Agoria – Impermanence

chronique : Agoria - Impermanence C’est amusant de voir à quel point les artistes électroniques français en quête de reconnaissance sortent un jour ou l’autre le même genre de disque. Histoire de prouver aux « critiques » qu’ils sont capables de produire autre chose que de la machine à danser.

Agoria

Je ne suis habituellement pas friand de ce genre d’albums, un peu trop canard boiteux à mon goût et moi la musique pour danser ça me plait. Dans le cas d’Agoria, je vais faire une exception car je trouve cet album vraiment réussi. En alternant plages apaisées et tueries dancefloor, Sébastien Devaud trouve un vrai équilibre et prend sa place parmi les grands musiciens électroniques français, place qu’à mon sens il n’avait pas encore su prouver qu’elle lui revenait de droit. C’est quand il s’égare dans des corridors un peu sombres qu’Agoria se fait le plus convainquant, « Little Shaman » véritable bombe à danser hypnotique et dark vous retournera les sens pour votre plus grand plaisir pendant que « Souless Dreamer » et « Speechless » chantés (parlés) respectivement par Seth Troxler et Carl Craig sont de bien beaux hommages à ce qui a du bercer la jeunesse du lyonnais, la techno de Detroit et la house de Chicago. Kid A apporte une caution un peu plus pop à l’album avec sa voix décalée, sur le fil avec les titres « Kiss my soul » et « Heart Beating ». « Panta Rei » est un titre plus classique de techno made in France qui vous donne envie de partir pour une longue balade où vous voulez, c’est selon l’inspiration du moment… Agoria se montre lyrique et cinématographique tout au long de son album ce qui procure une parfaite unité et la seule envie lorsque se jouent les derniers accords de « Libellules » est de réécouter encore et encore ce beau disque qui vient enchanter notre début d’année.

Tracklist

Discographie

  1. Kiss My Soul (feat Kid A)
  2. Souless Dreamer (feat Seth Troxler)
  3. Panta Rei
  4. Simon
  5. Speechless (feat Carl Craig)
  6. Grande Torino
  7. Heart Beating (feat Kid A)
  8. Little Shaman (feat Scalde)
  9. Under The River
  10. Libellules

sortie : Février 2011

2 réponses sur « Agoria – Impermanence »

un peu reducteur quand meme ce billet…
agoria n’est pas un artistes electro francais de plus qui a desormais atteint une crédibilité comme vous le dites, et je ne pense pas non plus que blossom, sorti il y a 8 ans soit un machine a danser pour reprendre vos termes. c’etait deja un ‘canard boiteux’ (je prefere le terme d’album hybride).
pour moi agoria a essayé a peu pres tous les styles de musique electroniques mais en gardant une meme ligne directrice, a savoir l’experimentale envoutante qu’on retrouve sur infiné.

cela dit, je n’ai pas encore écouté l’album mais les extraits et morceaux deja connu écouté m’ont largement conquis, et sur ce point je ne peux que vous rejoindre

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Europavox 2012

L’Auvergne c’est l’Europe

Pendant que l’Europe économique tangue sérieusement, l’Europe musicale débarque à Clermont-Ferrand au 7ème festival Europavox les 25, 26 et 27 mai 2012.
clip : Agoria - Fabric 57

Agoria : Fabric 57

Il conviendra d’être vigilant pour ma chronique du mix d’Agoria chez les londoniens de Fabric, en effet les ayatollah du web, prompts à dégainer à la moindre erreur, omission ou faute d’orthographe veillent…

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.