Queens Of The Stone Age @ L’Olympia

L'idée de base du concert de ce soir à l'Olympia ? Queens Of the Stone Age jouent leur premier album. Un promesse qui a de quoi rameuter une foule hétéroclite. Des groupies hystériques ventant le sex appeal de Josh Homme (et regrettant la paternité de M. Bellamy, véridique…) Des fans de la première heure, des nostalgiques de Kyuss, des metalheads de tout poil… Mais en attendant, c'est Dough Rollers qui monte sur scène.

Dough Rollers

Je suis une poissarde des premières parties, une malédiction m’a frappée il y a quelques années mais il faut croire que de bonnes fées ce sont penchées sur ma soirée. Dough Rollers est un groupe de Rockabilly dans la plus pur tradition du genre. Des pantalons impeccables, des bananes gominées à la perfection. Pas d’originalité, le groupe n’innove en rien mais envoie une dose de 50’s vintage avant le déferlement 90’s. Ultra efficace et l’énergie met joyeusement en jambe avant l’arrivée sur scène des QOTSA.

Queens Of the Stone Age

L’excitation a déjà bien envahi la salle qui fini de s’embraser quand les 5 gars montent sur scène. Josh Homme nous gratifie d’un classique: « It’s us here, vs the world » et c’est partie. L’énergie testostéronée des QOTSA agite instantanément la salle, bien aidé par les premières notes de Regular John. « Non mais c’est fini les pogos maintenant » entendais-je un peu avant le début du concert… Homme de peu de foi en t-shirt Them Crooked Vultures, les Queens Of the Stone Age t’ont fait mentir.

Les morceaux du premier set collent aux tripes. Ce sont ceux du premier album. Le groupe tout en puissance bestiale réveille le stoner héritier de Kyuss qui évoque des pistes poussiéreuses et des vautours. Ouais stoner quoi. Les guitares crissent, la batterie est féroce et Joey Castillo fait oublier l’absence de Dave Grohl que certains avaient rêvé (Noel avant l’heure?). Les têtes headbanguent, les pieds décollent, les mains se lèvent. On notera un The Bronze majestueux. Je me serait tout à fait personnellement bien passé d’un I Was A Teenage Hand Model, mais puisque c’était pour mieux finir sur le chamanique You Can’t Quit Me Baby, soit. Une fin de set magistral.

Puis un dispositif lumineux descend sur scène et Josh Homme nous signifie qu’il est temps de danser. Monster In The Parasol, Turnin On The Screw et Into The Hollow font effectivement danser, mais paraissent un poil plus fadasses au regard du premier set vraiment habité. C’est que ces morceaux là parlent plus à nos pieds qu’à nos tripes.
Le concert se finira avec le lascif Make It Wit Chu et les tubes de Queens Of the Stone Age : Little Sister, Go With THe Flow, No One Knows et l’ultra burné A Song For The Deaf, apothéose survitaminée d’un concert pas mou du manche.

Les Queens Of the Stone Age savent faire le show, tenir une salle. Si Josh Homme bouffe un peu la présence scénique, derrière lui, ça joue vraiment (sauf peut être Dan Fertita qui me semblait aux abonnés absents). C’est lorsqu’ils laissent libre cours à leurs instrus que les QOTSA sont les plus forts. Leur énergie et leur atmosphère brutale n’oublient pas ce que mélodie veut dire. Ces gars là savent ce qu’est le Rock N Roll et peuvent donner des leçons à quelques uns.

Date : 23 mai 2011

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Vous avez aimé ? Partagez !
4 réponses sur « Queens Of The Stone Age @ L’Olympia »

Chouette chronique, même si je venais pour voir de belles photographies à la base…

Par contre c’est marrant d’en avoir pris une d’Alain G. (photo, pas chronique) pour illustrer ton article, car je ne sais s’il sera de ton avis concernant les QOTSA et leur(s) concert(s) (cf. la sienne – de chronique, pas de photo – pour Rock en Seine de l’année dernière).

Pour les photos il faudra attendre, j’en ai prises mais je suis loin d’être photographe.

Et le choix de la photo revient entièrement à Alain. Mais oui je crois me souvenir d’un « Charisme de moule » concernant Josh Homme :D

Oui, c’est beau !

Encore une chance que nous ne sommes pas tous obligés d’apprécier les mêmes artistes, parce que Renée la Taupe merci bien…

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Josh Homme

Quand t’es dans le désert (avec Josh Homme)

Revenu avec un casting de luxe pour ses nouvelles Desert Sessions (Billy Gibbons de ZZ Top, Les Claypool des Primus, Mike Kerr de Royal Blood, Carla Azar, Stella Mozgawa des Warpaint, Matt Berry, Jake Shears des Scissor Sisters et Matt Sweeney) l’automne dernier, Josh Homme est de retour en cette fin dé-confinée de printemps avec […]
Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Les Eurockéennes, Belfort | 07.07.2018

Troisième jour pour les Eurockéennes de Belfort avec des valeurs sûres comme At the Drive in ou Queens of the Stone Age et une découverte gigantesque, Caroline Rose
Queens of the Stone Age 06-07-18

[Main Square 2018] L’ADN des QOSTA

Josh Homme et ses Queens ont pris en main la Main Stage du Main Square pour dérouler un set sec comme un coup de trique et jouissif comme un coup de… Tout en écoutant leur set du ‘Villains Tour’, on s’est rappelé d’un seul coup que le premier album de ce groupe avait pile 20 […]

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]