TJ Kong & Nuno Dos Santos : After Dark, My Sweet

Il y a des disques comme ça qui vous ramènent vers le passé. Nourri de milles influences, l’album de TJ Kong & Nunos Dos Santos, deux bataves inconnus pour moi, m’évoquent irrémédiablement le passé. Et comme je suis un indécrottable nostalgique je l’écoute en boucle afin de mieux m’en imprégner.


TJ Kong & Nuno Dos Santos - After Dark, My Sweet


Pas sûr que ce disque trouve une audience chez les clubbers de 20 ans prompts à mouiller leurs t-shirts, non, il séduira plus facilement les trentenaires et les quarantenaires qui y trouveront matière à se remémorer une époque qui semble de plus en plus révolue à mesure que le temps passe. « After Dark, My Sweet » nous transporte à cette époque pas si lointaine où il était simple de se retrouver ensemble dans la joie et l’insouciance pour le simple plaisir de danser.
Comme pour mieux convoquer les fantômes du passé les deux hollandais ont choisi de faire appel à des guests dont le nom est à jamais associé à l’histoire de la house : Robert Owens, l’une des figures de la scène de Chicago qui débuta sa longue carrière à la fin des années 80 et Nicolette, la chanteuse mythique du groupe Shut Up and Dance dont la voix a hanté nombre de productions célèbres (Massive Attack, Bjork, Plaid…). Ce disque est un concentré de bonne humeur et de gaieté et devrait être remboursé par la Sécurité Sociale pour tous les menus plaisirs qu’il va vous procurer. Pourtant rien de bien révolutionnaire dans la musique de Erwin van Moll et Nuno Dos Santos, une recette déjà éprouvée qui a le mérite de toujours fonctionner lorsqu’elle est exécutée avec talent. « After Dark, My Sweet » fait penser à de nombreux disques étiquetés tech-house sortis à la fin des années 90, Swayzak en tête, preuve sans doute que ce genre a encore de beaux jours devant lui.

TJ Kong & Nuno Dos Santos – After Dark, My Sweet – Instrumentals & Remix

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.