En attendant son nouveau disque avec le Crazy Horse, Neil Young débute sa série de bootlegs avec une version inédite de Cowgirl In The Sand enregistrée au Carnegie Hall le 4 décembre 1970.

Neil Young
Fin 1970, Neil Young est au sommet. A 25 ans, il foule la scène du Carnegie pour la première fois pour un concert acoustique en solo, quelques mois après la sortie d’After the Gold Rush et de Déjà Vu de CSN&Y. Scott Young décrit ce moment suspendu quasi surnaturel dans son livre Neil and Me (1984) : « nous nous sommes assis, je suppose, comme des visiteurs d’un autre monde. Mais une fois que l’endroit était plongé dans le noir, nous pouvions tous voir cette forme s’approcher au devant de la scène et alors les projecteurs se sont braqués sur lui : grand et mince, jeans, chemise à carreaux, des bottes, cheveux noirs et raides jusqu’aux épaules, deux guitares acoustiques sur un chevalet, à côté d’une simple chaise en bois, un piano de concert à sa disposition. Il bouge doucement comme si son dos le dérangeait. Pas de musique à jouer à part celles qu’il a en tête, elle lui appartiennent. »

Le double album, Carnegie Hall 1970 (Warner Music) comportera 23 chansons comme Everybody knows this is nowhere, Down by the river, After the goldrush et des titres joués sur scène avant leur enregistrement comme Bad fog of lonelisness, Old man ou See the sky about to rain

Discographie

Neil Young – Cowgirl In The Sand – Carnegie Hall / Official Bootleg

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Neil Young - Crazy Horse - Shape Of You

Forever Young !

Barn est le quarante et unième album de Neil Young. 41ème ! Pendant que d’autres peinent à éjaculer 10 chansons tous les 5 ans, Neil n’a pas besoin de se mettre à genoux pour nous enfoncer en intraveineuse une aiguille folk militante indispensable.
Grant-Lee Phillips

Grant-Lee a quelque chose de Tennessee

Il y a quelques années, Grant-Lee Phillips a quitté sa terre natale, la Californie, pour la terre de ses ancêtres, le Tennessee. L’ancien leader des Grant Lee Buffalo s’est donc rapproché de ses racines indiennes et a pu enquêter sur son passé.
The Blind Suns

Le rêve américain des Blind Suns

Et voilà, les Américains nous ont piqué les Blind Suns avant même que nous ayons eu le temps de dégainer notre stylo. En effet, ce groupe français est annoncé dans l’édition 2016 du festival texan SXSW. Signés chez Wild Valley Records, ces hyperactifs angevins enchaînent les nouvelles comme aucun groupe actuel. Pour cette fin d’année, […]

Plus dans News

Rover

Rover a du cœur !

Wicked Game a fait irruption dans nos vies avec Sailor au volant et Lula le vent dans les cheveux entre incendie et sa sorcière de mère. Depuis ce titre hante les fins de soirées alcoolisées et a été repris maintes fois. C’est le tour du bon géant Rover.
Lonny – Le Goût de l’Orge

La caresse de l’ivresse

Non, Le Goût de l’Orge n’est pas une ode aux buveurs de bière. Et pourtant. On se fabrique parfois du chagrin après quelques pintes.
Moondog

In the Moondog’s world

Samedi 14 mai à 20h sur la Grande Scène de l’Opéra de Lyon aura lieu un moment magique unique, un concert se faisant rencontrer Louis T. Hardin alias Moondog avec entre autres, John Greaves, Bertrand Belin, Borja Flames, Melaine Dalibert, David Sztanke, Olivier Mellano, Midgets! ou encore Gavin Bryars.
Bertrand Belin - Tambourvision

Tambour-major !

Voir l’envers de l’homme est sans doute plus facile en skate. Bertrand Belin revient avec un disque intemporel et quasi dansant.