Mensch et Light Asylum au Point FMR

Mensch
Queen Mafalda - 19/06/2012

Mensch
Mensch @ Rock and Girl 2, Le Forum

Le jour où le point FMR a décidé de programmer Mensch et Light Asylum le même soir, il a été touché par la grâce. Mensch sort cette année son premier album, éponyme et unanimement salué, après Dance & Die, son premier et remarqué EP. Le duo ouvre pour Light Asylum, autre duo, électro et new yorkais qui sortait le 1er Mai son premier album après avoir conquis un large public grâce à son EP In tensions, porté par le tube Dark Allies.

Mensch

Tension mélancolique et énergique teintée de sonorités 80’s entre Post Punk et New Wave, en live on retrouve ce que Mensch donne en studio.

Le show est mesuré, en place, maitrisé, sans fausse note ni faute de gout. La folie qui manque à la prestation, est largement compensée par l’énergie et l’implication. La guitare crisse avec plaisir, Carine Di Vita porte une moue sur les lèvres dont on ne sait pas bien s’il s’agit d’un sourire de plaisir ou une moue de concentration. Le public, largement féminin, est acquis à la cause Mensch et répond à chaque coup de boite à rythme.

Le set intense de Mensch atteint son paroxysme avec le dernier morceau. Vale Poher, chanteuse à la voix pleine de souffle et guitariste fini le concert dans la fosse et interprète un instru habité qui finira le concert avec délice.

Light Asylum

En entrant sur scène Shannon Funchess, l’ultra charismatique chanteuse de Light Asylum annonce : « Let’s Dance » et le public la prend au mot. Charisme absolu, voix puissante, profonde et polymorphe, Shannon Funchess est incontestablement l’atout majeur du duo. La chanteuse qui a travaillé notamment avec TV on The Radio et !!! tient la salle à bout de bras. A tel point qu’elle éclipse totalement son acolyte keyboardiste.

Impossible de résister à l’appel dansant des morceaux de Light Asylum. D’ailleurs, personne ne lutte. L’énergie est communicative, Shannon Funchess mène la cérémonie avec une puissance hystérique et démoniaque. Au milieu du set, un duo de chansons presque transcendantales et à la dimension organique, dont leur morceau phare, Shallow Tears, calme le jeu. L’intérêt de ces morceaux est moindre, mais ils permettent au moins de reprendre son souffle. On se dit que la formule Light Asylum risque de s’essouffler, que le duo a tout donné, mais l’énergie communicative et incontrôlable des compositions couplées à l’incroyable Shannon Funchess font de la prestation de Light Asylum, un set largement réussi. Du matériel à club.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Concerts (live reports)

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Amiens-Atlanta avec Curtis Harding

Tout va bien à Atlanta. Les Black Crowes se reforment, les Black Lips sortent un nouveau disque et Curtis Harding est de passage à Amiens.

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin, Persona Bellissima

Bertrand Belin est venu défendre son dernier disque sur la scène de la Maison de La Culture d’Amiens. Carton plein !

Night Flight to Rouen

Night Flight to Rouen

Après ses escapades avec Duke Garwood, Mark Lanegan a eu la bonne idée de remettre en selle la formule Mark Lanegan Band pour publier le très bon Somebody’s Knocking il y a quelques semaines. Très bon n’est pas synonyme d’excellent. Mais quand on sait que le Lanegan Band a permis à Mark de sortir ses…

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

[Pitchfork 2019] Le sacre du Scream

XTRMNTR fêtera ses vingt ans l’année prochaine. Primal Scream, l’album qui annonçait Screamadelica sans le savoir, fête ses trente ans cette année. Et hier soir, Bobby Gillepsie et son groupe ont fait la fête au Pitchfork Music Festival.

Stupéfiant Studio Electrophonique

Stupéfiant Studio Electrophonique

Auteur du premier ELP chez Violette Records, James Leesley (Studio Electrophonique) était de passage à Paris le temps de deux concerts. Compte-rendu à chaud.

Sleaford Mods in a good mood !

Sleaford Mods in a good mood !

Du Punk et rien que ça avec Sleaford Mods et DSM IV. L’Angleterre était à l’honneur hier soir, à l’Épicerie Moderne.

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

Photos : Eels @ Radiant-Bellevue, Caluire | 10.09.2019

La dernière fois que l’on avait vu Eels à Lyon, Mark Oliver Everett et sa bande de bardes barbus en survêt’ Adidas n’avaient pu jouer que 5 titres avant un orage cataclysmique au festival Woodstower en août 2013. Les plus anciens se souviennent de ce concert au Transbordeur d’avril 1997 avec son Beautiful Freak augural.…

Fais moi Marr Johnny !

Fais moi Marr Johnny !

Pendant que Morrissey continue de nous faire du mal avec ses déclarations, Johnny Marr trace sa voie et poursuit une carrière solo aussi efficace que « discrète ».