Catégories
Chroniques d'albums

Grinderman – Grinderman 2

Grinderman - Grinderman 2
Je le confesse tout de suite, je connais mal mon petit Nick Cave illustré. J’ai de lui l’image d’un dandy du rock aux mélodies suaves et classes. Il est à peu près le seul souvenir somnolant qu’il me reste du film Les Ailes Du Désir. A 15ans et du fond de la classe, il me semblait que le gentleman australien collait parfaitement au film, un peu intello, assez Rock n Roll, très classe.

Grinderman

Je ne connais Nick Cave que parce qu’il fait parti du Panthéon du rock. Voilà où j’en étais de Nick Cave quand j’ai écouté son nouveau groupe Grinderman. En fait, de nouveau, Grinderman n’a pas grand chose, d’abord parce que le premier album, Grinderman, date de 2007 et ensuite parce que tous les membres font déja partis de Nick Cave & The Bad Seeds. Leur second album, Grinderman 2, est sorti cette année et était présenté à Paris à la Cité de la Musique la semaine dernière.

Mickey Mouse & The GoodBye est une entrée en matière nickel qui fonctionnera forcément en live. Une monté en puissance toute en tension, Cave qui hurle à la lune. Leçon de Rock n Roll numéro 1.Pour les mélodies suaves et romantiques on repassera. Ceci étant elles sont aux petits oignons, enrobées d’une énergie relevée par des arrangements ultrarythmique (Heather hile, Evil). When my Baby Comes évoque au départ un film de Jarmusch avec ses percussions tout droit sortis de Swordfishbone et les cordes commencent à agoniser, délicatement pour les violons, avec violence pour les guitares. Le morceau fini en déflagration rock, assez grandiloquente et majestueuse, sans jamais tomber dans le trop plein. Une des plus grandes réussite de l’album. What I Know, c’est un voodoo western, si l’expression a un sens. Un truc chamanique et un peu funeste qui me rappelle une scène de Tueurs Nés. Kitchenette est lascif comme il faut. Et quand Cave chante qu’il veut sticker son finger dans notre biscuit jar, ce qui pourrait sonner gras dans n’importe quelle bouche revêt une classe assez terrible dans la bouche de Cave. Classe et érotique et ce ne sont pas les les guitares qui jouissent qui diront le contraire. Palaces of Montezuman, c’est un Dylan à chorale (et à l’écoute l’expression semble moins con, c’est promis.),  mais ce n’est pas la plus grande réussite de l’album. Sur l’intro de, Cave laisse la place aux guitares et sa voix devient un instrument de plus dans un équilibre et une maitrise parfaits. Et comme Mickey Mouse & The Goodbye était parfaite en ouverture, Bellringer Blues est parfaite en fermeture. On imagine très facilement les guitares s’emporter dans une impro qui étirera le morceau à l’infini.

Grinderman a beau être l’album d’un groupe, c’est tout de même Nick Cave qu’on retient dans l’histoire (la faute à l’aura, au panthéon rock, etc…) Ce Grinderman 2 s’avère une leçon de rock à l’usage des petits nouveaux. Pas une fausse note, pas un morceau en trop. La maitrise de l’âge. Une ambiance blues, punk, électrique de gentleman rocker. Une réussite, à tout point de vue.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article
1 réponse sur « Grinderman – Grinderman 2 »

Tout comme l’auteure de ce billet, je ne connaissais quasiement rien de Nick Cave hormis le titre The Mercy Seat, sa renommé et la classe qui le caractérise.
Puis on m’a fait écouté Grinderman. Et là: ça a pris instantanément.
Je confirme le dandysme de l’homme sur scène (vu à RES).
Pour ce qui est de ce Grinderman 2, hormis What i know, c’est tout bon.
Il est malin le Nick. Il démarrre sur les chapeaux de roues avec le 1er titre et fini en apohtéose avec son dernier.
Je confirme Queen Mafalda que Palace Montezuman est une très belle chanson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

ACR

ACR, c’est fou !

Qui l’eût cru, après douze ans de disette, le groupe de post-punk de Manchester A Certain Ratio revient avec un nouvel album, ACR Loco le 25 septembre 2020 chez Mute.
New Order - Music Complete

New New Order

I feel so Restless et toute la planète musicale s’agite avec le retour de New Order .

Vidéo : Junip – Walking Lightly

Junip – Walking Lightly Bon, d’accord cela ne vaut pas le concert à l’Epicerie Moderne de mardi soir, mais cela permet quand même une douce envolée ouatée, une marche légère en forêt pour un sabbat musical rougeoyant et envoûtant. Et non, le barbu n’est pas Charles Manson !
Nick Cave & The Bad Seeds - Push The Sky Away

Cave au septième ciel

Nick Cave & The Bad Seeds – Push The Sky Away Le 15ème album de Nick Cave & The Bad Seeds se nomme crânement Push The Sky Away et sort le 18 février. Une version limitée avec DVD, titres bonus et copieux livret est en pré-commande. Une vidéo montrant le gourou et son gang au…
Liars - Brats

clip : Liars – Brats

Liars – Brats Certains vont tomber sur le râble des enfants gâtés de Liars avec ce clip étrange et ce virage électro mais d’autres vont apprécier cet hommage à Chantal Goya et à son célèbre lapin qui a tué un chasseur.

Plus dans Chroniques d'albums

idles-ultra-mono

Idles – Ultra Mono

Plus finaud que Brutalism et Joy As An Act Of Resistance, Ultra Mono devrait (enfin) consacrer les Idles et leur permettre d’étendre un peu plus leur empire qui n’a de cesse de s’étendre depuis leurs débuts.
Bob Mould - Blue Hearts

Bob Mould – Blue Hearts

2020 est une année terrible. Elle aura même réussi à (re)mettre Bob Mould en colère. Le résultat s’appelle Blue Hearts et fait écho à Zen Arcade, le grand disque d’Hüsker Dü.

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.