Sonisphere Amnéville 2012

Machine Head @ Sonisphere, Amneville | 07 juillet 2012
Queen Mafalda 10/07/2012

Après une édition 2011 très critiquée et l’annulation de l’édition UK, le Sonisphère France remet le couvert à Amneville. L’équipe organisatrice a pris bonne note des remarques plus ou moins amicales formulées à son encontre et promettait une édition à la hauteur. Sauf que ça commence mal. De trois jours de festival en extérieur, le festival passe à deux jours en intérieur. C’est le Galaxie, salle de 12 000 places qui accueillera l’évènement. L’affiche se réduit comme peau de chagrin. Exit Queen et Kiss. Et les changements d’affiche ne s’arrêteront pas là. Vendredi soir, quelques heures avant le coup d’envoi du Sonisphere, c’est Evanescence qui annule. Et le cauchemar n’en est qu’à ses prémisses.

Jour 1

» Les photos du 7 juillet 2012.

Tous les hôtels de la région sont pleins à craquer de festivaliers de 7 à 77 ans, sans que ce soit une façon de parler. Plus une chambre de libre à proximité du site. Il faudra donc planter sa tente au Camping de la forêt. Qui malgré ce que dit le site du Sonisphère n’est pas à 5 minutes de la gare d’Hagondange mais bien à une heure de marche, sans affichage, panneau directionnel d’aucune sorte… Mieux vaut être équipé en GPS. Échaudées par la mauvaise expérience 2011, les mauvaises langues affolaient déjà les foules sur internet : douches et points d’eaux payants, impossibilité de rentrer avec de l’eau et autres réjouissances. En lieu et place, buvettes et stands de nourriture, zéro fouille à l’entrée, des bénévoles ultra accueillants, des sanitaires avec eau chaude en libre service… Une joyeuse ambiance de colo, ou les néophytes qui n’ont pas leur bac camping option tente côtoient ceux qui viennent avec leur tente trois pièces et leur glacière de compétition. Calme et bon enfant, « Apero » est le cri de ralliement à tout heure du jour ou de la nuit. On est assez loin de l’image démoniaque décérébré tendance cour des miracles du metalleux que certains nous vendent et qui poussera un groupe de catholiques du dimanche à venir aux abords du site, prier pour le salut de nos âmes. Merci à eux.

Black Stone Cherry

La salle est encore timide et le public épars, mais déjà acquis à la cause du groupe américain, très porté Heavy métal tendance sudiste. La foule aux tatouages plus abondant que la moyenne se presse près des tentes de marchandising. Personne ne repartira sans son t shirt, sa bague armure ou son calice tête de mort.

Machine Head

Là, la salle se remplit généreusement, les t-shirts Machine Head sont en avantage numérique dans le Galaxie. Le groupe est une véritable machine de guerre. Le son, un peu trop saturé n’empêchera ni mosh pit ni slam ni headbangs.

Combichrist

La formation propose un son indus et dansant. Le chanteur pourrait être le fils naturel de Trent Reznor et Marilyn Manson. Inutile de résister, la formation qui donnait récemment un concert parisien parle directement aux pieds. La découverte de cette édition.

Marilyn Manson

Le pape du grotesque a pris de l’âge et offre un set décevant. La voix et le charisme sont d’époque, alors un peu ternis avec les années. Mais Manson reste un maitre de la mise en scène iconoclaste et entendre en live Sweet Dreams et The Dope Show, ça n’a pas de prix.

Meshuggah

De l’avis général, Meshuggah a bluffé par sa technicité. Une claque sonore qui aura convaincu même les réfractaires aux productions studios du groupe. Même Patton et Gould (Faith No More), sur le pit pendant le show, sont d’accord.

Faith No More

Faith No More n’était pas revenu en France depuis son comeback à Rock en Seine en 2010. Les roadies mettent un temps infini à installer la scène toute recouverte de blanc et de fleurs. Une version kitch de la reine des glaces. La salle pleine à craquer de la fosse aux gradins s’impatiente d’avoir à attendre au son d’Animal Collective. Enfin le groupe entre sur scène, suivi d’un Mike Patton claudiquant en borsalino. Le bougre a le sens de l’humour. Il ne faudra pas attendre longtemps pour qu’il gambade, se courbe, se déplie… C’est peu de dire que le groupe se bonifie avec le temps. La prestation frôle la perfection, la maitrise vocale de Patton est sans faille et son charisme intact. Une leçon de bout en bout. Si Faith No more est le projet le plus abordable de Patton, il n’en est pas moins complexe, exigeant et insaisissable. Les cinq musiciens passent maitres dans l’art de la fusion et ce n’est pas la version mutante de Midlife Crisis fusionnée à une reprise de Et moi, et moi, et moi de Dutronc qui infirmera mes dires. Plus d’une heure de concert pour la prestation qui sera de loin la meilleure de cette édition. Tantôt crooner,tantôt maitre zen, rock star, chanteur expérimental avaleur de micro, Patton est partout. Il confirme sa place d’artiste à part dans le paysage musicale de sa génération.

setlist : Woodpecker From Mars, Delilah (tom Jones), Land Of Sunshine, Caffeine, Evidence, Digging The Grave, Last Cup Of Sorrow, Interlude Méditation Zen, Spirit, Epic, Midlife Crisis / Et Moi Et Moi Et Moi (jacques Dutronc), Cuckoo For Caca, Ashes To Ashes, Just A Man

rappel : Ugly In The Morning, Easy (the Commodores), Why Do You Bother / Niggas In Paris

Jour 2

» Les photos du 8 juillet 2012.

