Queens Of The Stone Age @ L’Olympia

Queens Of The Stone Age @ L’Olympia
Queen Mafalda - 24/05/2011
Queens Of The Stone Age @ Rock En Seine 2010
Queens Of The Stone Age @ Rock En Seine 2010

L’idée de base du concert de ce soir à l’Olympia ? Queens Of the Stone Age jouent leur premier album. Un promesse qui a de quoi rameuter une foule hétéroclite. Des groupies hystériques ventant le sex appeal de Josh Homme (et regrettant la paternité de M. Bellamy, véridique…) Des fans de la première heure, des nostalgiques de Kyuss, des metalheads de tout poil…
Mais en attendant, c’est Dough Rollers qui monte sur scène.

Dough Rollers

Je suis une poissarde des premières parties, une malédiction m’a frappée il y a quelques années mais il faut croire que de bonnes fées ce sont penchées sur ma soirée. Dough Rollers est un groupe de Rockabilly dans la plus pur tradition du genre. Des pantalons impeccables, des bananes gominées à la perfection. Pas d’originalité, le groupe n’innove en rien mais envoie une dose de 50’s vintage avant le déferlement 90’s. Ultra efficace et l’énergie met joyeusement en jambe avant l’arrivée sur scène des QOTSA.

Queens Of the Stone Age

L’excitation a déjà bien envahi la salle qui fini de s’embraser quand les 5 gars montent sur scène. Josh Homme nous gratifie d’un classique: « It’s us here, vs the world » et c’est partie. L’énergie testostéronée des QOTSA agite instantanément la salle, bien aidé par les premières notes de Regular John. « Non mais c’est fini les pogos maintenant » entendais-je un peu avant le début du concert… Homme de peu de foi en t-shirt Them Crooked Vultures, les Queens Of the Stone Age t’ont fait mentir.

Les morceaux du premier set collent aux tripes. Ce sont ceux du premier album. Le groupe tout en puissance bestiale réveille le stoner héritier de Kyuss qui évoque des pistes poussiéreuses et des vautours. Ouais stoner quoi. Les guitares crissent, la batterie est féroce et Joey Castillo fait oublier l’absence de Dave Grohl que certains avaient rêvé (Noel avant l’heure?). Les têtes headbanguent, les pieds décollent, les mains se lèvent. On notera un The Bronze majestueux. Je me serait tout à fait personnellement bien passé d’un I Was A Teenage Hand Model, mais puisque c’était pour mieux finir sur le chamanique You Can’t Quit Me Baby, soit. Une fin de set magistral.

Puis un dispositif lumineux descend sur scène et Josh Homme nous signifie qu’il est temps de danser. Monster In The Parasol, Turnin On The Screw et Into The Hollow font effectivement danser, mais paraissent un poil plus fadasses au regard du premier set vraiment habité. C’est que ces morceaux là parlent plus à nos pieds qu’à nos tripes.
Le concert se finira avec le lascif Make It Wit Chu et les tubes de Queens Of the Stone Age : Little Sister, Go With THe Flow, No One Knows et l’ultra burné A Song For The Deaf, apothéose survitaminée d’un concert pas mou du manche.

Les Queens Of the Stone Age savent faire le show, tenir une salle. Si Josh Homme bouffe un peu la présence scénique, derrière lui, ça joue vraiment (sauf peut être Dan Fertita qui me semblait aux abonnés absents). C’est lorsqu’ils laissent libre cours à leurs instrus que les QOTSA sont les plus forts. Leur énergie et leur atmosphère brutale n’oublient pas ce que mélodie veut dire. Ces gars là savent ce qu’est le Rock N Roll et peuvent donner des leçons à quelques uns.

Date : 23 mai 2011
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Réponses
  1. Chouette chronique, même si je venais pour voir de belles photographies à la base…

    Par contre c’est marrant d’en avoir pris une d’Alain G. (photo, pas chronique) pour illustrer ton article, car je ne sais s’il sera de ton avis concernant les QOTSA et leur(s) concert(s) (cf. la sienne – de chronique, pas de photo – pour Rock en Seine de l’année dernière).

  2. Pour les photos il faudra attendre, j’en ai prises mais je suis loin d’être photographe.

    Et le choix de la photo revient entièrement à Alain. Mais oui je crois me souvenir d’un « Charisme de moule » concernant Josh Homme :D

  3. Oui, c’est beau !

    Encore une chance que nous ne sommes pas tous obligés d’apprécier les mêmes artistes, parce que Renée la Taupe merci bien…

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Curtis Harding - 17 novembre 2019 - Lune des Pirates

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Mark Lanegan @ 106 Rouen 05-11-2019

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

Primal Scream @ Pitchfork 2019, 01.11.2019 , Paris

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods @ l'Épicerie Moderne, 04-10-2019

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…

[MALN 2019] La quête sacrée des Temples

Avant d’entamer une tournée américaine conséquente et une date au Trabendo en septembre, les Temples étaient à Amiens pour commencer à défendre leur troisième album, Hot Motion et poursuivre leur quête de la meilleure chanson psychédélique.

Jean-Louis Aubert

Aubert toujours vert !

Jean-Louis Aubert, solaire, seul mais pas solitaire, et surtout solidaire du monde, et de la vie. Une parenthèse enchantée d’un soir d’été, à Sète, un balcon sur la mer.

[MALN 2019] Balthazar nous a mis la fièvre !

« Il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! » pouvait on entendre dans les rues d’Amiens en juillet 2019. Onze mois plus tard, résonnaient dans les rues d’Amiens plus ou moins les mêmes paroles : « Ils sortent de nulle part, une classe de bâtard, on a Balthazar ! »

[MALN 2019] Merveilleux Andrew Bird

Revenu avec My finest Work Yet l’un des albums de l’année, Andrew Bird a fait des merveilles pour le premier soir de Minuit Avant La Nuit.