Tin Man : Perfume

Tin Man
Loin de toutes considérations mercantiles permettant de sortir LE single qui les fera toucher le jackpot, certains artistes continuent envers et contre tous de créer une musique aux antipodes du son de l'époque.


C’est le cas de Johannes Auvinen aka Tin Man qui ne s’est jamais vraiment remis de la musique de Larry Heard circa 1989.

Tin Man

La grosse limite de la TB 303 est que de quelque façon que vous en serviez le son qui va en sortir sera à peu près toujours identique, c’est ce son qui est à la base du premier, ça j’en suis moins sûr, titre acid, le justement bien nommé « Acid Tracks » de Phuture. Tin Man, après avoir composé quelques belles plages acid sur les maxis « Acid Acid », « Keys Of Life Acid » & « Love Sex Acid » sort ces jours ci chez Salon Records le joliment titré « Perfume ». Sur son album le californien s’éloigne du dancefloor, tout comme sur le maxi sorti en 2009 « Cool Wave », pour se faire plus introspectif et nous propose ce qu’on pourrait appeler à défaut de terme plus approprié de l’acid de salon. J’en vois déjà qui font la moue et préférerait opter pour le vocable tellement galvaudé d’acid-jazz ou pire celui d’acid-lounge, désolé moi le lounge ça me fait penser à Claude Challe ou Stéphane Pompougnac et je suis contre toute cette soupe infâme servie aux bobos en mal d’exotisme. Tin Man en profite su sa chaîne youtube pour nous balader à travers son monde entre David Lynch et Bill Viola au moyen de ses vidéos bricolées avec deux bouts de ficelle. Avec ses comptines synthétiques parlées plus que chantées, Johannes Auvinen se pose comme le premier crooner post-acid et ça c’est une bonne nouvelle.

Tracklist
1: Burnt Sugar
2: Revenge
3: Good Stuff
4: Invisble Man
5: Lost in L.A
6: Love Sick
7: Electric Blue
8: Mona Lisa
9: Perfume
10: Rockers Ravers



Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.