Morrissey – Bona Drag

Morrissey - Bona Drag Certes, ce disque est sorti au début du mois d'octobre 2010. Mais le rédac' chef de Soul Kitchen flippe. Pensez donc. Chroniquer Morrissey quelle idée. Le type a les fans les plus dangereux au monde. Un mot de travers est vous recevez des colis piégés aux glaïeuls empoisonnés. Bref, passées ces considérations matérielles importantes, revenons au disque. Le Moz, sorte de Général de Gaulle de la pop anglaise, revient cette fois-ci avec un objet digne d'intérêt.  En effet, après une traversée du désert de 7 ans, celui ci était revenu de la plus belle des manières en 2004 avec You Are The Quarry. Et occupe le paysage musical depuis quelques années avec des albums moyens et des compilations douteuses (Swords).

Morrissey

E.M.I., jamais la dernière quand il s’agit de faire de la thune, a donc lancer l’idée de cette réédition il y a quelques mois. Bona Drag. La compilation parfaite. Après l’explosion des Smiths, le Général avait encore des choses à dire. Il a réuni les mozistes de première heure et a envoyé la sauce.
Bona Drag contient la chanson parfaite. Everyday Is Like Sunday. La vieille garde joue serré. Street, sorte de Pierre Messmer local, veille et permet l’éclosion d’une chanson qui illumine les chaumières depuis vingt ans. Reprises par une kyrielle de groupes, Everyday Is Like Sunday justifie à elle seule l’achat de ce disque. Et on peut allègrement l’écouter en boucle pendant quelques semaines. Elle gêne irrémédiablement l’écoute de ce disque. On ne peut s’empêcher d’enquiller sans arrêt la piste 9.

Issu d’une des meilleures doublettes des années 80 (on n’oublie pas Lawrence/Maurice Deebank), Morrissey n’a pas à rougir de ses premiers singles. Produit d’une main de maître par Street (plus moziste que le Moz), Bona Drag contient son lot de pépites. Piccadilly Palare et son rythme martial et ses accents désuets, l’inquiétant November Spawned A Monster

A la recherche d’une Angleterre disparue, les appels du 18 juin se multiplient.
Autre motif essentiel d’achat du disque: la pochette. Elle a changé. On parie que les fans du Moz sont déjà partis à la recherche de la chemise noire….

Cette nouvelle édition contient six inédits. Vache E.M.I. M’enfin… Evidemment deux tueries au compteur.Happy Lovers At Last United (déjà ce titre) et Lifeguard on Duty. Le reste….on est déjà parti réécouter Everyday Is Like Sunday.

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.