Portraits :  Brune
Brune

Rencontre avec Brune lors du Nancy Jazz Pulsations 2011.

Photos : Arno Paul (www.arnopaul.net)

Brune

Déterminée, Brune sait ou elle va et s’en donne les moyens. Avec ce nom de scène, apparaissant comme une évidence devant sa chevelure de jais et ses grands yeux noirs, la jeune femme alors professeur de musique dans un collège, descend dans le métro parisien, guitare à la main pour y chanter ses compositions. « Je ne connaissais personne dans le milieu de la musique, affirme l’artiste, il m’a donc fallu beaucoup de persévérance. » Alors pendant deux ans, Brune continue d’investir les stations après ses heures de cours, avec « l’impression d’être vue et écoutée par les gens ». Et finalement, sa ténacité finit par payer. « Cette période était parfois déprimante, je ne voulais pas rester prof toute ma vie. Mais finalement j’ai rencontré la bonne personne au bon moment. » L’aventure commence alors par le festival Art Rock de Saint Brieuc en 2008, qui s’enchaine avec les Solidays en 2009. C’est en 2010, enfin, que Brune sortira un premier album éponyme aux couleurs rock pop et électro.

Photos portrait : Brune @ Nancy | 12 octobre 2011

De cet album ressort principalement un titre ; la très guillerette Rupture Song. Une chanson personnelle qui s’inspire de la vie de la chanteuse, « C’est du vécu. Tout mon premier album parle essentiellement de moi », explique t-elle. Mais le succès de cette musique entendue sur toutes les radios ne rassasie pas l’artiste. : « Il y a un décalage entre Rupture Song qui est plutôt une chanson de midinette et les autres de mon album. Moi j’aime plutôt le côté sombre de certaines de mes musiques ».

Photos portrait : Brune @ Nancy | 12 octobre 2011

Certains, peut être plus avertis, retiendront la sublime Paris, histoire d’amour déçue dans cette ville d’adoption qui fait rêver l’artiste Lyonnaise. « J’avais dit à ma mère que lorsque j’aurai mon diplôme je me casserai là bas. Je l’ai fait et aujourd’hui encore je suis émerveillée par cette ville. »

Photos portrait : Brune @ Nancy | 12 octobre 2011

Aujourd’hui, Brune prépare son deuxième album. La chanteuse se libère et laisse tomber les barrières qu’elle s’était fixées « Pour cet album, Je me dis, si t’as envie d’écrire ça, écrire le ». Ainsi de nouvelles thématiques, autres que l’amour, s’ouvrent à elle. Mais pour autant, l’artiste ne se voit pas revendicatrice « je veux juste faire passer des sentiments, que mes chansons touchent les gens. » Fidèle à elle-même, la téméraire et talentueuse Brune n’a pas fini de nous enchanter.

Photos portrait : Brune @ Nancy | 12 octobre 2011

Merci à Brune et l’équipe du NJP !

© Diane Charbonnel / Arno Paul – Tous droits réservés.

Partager cet article
1 réponse sur « Interview : Brune »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…