Montgomery au Glazart

Non, Montgomery n’est pas que le prénom du méchant des Simpson, c’est aussi un groupe de musique qui vaut le détour, qu’on aime bien à SK, et qui était jeudi soir au Glaz’art.

Montgomery

Le Gaz’art accueillait ce jeudi le festival intitulé l’Ascensationnelle, organisé par les Boutiques Sonores, et qui tournera jusqu’à dimanche dans différentes salles parisiennes. La soirée était étiquetée « post punk VS folk pop » sur le site du Glazart ; tout un programme, donc, avec pas moins de cinq groupes : Arch Woodmann, Jordan, Fairguson, Montgomery et Fordamage.

Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils viennent du grand-ouest de la France et ils font de la bonne musique : c’est surtout pour Montgomery que j’étais venue au Glaz’art ce soir-là. SK a pu les filmer récemment dans des conditions exceptionnelles et même, ne lésinons pas sur les mots, extrêmes, pour une session que vous découvrirez bientôt, cher lecteur (patience).

Discographie

C’est tout électrisés que le quintet rennais est monté sur la scène du Glaz’art : prêts à en découdre pour défendre leur volcanique nouvel album Stromboli, abondamment équipés au niveau son (deux batteries, synthés à ne plus savoir quoi en faire, plein d’autres choses pour faire du bruit organisé…) mais aussi au niveau lumière avec de très chouettes visuels projetés en fond de scène – films noir&blanc expérimentaux, diapos graphiques… – qu’on aurait d’ailleurs voulu voir encore mieux.

Pendant une heure, on va donc se régaler les yeux et les oreilles. Enfin, on aurait bien aimé se régaler les oreilles, mais, avouons-le, le son n’était pas excellent… Difficile, donc, d’apprécier pleinement la musique envoûtante et assez unique de Montgomery, une musique qui oscille toujours entre la solennité sous-jacente, l’expérimentation intermittente et la blague fugace (« Melody »).

Les guitares peuvent hurler (« Daisy », « Le Ciel »), le tempo peut être effréné (« Ma Chair »), il y aura toujours quelque chose de planant dans la musique de Montgomery, sans doute à cause de leurs voix (qu’ils ont fort jolies) qui recouvrent leurs morceaux comme… comment dirais-je ? Comme un manteau neigeux ? Comme un linceul ? Une ardente coulée de lave du Stromboli ? Je m’égare.

Si la musique est formidable, avec un set mêlant des titres de leur nouvel album et ceux de leur précédent (intitulé Montgomery), le jeu de scène reste un peu à travailler. Il est vrai qu’il n’y avait pas trop la place de bouger dans les 2m² restant entre tous les instruments, les musiciens, le projecteur et le projectionniste qui va avec.

Les musiciens étaient un peu serrés, mais ce n’était malheureusement pas le cas du public : comme pendant le reste de la soirée et malgré la bonne qualité générale des prestations, on avait la place de circuler et une distance respectable séparait le premier rang de la scène dans un Glaz’art partiellement rempli. Un public clairsemé, très policé voire un peu mou, gagné sans doute par les torpeurs familiales de l’Ascension plutôt que par les ardeurs musicales de l’Ascensationnelle, ce que nous n’hésitons pas à qualifier de regrettable.

2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
2009_05_21_montgomery_glazart
Date : 21 mai 2009

1 réponse sur « Montgomery au Glazart »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Montgomery et Fairguson au Nouveau Casino

Non, Montgomery n’est pas que le prénom du méchant des Simpson, c’est aussi un groupe de musique qui vaut le détour, qu’on aime bien à SK, et qui était jeudi soir au Glaz’art. Montgomery Le Gaz’art accueillait ce jeudi le festival intitulé l’Ascensationnelle, organisé par les Boutiques Sonores, et qui tournera jusqu’à dimanche dans différentes salles parisiennes. La soirée était…

Un concert à voir… avec Montgomery !

On s’y prend un peu tard mais les (bonnes) rencontres ne sont pas toujours prévisibles et aujourd’hui nous avons fait la connaissance d’un groupe sur qui nous avons flashé, Montgomery.

Plus dans Concerts (live reports)

Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.