Un shoot de Danilo

Danilo c'est un mix entre Michel Mortez et Alain Moreau, un dandy dilettante et un doux hurluberlu de la chanson mercurochrome.

On se reconnaît dans l’enfer de Danilo, dans ces résolutions à la con que l’on ne tient pas par faiblesse ou grand cœur de midinettes. Frédéric Beigbeder, le philosophe germanopratin des matins blafards de sortie de route de boite de nuit écrivait dans L’Amour dure trois ans; « l’amour est fini quand il n’est plus possible de revenir en arrière ». Pourtant, peut être comme Danilo, beaucoup sont revenus en arrière, souvent pour le pire.

Danilo – Méthadone

Je ne dormirais plus dans ton lit
Tes draps je n’en veux plus
J’ai fait mon sac en deux, tant pis
Pour ces années perdues
C’était le peu, c’était chimique nous deux
Ouais, mais je n’étais personne
Nique la panique, j’abandonne,
Je vais en méthadone
Pas de regret enfin j’espère
Que cette fois je ne referai plus l’erreur
De penser à toi, d’avoir peur
Dans le froid solitaire
Ce que je t’ai prêté je te le donne
Tu peux garder les souvenirs aussi
Nique la panique, j’abandonne,
Je vais en méthadone
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras)
Je ne dormirai plus dans ton lit
Cette vie, je n’en veux plus
Mais dans mon sac, au chaud, j’ai mis
Nos années perdues
Je les sors et je me rappelle
Qu’avant d’être l’horreur, t’étais belle
Quand la nuit me terrifiait t’étais là
Pour étouffer le doute au fond de moi t’étais là
T’es dans mon cœur, dans ma tête
Dans mes veines, tu résonnes
Vieille rengaine de quand j’étais personne
Nique la panique, j’abandonne,
Je vais en méthadone
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
La La La La La
La La La
La La La La
La La La La La La
La La La
La La La La
Bon ok, pour cette dernière fois cette nuit
Je veux bien me laisser tenter, me laisser aller
Bon ok, demain je le regretterai
C’est le feu, c’est le feu, c’est chimique nous deux
Ouais, ne dis rien à personne
Nique la panique, abandonne,
Oublie la méthadone
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras) je ne reviendrai pas
(tu reviendras) nan
(tu reviendras)
La La La La La
La La La
La La La La
La La La La La La
La La La
La La La La

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Nopreszow-priredenpasdranger

Vidéo : Noé Preszow – Prière de n’pas déranger

Noé Preszow n’est pas le cousin de Monsieur Preskovitch. Son nom, il le signe non pas de la pointe de son épée mais nous indique sa prononciation avec le titre de son deuxième album, [préchof] qui vient de sortir chez tôt Ou tard.
Nicolascommentavecbrisaroch-nahui

Venus aztèque !

Nahui fait partie de la galerie de portraits du dernier excellent disque de Nicolas Comment, Blason. Ce titre vient d’être mis en images par lui-même et Christophe Acker avec Brisa Roché et Milo McMullen.

Plus dans News

Nicolascommentavecbrisaroch-nahui

Venus aztèque !

Nahui fait partie de la galerie de portraits du dernier excellent disque de Nicolas Comment, Blason. Ce titre vient d’être mis en images par lui-même et Christophe Acker avec Brisa Roché et Milo McMullen.
Franoizbreut-odeauxvers

Mise aux vers

Entre la terre et l’argile, la voix séraphique de Françoiz Breut volute avec cette ode aux vers, premier extrait de son nouvel album qui sortira le 19 avril.
Landryverdy-pouruneautre

[EXCLU] La faute de l’amour

L’amour défunt est un sujet récurrent de chansons. Avec Pour une autre Landry Verdy évoque une situation plus inhabituelle « parce que l’amour est au delà du genre ».