Dimanche, alerte météorologique. Après l’hécatombe Pinklepop, les normes de sécurité sont drastiques, pas question de prendre de risques. Nous Production fait appelle à des experts et le couperet tombe. La scène extérieure est inutilisable. Dans un premier temps, on nous annonce, via un affichage discret sur les portes du Galaxie, que l’intégralité des groupes jouera sur la scène intérieure. Sauf qu’il faut se rendre à l’évidence. L’installation des scènes met un temps infini. Alors il faut revoir tout l’ordre de passage, se plier aux disponibilités de chacun, à la mauvaise volonté d’autres. Finalement, ce seront Porn Queen, Armored Saint, The Darkness, Soulfly, Wolfmother et Lacuna Coil qui se produiront sur l’unique scène du Sonisphère. La totalité des festivaliers devront s’entasser dans la salle du Galaxie dont la jauge a été diminuée pour l’occasion, la moitié des gradins rendus inaccessible pour une raison que l’on ignore. La superbe journée du samedi laisse place aux ratés du dimanche.

The Darkness

La prestation de The Darkness repose presque entièrement sur son leader, Justin Hawkins à la fois guitar hero et virtuose vocale, version blonde et bouffonne de Freddie Mercury. Le groupe des frères Hawkins oscille entre glam et heavy rock à tendance exubérante à la limite de la caricature pour un set bien mené, énergique dans la plus pure tradition d’un rock 70/80

Soulfly

Amnéville, c’est la seule date de Soulfly en France. Il ne fallait pas la rater. Le leader de la formation americano-brésilienne, ex chanteur de Sepultura, Max Cavalera, tient la scène avec un charisme grunt et chaleureux. Les sonorités à mi chemin entre hard core et neo métal teintées de sonorité latino feront saigner le mosh pitt. Rejoint par les enfants Cavalera, Zyon et Igor jr, en fin de prestation, Soulfly offre au Sonisphere une prestation puissante qui aura ravi le plus grand nombre.

Wolfmother

Il y a quelques années, Patton déclarait : « Wolfmother you suck », le lendemain de la prestation de Faith No More, c’est donc à ce même groupe de suckers que revient la primeur de monter sur la scène du Galaxie. Une voix entre Axl Rose et Cedric Bixler Zavala (The Mars Volta) presque autant de guitare que de chansons, un percussionniste harmoniciste survitaminé… Wolfmother navigue entre blues, heavy métal, psyché rock et n’en déplaise à ce cher Mike, offre une prestation de qualité.

Lacuna Coil

En lieu et place de Lost Prophetes c’est Lacuna Coil qui clôt cette édition du Sonisphère. Show ultra réglé, mise en scène au carré, des explications de textes entre les morceaux, un jeu de lumière grandiloquent. Des rouages très apparents encore gâchés par un son saturé, la voix féminine écrasée derrière la batterie… Pendant le show j’ai pensé : « Lacuna Coil, c’est les Black Eyed Peas du métal ». Pour faire avaler la pilule, le Sonisphère aurait mérité une autre clôture.

Le sort s’acharne contre le Sonisphère français, mais finalement la scène extérieure tant critiquée est ce qui a sauvé l’édition 2012. Malgré les déceptions des annulations, les festivaliers étaient globalement plus satisfaits de l’organisation de cette année. Dans sa tentative de sauver le festival de l’hécatombe, les organisateurs ont été très aidés par les membres du Galaxie. Quoi qu’il en soit, l’édition 2013 n’est pas remise en question. Même avec les pertes que l’édition 2012 supposera. Un système de compensation sera mis en place. Les modalités discutées en début de semaine seront communiquées jeudi sur le site du festival. Remboursement ou remise sur l’édition 2013, les pronostics vont bon train, en même temps que les paris sur les affiches à venir. On murmure AC/DC, Iron Maiden pour la prochaine, Metallica pour la session 2014. Faites vos jeux. Le festival que l’ont mesure sans arrêt au HellFest risque de vivre une année 2013 décisive.

» Les photos de Sonisphere 2012.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Eels © Fabrice Buffart

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».

