Vidéo : Jérôme Minière – Paruline (avec Fé)

Attention, grand disque. D'abord son titre, La mélodie, le fleuve et la nuit qui est une invitation à la divagation. Et puis la petite musique de Jérome Minière qui s'instille avec délice, simple et juste.

Jérôme Minière est un artiste discret malgré une discographie conséquente. On l’avait retrouvé avec bonheur l’année dernière avec un EP, Le son du temps qui nous dépasse, titre qui figure sur ce nouvel album très personnel et qui pourtant nous fait ressentir plein de choses. Avec Paruline en duo aec sa fille Fé(lixe), Jérôme Minière vous fera délicatement bouger le fessier avec son texte déliciseusement surréaliste.
Et l’on acquiesce, Vivre c’est rêver sans savoir.

La mélodie, le fleuve et la nuit de Jérôme Minière sera disponible le 26 août 2022 chez Objet Disque.

Discographie

Jérôme Minière – Paruline (avec Fé)

Je sais même pas si
Ce coin d’univers
Touche à l’infini
Même quand c’est sublime
C’est point à la ligne
C’est pas moi qui trépigne
Sur des rythmes trépidants
C’est pas moi qui désigne
La marque sur le cadran

C’est parce qu’ils disent que la terre est plate
Que j’tourne en rond comme un automate
Dans cette ville dans cette rue
Une forêt disparue des gestes disparates

Tu sais je sais même pas si
Ce coin d’univers
Touche à l’infini
Même quand c’est sublime
C’est point à la ligne
Tu remets ton costume
Reprends tes vieilles habitudes
Avec ta gueule de gazoline
Tu fais fuir les parulines

C’est parce qu’ils disent que la terre est plate
Que j’ tourne en rond comme un automate
Dans cette ville dans cette rue
Une forêt disparue des gestes disparates

Je taille un chemin par ici
Dans tes pensées j’m’ suis senti
Oui dépassé sur toute la ligne
Un dinosaure dans un jardin de ruines
Tiens c’est drôle
J’ai aucun contrôle
En plein soleil
T’a vu c’est mon ombre
Qui parle à ma place
Sur la côte opaline
Je calme mon spleen
C’est surréaliste

C’est parce qu’ils disent que la terre est plate
Que j’ tourne en rond comme un automate
Dans cette ville dans cette rue
Une forêt disparue des gestes disparates

Je taille un chemin par ici
Dans tes pensées j’m’ suis senti
Oui dépassé sur toute la ligne
Un dinosaure dans un jardin de ruines
Vivre c’est rêver sans savoir
Le fin mot de l’histoire
Vivre c’est rêver sans savoir

Jrmeminire

Tracklist : Jérôme Minière - La mélodie, le fleuve et la nuit
  1. Cairo
  2. Détour
  3. Le son du temps qui nous dépasse
  4. Lasso
  5. Deux choses à la fois
  6. Sentiment vibrato
  7. Nuit américaine (avec Ngabo)
  8. Enfants du paysage
  9. Ta maison (avec Françoiz Breut)
  10. Paruline (avec Fé)
  11. Simple comme bonjour
  12. Le singe musicien
  13. L'index des microconflits

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Jm

Fête du cinéma !

Jérôme Minière fait son cinéma et nous sommes à la fête avec le deuxième extrait de son prochain album avec NGABO.
JérômeMinière_photo_DanPopa_4

Vidéo : Jérôme Minière – Deux choses à la fois

Jérôme Minière égaye notre morne dimanche soir avec Deux choses à la fois et sa petite mélodie au magnéto à K7. Se jeter à l’eau et rester sans voix. On a parfois la frousse alors qu’il faut simplement oser même si c’est pour mieux sombrer.

Plus dans Son du jour

Lauraclauzel-minuit

Vidéo : Laura Clauzel – Minuit

On a besoin d’amour, quelle que soit l’heure. Mais à Minuit, les corps s’éveillent et Laura Clauzel nous propose de nous « perdre encore un peu dans des volutes d’amour, ivres de vie et d’envie. »
Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

[EXCLU] Vidéo : Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

LA ville du Havre comme vous ne l’avez jamais vue. Stéphanie Acquette la métamorphose en ville de science fiction où deux héroïnes extra terrestres s’affrontent à coups de pistolets laser dans une quête quasi spirituelle.
Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Vidéo : Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Évidemment, si vous avez vu Phase IV de Saul Bass, vous ne regardez plus les fourmis de la même façon. Avec la musique d’Orval Carlos Sibelius, c’est encore plus déroutant avec la fin inédite du film pour cette ode à l’inévitable apocalypse.
Someone – I Guess I’m Changing

[EXCLU] Vidéo : Someone – I Guess I’m Changing

Attention, belle découverte. Vous serez irrémédiablement changés à l’écoute de Someone et de son deuxième album Owls qui « oscille entre le doux, le sombre et l’inquiétant, avec une production qui passe du mélancolique et du brut à l’électronique et au menaçant. »