Discodeine

Discodeine Cédric Marszewski et Benjamin Morando ont formé leur nom avec les deux choses que je préfère au monde : le disco et la codéine… Nan, je plaisante là… Discodeine c’est un grand bain musical, c’est l’orgie de sons, c’est le paroxysme de la techno et de la house dans ce qu’elles ont de plus salace.

Discodeine

Petit retour en arrière : la house est quand-même née dans les clubs gays de Chicago et où est-ce qu’on entendait de la house en France au début des 90’S, je vous le donne en mille, au Boy, la boîte mythique dont tout le monde a entendu parler mais personne n’y est allé, moi si mais c’est normal puisque je suis vieux. Et croyez toutes les histoires qu’on a pu vous raconter sur la boîte de la rue Caumartin, elles sont toutes vraies et parfois c’était pire. Trêve de digression, la musique de Discodeine s’écoute au choix debout, assis ou couché, seul, à deux ou à plusieurs dans un club surchauffé. Quelle que soit votre façon d’écouter ce disque, nul doute que vous apprécierez les longues montées acides saupoudrées de claviers bontempi, le plus beau morceau de steel-drum depuis « Myopia » de Plaid, une interlude lo-fi et kitsch, le sens inné du groove du duo qui se joue des codes et régurgite dans un bluffant magma sonore toutes les influences dont en vrac : le new-beat, la house, la techno, le krautrock, les BO de John Carpenter, l’indus, un peu d’italo-disco, un zeste de pop et du ukulélé. La musique de Discodeine érudite et pleine de finesse peut également se targuer de véhiculer suffisamment d’humour pour plaire au plus grand nombre. Après si la bande de D-I-R-T-Y aime jouer au Social Club le club des clones de Jean Sarkozy, pourquoi pas mais moi je dis juste qu’ils méritent mieux.



2 réponses sur « Discodeine »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.