Lizzo @ Main Square Festival 2019

Jolie Lizzo

Quelque chose a donc changé. Soutenue désormais par une major (Atlantic) et portée par Missy Elliott le temps d’un single, Lizzo a fait une entrée fracassante dans les charts avec Cuz I Love You et sur scène. Produite par Ricky Reed (faiseur de tubes professionnel depuis 10 ans), la musique de Lizzo est un tourbillon…

Skip The Use @ Main Square Festival, 06-07-2019

Cool as Skip The Use

Samedi 6 juillet 2019 : le Tour de France débute à Bruxelles et l’Hollandais Mike Teunissen gagne la première étape et étonne tout le monde en endossant le Maillot Jaune. Samedi 6 juillet 2019 : le Main Square entame son deuxième jour. Les Skip The Use s’échappent du peloton et endossent le Maillot Jaune du…

Arnaud Rebotini @ Main Square Festival, 06-07-2019

Arras Calling ! Arnaud Rebotini can’t fail !

Avant de monter sur la scène du Main Square pour clôturer la deuxième journée de l’édition 2019, Arnaud Rebotini après un passage à l’Astropolis avec le Don Van Club pour un concert autour de la B.O. de 120 Battements par Minute et avant de jouer aux Eurockéennes de Belfort, Rebotini est passé par le Main…

[MALN 2019] La quête sacrée des Temples

Avant d’entamer une tournée américaine conséquente et une date au Trabendo en septembre, les Temples étaient à Amiens pour commencer à défendre leur troisième album, Hot Motion et poursuivre leur quête de la meilleure chanson psychédélique.

Jean-Louis Aubert

Aubert toujours vert !

Jean-Louis Aubert, solaire, seul mais pas solitaire, et surtout solidaire du monde, et de la vie. Une parenthèse enchantée d’un soir d’été, à Sète, un balcon sur la mer.

[MALN 2019] Balthazar nous a mis la fièvre !

« Il sort de nulle part, une frappe de bâtard, on a Benjamin Pavard ! » pouvait on entendre dans les rues d’Amiens en juillet 2019. Onze mois plus tard, résonnaient dans les rues d’Amiens plus ou moins les mêmes paroles : « Ils sortent de nulle part, une classe de bâtard, on a Balthazar ! »

[MALN 2019] Merveilleux Andrew Bird

Revenu avec My finest Work Yet l’un des albums de l’année, Andrew Bird a fait des merveilles pour le premier soir de Minuit Avant La Nuit.

[MALN 2019] Fondants Foxwarren !

Deux ans après sa venue à Amiens pour défendre et surtout jouer l’album The Party, Andy Shauf était de retour hier soir à La Lune des Pirates. Et avec Shauf, le changement c’est maintenant.

Cool as Wilco

Après un break de deux ans, Wilco remet la gomme avec une mini tournée française qui n’est qu’une étape vers la sortie dans les mois prochains mois d’un onzième album et d’un concert parisien au Trianon.

Angèle @ Zénith Amiens - 05 juin 2019

Balance ton concert

Avant d’être la tête d’affiche du Main Square et du Paléo Festival (pour ne citer qu’eux), Angèle posait ses enceintes dans un Zénith d’Amiens qui affichait complet (comme les autres) pour faire danser et chavirer les cœurs de plusieurs générations.

Le Souldier Tour de Jain fait étape à La Halle Tony Garnier

« C’est la plus grande salle que j’ai jamais faite ! » s’est exclamée Jain devant le public de la Halle Tony Garnier. L’artiste, pourtant déjà détentrice d’une double victoire de la musique, à laquelle s’est ajoutée une nomination aux prestigieux Grammy Award, tout cela dans le cadre d’une tournée mondiale n’a pourtant rien d’une débutante. Elle…

Add to Jeanne Added

Quasiment quatre ans après son passage à La Lune des Pirates, Jeanne Added revient à Amiens. Entre 2015 et 2019, elle est restée la même.

Balthazar © Fabrice Buffart

Fièvre à l’Epicerie avec Balthazar !

Belle fête d’anniversaire pour Michiel, batteur du groupe belge Balthazar qui avait invité plusieurs centaines d’auditeurs pour célébrer fiévreusement l’événement à l’Épicerie Moderne de Feyzin.

Bryan’s Magic Tears : It’s Kind of Magic

Les Bryan’s Magic Tears étaient de passage à Amiens pour deux missions éminemment dangereuses. Ouvrir pour Le Villejuif Underground le vendredi soir et faire un goûter-concert le lendemain après-midi. Missions impossibles pour le gang de Benjamin Dupont, le Ethan Hunt de l’affaire ? Du tout. Attention, cet article s’auto-détruira dans 20 secondes.

Shaka Ponk © Elsa SCHULHOF

Shaka’Lyon : Beautiful Freak

Il y avait quelque chose dans l’air, comme une réminiscence d’un air de Eels et du fabuleux Beautiful Freak.

P’tit Gibus & Grand Dando

Point final d’une tournée européenne (triomphale), le concert des Lemonheads au Gibus Club a tenu toutes ses promesses.

The Wombats @ le Trabendo, Paris, 05/02/2019

The Wombats au Trabendo

En ce début du mois de février le Trabendo accueillait Circa Waves et The Wombats pour un show rock des plus déjantés !