pas grand chose. On se demande ce que fiche un morceau comme Old Mary en guise de chapitre final. Enfin, morceau, on est gentil. Le synthé démentiel de The Différence Between Us devient complètement obsolète et surtout terriblement inoffensif. On évitera, par pure courtoisie, d’évoquer le chant…

Le premier single suscite quant à lui l’indifférence générale. Tout y est. Mais dans le désordre et et foutrement mal alambiqué. On imagine la scène. L’auditeur, devant les enceintes, cherchant désespérément quelque chose à se mettre sous la dent. Il soulève les enceintes. Trouve une cacahuète périmée issue de ses sessions massives d’écoute du Dead et des frères Allman. Et la mange sous peine de crever de faim et de désespoir.
Cinq minutes correctes pour un album qui en fait trente cinq…

Conclusion : ressortir ses albums poussiéreux des Black Crowes et aller voir ces escrocs en concert.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
3 réponses sur « The Dead Weather – Sea of Cowards »

Pour ne pas rester sur une impression négative, un triptyque de Louis ? Suggestion pour la troisième chronique: Brothers – The Black Keys.

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

The Dead Weather @ Eurockéennes, Belfort | 2 juillet 2010

Premier jour aux Eurockéennes de Belfort – 2 juillet 2010

Premier jour sous une chaleur étouffante sur la presqu’île du Malsaucy pour les Eurockéennes de Belfort. Après un rapide repérage des scènes, une longue réflexion sur le planning de la journée, me voilà donc parti découvrir quelques artistes programmés cette journée. Grande claque pour The Dead Weather qui a fournis une prestation énergique de qualité […]
Montreux Jazz Festival 2010

Montreux Jazz Festival : la 44ème programmation

Créé en 1967 par Claude Nobs, le Montreux Jazz Festival est devenu au fil des ans un point de ralliement incontournable pour les amateurs de musique, de Suisse comme de l’étranger. Sur ses différentes scènes, tous les plus grands ont défilé, de Miles Davis à Ray Charles, en passant par David Bowie ou Prince. La […]

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn – Optimism

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.