Beastie Boys – Hot Sauce Committee Part 2

Si j'étais cynique, je dirais que les Beastie Boys sont un formidable matos à antiquaire. Si j'étais cynique. Pour prouver aux petits jeunes, qu'ils ont encore des trucs à dire, le groupe new yorkais sort cette année un nouvel album. Hot Committee Sauce Part II ne fait pas suite à Hot Sauce Committee Part I qui devait sortir en 2009, mais qui ne vit jamais le jour pour cause de cancer de MCA. Le II est donc une version augmenté du premier.


Constatation immédiate à l’écoute du premier morceau les Beastie Boys « sont toujours dans la place » (Oui j’ai tendance à sortir mon vieux vocabulaire quand j’écoute du rap.) Le flow est assurément bien là et le morceau charrie un fumet d’antan qui fait secouer, salement. Et c’est bon.

Les deux morceaux suivants n’égale pas la puissance et la jouissance du premier. Ils font un peu retomber le soufflet qui ne tarde pas à remonter avec Too Many Rappers (feat Nas) et sa fusion electronifiée. Une autre invité de marque : Santigold pour Don’t play no game that i can’t win. Ce morceau c’est une éclaircie Jamaïcaine dans un album franchement urbain qui fleure bon le bitume.
On retiendra entre autre de cet album le punk Lee Majors Come again, le sombre Long Burn The Fire et un Here’s a Little Something For Ya qui envoi le steak méchamment. Hot Sauce Committee se clôt sur deux très courts morceaux qui envoient une dernière décharge électrique.

La fusion des Beastie Boys charrie dans cet album « tradi » une énergie assez folle. Entre punk à grosses guitares, et envolés electro, Hot Sauce Committee décolle le poil. Les vieux ont encore un tas de trucs à apprendre aux jeunots.

Beastie Boys - Hot Sauce Committee Part 2

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
3 réponses sur « Beastie Boys – Hot Sauce Committee Part 2 »

Chronique très sympathique et bien écrite, et qui me donne (encore plus) envie d’écouter cet album…

Les commentaires sont fermés.

Plus dans Chroniques d'albums

Guilhemvalay-aubrac

Guilhem Valayé – Aubrac

Le français est une belle langue. C’est une évidence. Mais il faut l’écrire, la manier, la chanter avec honnêteté, simplicité et pureté. Guilhem Valayé livre à l’ancienne le plus bel EP de cette année avec son voyage en Aubrac et ses terres rêches comme nos cœurs.
Nickwheeldon-gift

Nick Wheeldon – Gift

Nick Wheeldon nous a fait cette année un beau cadeau avec Gift, un classique instantané dès la première écoute pour les Fragile Minds dont on fait partie.
Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?