Vidéo : Doug Paisley – Sometimes It’s So Easy

Paisible Paisley. Avec le pastoral Sometimes It's So Easy, le canadien Doug Paisley nous emmène en balade avec sa Gibson vintage.

Attention, ceci n’est pas un flim sur le cyclimse mais cette déambulation en vélocipède est un moment suspendu de l’album Say What You Like de Doug Paisley qui sort le 17 mars chez Outside Music.

Paisley dit à propos du morceau : « C’est une chanson pour ceux qui partent et ceux qui sont laissés pour compte, au moment où l’un peut sembler si froid et cruel et l’autre si blessé. En fin de compte, pour se redresser, le prix qu’ils paient sur leur propre temps est à peu près égal. Cela me fait penser à Running Away de Bob Marley bien que ce morceau soit moins sûr d’avoir suivi ses propres conseils. Je suis inspiré par la complexité de l’écriture de chansons folk et country simples où un peu d’ironie peut suspendre un point ou une idée sans la faire tomber trop fort à aucun endroit, comme un X-wing dans un combat aérien. Pour cette raison, j’espère que je n’ai pas dit grand-chose ici, mais si vous êtes dans une situation où il y a des reproches et des blessures, alors vous savez que vous avez encore du chemin à parcourir, si vous avez eu la chance d’être là. C’est la première fois que je réalise un clip vidéo pour l’une de mes chansons. J’ai risqué mon corps et ma guitare Gibson de 1950 pour la cascade et avec le recul, je suppose que cela correspond à une partie de l’insouciance de la chanson elle-même.3

Say What You Like de Doug Paisley sort le 17 mars chez Outside Music.

Doug Paisley – Sometimes It’s So Easy

Doug Paisley - Say What You Like

Dougpaisley-saywhatyoulike

Tracklist : Doug Paisley - Titre album
  1. Say What You Like
  2. Sometimes It's So Easy
  3. Wide Open Plain
  4. Rewrite History
  5. Almost
  6. If I Wanted To
  7. I Wanted It Too Much
  8. Make It A Double
  9. You Turn My Life Around
  10. Holy Roller
  11. Old Hometown

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Tallest Man On Earth

Toujours plus grand

Sixième album pour le suédois Kristian Matsson alias The Tallest Man On Earth, Henry St. sort le 14 avril 2023 chez Anti et l’on peut écouter un premier extrait, Every Little Heart.
Matt Elliott – January’s Song

Vidéo : Matt Elliott – January’s Song

En Janvier, on voudrait du repos. Oublier les amours défuntes, les décès prématurés, les vœux hypocrites, les réformes iniques. Alors on écoute l’immense Matt Elliott avec désormais un saxophone envoûtant.
Richard-dawson---pc-kuba-ryniewicz--13---300-dpi

Dawson craque

Notre peasant préféré de Newcastle Richard Dawson chevauche une monture imaginaire pour mieux nous dépayser avec Horse and Rider extrait de son génial dernier album, The Ruby Chord.

Plus dans Son du jour

Timdup-lesimmortelles2

Vidéo : Tim Dup – Les immortelles

Tim Dup fait petit à petit sa place dans la chanson en français. Avec Les immortelles, déjà son quatrième album depuis 2017, il touche par sa simplicité.
Lauraclauzel-minuit

Vidéo : Laura Clauzel – Minuit

On a besoin d’amour, quelle que soit l’heure. Mais à Minuit, les corps s’éveillent et Laura Clauzel nous propose de nous « perdre encore un peu dans des volutes d’amour, ivres de vie et d’envie. »
Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

[EXCLU] Vidéo : Stéphanie Acquette – Chacun pour soi

LA ville du Havre comme vous ne l’avez jamais vue. Stéphanie Acquette la métamorphose en ville de science fiction où deux héroïnes extra terrestres s’affrontent à coups de pistolets laser dans une quête quasi spirituelle.
Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Vidéo : Orval Carlos Sibelius – Les humains d’abord

Évidemment, si vous avez vu Phase IV de Saul Bass, vous ne regardez plus les fourmis de la même façon. Avec la musique d’Orval Carlos Sibelius, c’est encore plus déroutant avec la fin inédite du film pour cette ode à l’inévitable apocalypse.