The Tallest Man on Earth @ L’Epicerie Moderne

Les chemises à carreaux étaient de sortie en ce dernier dimanche doré de mai à L’Epicerie Moderne de Feyzin.


Autoproclamé « tallest man on earth », Jens Kristian Mattsson est plus proche par la taille d’un hobbit sur le mur protégeant le royaume des 7 Couronnes (forcément suédoises !) que de Gulliver. Mais la vérité est ailleurs s’obstinait Fox, le shaman de Leksand prend de la hauteur dans le dépouillement de ses chansons dégoisées à l’os, échappé d’Into the wild (hunt) avec ses faux airs d’Emile Hirsch, hobo un peu loco, au regard illuminé par l’étincelle qui hante les artistes pour qui écrire c’est se déculotter l’âme.

Point de chichi, la guitare en bandoulière et le marcel titubant, le sioux suédois danse sur une jambe, piquant agilement de ses doigts son instrument tel un héron bequettant un saumon. The Tallest Man on Earth c’est avant tout une voix, éraillée, quelque fois nasillarde mais assurément polie, affutée comme un appeau pour attirer la grive forcément solitaire. Le public féminin est conquis par ce doux Dreamer et ses chansons qui scandent le quotidien, l’amour gai, l’amour triste, la vie en somme. On pense bien sûr à Dylan mais sous amphets’, à Neil Young, peut être au Springsteen des débuts.

On préférera quand le bonhomme est seul face à ce « sweet » public qui l’écoute religieusement se lacérer le coeur, déchiré du concert barcelonais de la veille. En trio avec ses « boys » de Francis, groupe qui assura sa première partie, Tallest sonne smaller avec un son FM sur le sautillant King of Spain mais l’auditoire apprécie. Le concert se clôt sur un duo à l’unisson avec sa belle, love is all avait-il clamé plus tôt et finit sur un rappel seul au banjo avant de remonter en selle sur son cheval Dalécarlien

The Tallest Man On Earth – Love Is All (Later with Jools Holland)

Date : 29 mai 2011

Photo : Vince Kmeron

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

The Tallest Man On Earth

Grandes rivières

The Tallest Man On Earth est sans doute le plus grand sur sa planète, celle de la ballade désarmante et bouleversante.
Kevin Morby - Singing Saw

Kevin Morby – Singing Saw

Le label Dead Oceans, basé conjointement à Bloomington (Indiana) et Austin (Texas) est comme le Messie : il transforme chaque disque en galette bénie par la Sainte Mélodie et multiplie les sorties comme aucun autre label. Après les beaux disques du brillant Destroyer et du revenant Bill Fay, c’est au tour de Kevin Morby de […]
The Tallest Man on Earth - There's No Leaving Now

The Tallest Man on Earth – There’s No Leaving Now

Le Suédois Kristian Matsson, caché derrière son fichu pseudo, sort un troisième album qui pourrait l’envoyer sur les hauteurs des classements de fin d’année. There’s No Leaving Now laisse ses deux précédents disques sur la bande d’arrêt d’urgence et trace une nouvelle route pour ce singulier Suédois.

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.